Skip to toolbar

Sortir de l'ombre - Fè yo konnen w!

Tag: Haiti Page 1 of 2

Youseline Vital, une entrepreuneure en herbe

Youseline Vital, artisane et entrepreneure, vient d’être sélectionnée par l’Académie des Femmes Entrepreneures de Port-au-Prince,(Academy for Women Entrepreneurs: AWA, en anglais), pour son entreprise « Payèt Design » dans le cadre d’un concours visant à autonomiser 35 femmes entrepreneures, toutes catégories confondues, en Haïti. Mus’Elles a rencontré Youseline Vital qui, sacrée « Choix des gens » par les votants, nous a livré ses impressions lors d’une entrevue.

Mus’Elles : Pouvez-vous vous présenter et partager avec nos lectrices et lecteurs votre parcours en tant que artisane?

Youseline Vital : J’ai travaillé tout d’abord pendant deux ans dans la vente dans une entreprise commerciale comme Agent de vente, puis trois ans dans l’administration publique comme Technicienne Senior II, et enfin quatre ans comme assistante administrative et facilitatrice de Programme en Leadership Communautaire dans une organisation locale. Passionnée de l’art, de l’innovation et de l’impact social, je dirige une communauté de femmes entrepreneures « Girlpreneur Ayiti ». Je suis aussi la coordonnatrice de « Programme Involve Haïti », et fondatrice de « Payèt Design », une entreprise qui crée des tableaux artisanaux, empreints d’originalité. Je suis boursière de l’« Academy for Women Entrepreneurs » (AWE), qui soutient les femmes entrepreneures en leur fournissant entre autres des cours de management. 

Mus’Elles : Pouvez-vous nous parler du concours tenu par « Academy for Women Entrepreneurs Haïti » ? Quels ont été les défis?

Youseline Vital : « Academy for Women Entrepreneurs » (AWE) est un programme international qui soutient le développement des femmes entrepreneures dans le monde. Le programme permet à des femmes de créer et de diriger des entreprises prospères avec abilité et certitude. L’AWE promeut la prospérité économique collective et la stabilité mondiale en créant une communauté d’apprentissage holistique et inclusive qui comprend un mentorat entre pairs, des incubateurs et des accélérateurs d’entrepreneuriat, des discussions avec des femmes chefs d’entreprise de premier plan, et bien plus encore. Un programme développé pour soutenir l’Initiative mondiale pour le développement et la prospérité (W-GDP) dirigée par la Maison Blanche, qui est conçue pour donner aux femmes du monde entier les moyens de réaliser leur potentiel économique, créant des conditions pour une stabilité, une sécurité et une prospérité accrues pour tous.  L’objectif est d’atteindre 50 millions de femmes d’ici 2025 en promouvant un environnement propice qui réduit les obstacles et facilite la participation des femmes à l’économie. En 2019, 26 pays ont participé à ce programme dont Haïti. On a eu 12 semaines de cours, et des session en ligne avec « Dreambuilder ». Les participantes de ce programme sont maintenant bénéficiaires  d’un programme international avec des mentors. Les gagnantes recevront des primes financiers pour leur entreprise. Pour le concours; il faut dire que nous avions d’abord suivi un cursus sur l’entreprenariat de l’AWE et après nous étions invitées à présenter nos entreprises et nos discours à travers un Pitch Deck, à un certain nombre de publics, généralement, des investisseurs. À cause de la COVID-19; l’equipe organisatrice a jugé opportun de créer un système de vote en ligne qui a duré une semaine. 

Mus’Elles : Y a t-il eu des personnes qui vous ont encouragée à créer votre propre entreprise ?

Youseline Vital : Je commencais seule à suivre un chemin vers l’entrepreneuriat parce que j’avais déjà mon entreprise « EnpresyonE » (qui réalisait des impressions sur maillot) sans vraiment approfondir mes connaissances dans le domaine. En 2018, quand j’ai intégré Impact Hub à Port-au-Prince comme volontaire, j’ai commencé à suivre des cours et des sessions de formation qui m’a poussé à créer « Girlpreneur Ayiti ».Depuis lors, je vais de projets en projets,  maintenant je ne peux plus m’arrêter.  

Mus’Elles : D’où vous vient l’amour des paillettes dans la confection de vos pièces, notamment vos tableaux?

Youseline Vital : J’ai appris à réaliser ces tableaux avec mon père quand j’étais enfant. Déjà à l’âge de 8 ans, je pouvais déjà confectionner toute seule une pièce. Je pense que c’est à partir de cette époque que mon amour pour l’art a pris forme. Depuis lors, j’ai grandi entre l’odeur de la peinture et les couleurs des paillettes. Quand j’ai arrêté de travailler dans l’atelier de mon père, j’avais peut-être 13 ou 14 ans environ. Depuis, je n’avais jamais mentionné cette partie de moi encore moins ne l’avais-je laissé se révéler. En 2018, l’envie de produire des pièces se faisait sentir de plus en plus et me voilà aujourd’hui avec une entreprise qui crée des tableaux décoratifs en paillettes!

Mus’Elles : Quelles sont les difficultés rencontrées généralement ?

