Youseline Vital, artisane et entrepreneure, vient d’être sélectionnée par l’Académie des Femmes Entrepreneures de Port-au-Prince,(Academy for Women Entrepreneurs: AWA, en anglais), pour son entreprise « Payèt Design » dans le cadre d’un concours visant à autonomiser 35 femmes entrepreneures, toutes catégories confondues, en Haïti. Mus’Elles a rencontré Youseline Vital qui, sacrée « Choix des gens » par les votants, nous a livré ses impressions lors d’une entrevue.

Mus’Elles : Pouvez-vous vous présenter et partager avec nos lectrices et lecteurs votre parcours en tant que artisane?

Youseline Vital : J’ai travaillé tout d’abord pendant deux ans dans la vente dans une entreprise commerciale comme Agent de vente, puis trois ans dans l’administration publique comme Technicienne Senior II, et enfin quatre ans comme assistante administrative et facilitatrice de Programme en Leadership Communautaire dans une organisation locale. Passionnée de l’art, de l’innovation et de l’impact social, je dirige une communauté de femmes entrepreneures « Girlpreneur Ayiti ». Je suis aussi la coordonnatrice de « Programme Involve Haïti », et fondatrice de « Payèt Design », une entreprise qui crée des tableaux artisanaux, empreints d’originalité. Je suis boursière de l’« Academy for Women Entrepreneurs » (AWE), qui soutient les femmes entrepreneures en leur fournissant entre autres des cours de management. 

Mus’Elles : Pouvez-vous nous parler du concours tenu par « Academy for Women Entrepreneurs Haïti » ? Quels ont été les défis?

Youseline Vital : « Academy for Women Entrepreneurs » (AWE) est un programme international qui soutient le développement des femmes entrepreneures dans le monde. Le programme permet à des femmes de créer et de diriger des entreprises prospères avec abilité et certitude. L’AWE promeut la prospérité économique collective et la stabilité mondiale en créant une communauté d’apprentissage holistique et inclusive qui comprend un mentorat entre pairs, des incubateurs et des accélérateurs d’entrepreneuriat, des discussions avec des femmes chefs d’entreprise de premier plan, et bien plus encore. Un programme développé pour soutenir l’Initiative mondiale pour le développement et la prospérité (W-GDP) dirigée par la Maison Blanche, qui est conçue pour donner aux femmes du monde entier les moyens de réaliser leur potentiel économique, créant des conditions pour une stabilité, une sécurité et une prospérité accrues pour tous.  L’objectif est d’atteindre 50 millions de femmes d’ici 2025 en promouvant un environnement propice qui réduit les obstacles et facilite la participation des femmes à l’économie. En 2019, 26 pays ont participé à ce programme dont Haïti. On a eu 12 semaines de cours, et des session en ligne avec « Dreambuilder ». Les participantes de ce programme sont maintenant bénéficiaires  d’un programme international avec des mentors. Les gagnantes recevront des primes financiers pour leur entreprise. Pour le concours; il faut dire que nous avions d’abord suivi un cursus sur l’entreprenariat de l’AWE et après nous étions invitées à présenter nos entreprises et nos discours à travers un Pitch Deck, à un certain nombre de publics, généralement, des investisseurs. À cause de la COVID-19; l’equipe organisatrice a jugé opportun de créer un système de vote en ligne qui a duré une semaine. 

Mus’Elles : Y a t-il eu des personnes qui vous ont encouragée à créer votre propre entreprise ?

Youseline Vital : Je commencais seule à suivre un chemin vers l’entrepreneuriat parce que j’avais déjà mon entreprise « EnpresyonE » (qui réalisait des impressions sur maillot) sans vraiment approfondir mes connaissances dans le domaine. En 2018, quand j’ai intégré Impact Hub à Port-au-Prince comme volontaire, j’ai commencé à suivre des cours et des sessions de formation qui m’a poussé à créer « Girlpreneur Ayiti ».Depuis lors, je vais de projets en projets,  maintenant je ne peux plus m’arrêter.  

Mus’Elles : D’où vous vient l’amour des paillettes dans la confection de vos pièces, notamment vos tableaux?

Youseline Vital : J’ai appris à réaliser ces tableaux avec mon père quand j’étais enfant. Déjà à l’âge de 8 ans, je pouvais déjà confectionner toute seule une pièce. Je pense que c’est à partir de cette époque que mon amour pour l’art a pris forme. Depuis lors, j’ai grandi entre l’odeur de la peinture et les couleurs des paillettes. Quand j’ai arrêté de travailler dans l’atelier de mon père, j’avais peut-être 13 ou 14 ans environ. Depuis, je n’avais jamais mentionné cette partie de moi encore moins ne l’avais-je laissé se révéler. En 2018, l’envie de produire des pièces se faisait sentir de plus en plus et me voilà aujourd’hui avec une entreprise qui crée des tableaux décoratifs en paillettes!

Mus’Elles : Quelles sont les difficultés rencontrées généralement ?

Youseline Vital : Le seul défi auquel moi je fais face c’est de pouvoir  m’approvisionner  en matériaux de travail sur place. Ce n’est pas du tout facile. C’est un risque énorme pour le respect des délais; de plus, cela m’empêche de travailler au rythme voulu.

Mus’Elles : Avez-vous un partenaire commercial qui vous facilite à écouler vos pièces?

Youseline Vital : J’ai un partenariat  international assez intéressant. Ce partenariat est signé depuis Janvier 2020 avec « KayTita » qui fait des mini- expositions de mes pièces à Seattle, aux Etats-Unis.

Mus’Elles : Quels messages adresseriez-vous aux femmes qui souhaitent emprunter une carrière d’entrepreneures ?

Youseline Vital : J’aimerais dire à celles qui s’accrochent à un rêve, n’hésitez pas à épuiser vos forces et votre énergie jusqu’à sa réalisation. 

Propos recueillis par Jeanne-Elsa Chéry