Youseline Vital : Le seul défi auquel moi je fais face c’est de pouvoir  m’approvisionner  en matériaux de travail sur place. Ce n’est pas du tout facile. C’est un risque énorme pour le respect des délais; de plus, cela m’empêche de travailler au rythme voulu.

Mus’Elles : Avez-vous un partenaire commercial qui vous facilite à écouler vos pièces?

Youseline Vital : J’ai un partenariat  international assez intéressant. Ce partenariat est signé depuis Janvier 2020 avec « KayTita » qui fait des mini- expositions de mes pièces à Seattle, aux Etats-Unis.

Mus’Elles : Quels messages adresseriez-vous aux femmes qui souhaitent emprunter une carrière d’entrepreneures ?

Youseline Vital : J’aimerais dire à celles qui s’accrochent à un rêve, n’hésitez pas à épuiser vos forces et votre énergie jusqu’à sa réalisation. 

Propos recueillis par Jeanne-Elsa Chéry

Rèv Zili a

Zili te chita nan klas la ap kalkile jiskaske madam lan fè l sote.

-Zili, kisa w vle fè lè w fini lekòl ?

Zili pa t vle reponn, li pat konn sa l te dwe reponn, tout evenman ane pase yo dekouraje l. Tout pasyon l tout rèv li se te pou l te vin jwè foutbòl. Li pat janm prepare plan B, sèl deviz li se te ” Prepare yon plan A solid pou w pa oblije gen plan B. Epi…

Zili se yon jèn tifi 15 lane, li fèt nan yon fanmi ki gen 5 timoun. Li se sèl grenn tifi nan mitan 4 lòt gason. Li se twazyèm lan. Travay li te anpil kòm sèl grenn pitit fi kay la. Li te yon asistan pou manman l, yon dezyèm manman pou 2 ti frè l yo. Sa pat janm deranje l li te toujou fè yo ak tout kè l. Men sa yo pat sèlman okipasyon Zili. Li sitou te konn pase tan ak 2 gran frè l yo epi jwe ak yo. Sa Zili te plis renmen se te moman yo t ap jwe boul. Pafwa frè l yo konn mete l nan ekip yo lè y ap jwe sou katye l paske Zili se te yon bon jwè. Men papa yo pat konn kontan paske l toujou ap di Zili plas li pa nan mitan pil jenn gason men pito anndan kay la pou ede manman l nan travay kay yo. Se konsa l ap ka fè yon bon madanm demen. Sa pat konn anpeche Zili chape tou dousman epi al jwe boul kanmèm. Anpil fwa se anba baton yo vin pran l sou tèren an.

Yon jou pandan Zili sot jwe ak frè l yo, li jwenn pil moun lakay li. Manman Zili te mouri san l pat menm malad. Zili te gen 13 lane. 

Apati moman sa, Zili te sèl fanm nan kay la, papa l te pran moun pou okipe 2 ti frè yo men sa pat anpeche travay yo te vini plis sou do Zili. Sa te vin anpeche l jwenn ti tan pou l chape al jwe foutbòl. Anpil fwa frè yo anvi mande papa yo pèmisyon pou Zili men yo konn sa mesye a ap reponn. Se toujou menm koze a, tifi paka nan jwe foutbòl, foutbòl se bagay mal gason. Plas Zili se nan kay la. Epi yon jou Zili dezobeyi l al jwe nan yon ekip ak frè l yo. Jou sa se te yon lòt bagay, Zili te kontan rejwenn jwèt la, li bay tout li menm, li santi l di mil fanm tèlman l woule boul.

Apre match la yon mesye te apwoche Zili

-Bonswa bèl ti demwazèl

Zili pat konprann kòman fè l fin woule boul konsa epi yon enkoni ap vin rele l bèl ti demwazèl. Men l reponn kanmèm.

– Bonswa mesye.

-Ou jwe byen wi. Kilès ki montre w jwe byen konsa ?

-Pyès moun. M jis renmen jwe ak frè m yo.

-Kiyès ki frè w yo ?

Zili lonje dwèt li epi l fè mesye yo siy pou yo apwoche

-Zili sa k genyen ?Youn nan frè yo mande

-Mesye sa ki te mande kiyès ki frè m yo. Reponn Zili

-Ou se kilès ? Mande lòt frè a pandan l ap fikse mesye a nan je.

-Non pa m se … 

– Zili ou pa konn ak kilès w ap pale la ? Se youn nan gwo potanta federasyon foutbòl peyi isit wi.

– Wi mesye … Sa w t ap di nou ?

-M t ap gade jan sè nou an t ap jwe. M gen yon zanmi m ki gen yon klèb mwen te vle konnen si li pa t enterese jwe kòm pwofesyonèl.

Mesyedam yo pat konprann sa k t ap rive a yo youn t ap gad lòt bouch be san yo paka di yon mo. Epi se Zili ki jwenn lapawòl pou l di

-Men mesye m fenk gen katòz lane. Papa m di m foutbòl se bagay gason. M pap kab al jwe nan klèb. Ni jodi ni demen.

-M pa panse sa non mwen. Papa w pa gen rezon. Si foutbòl te bagay gason pa t ap gen tout fi sa ki konn jwe l. Epi w pa t ap gen tout talan sa kòm fi.

Antretan frè yo ap pale antre yo. Y ap eseye jwenn on mwayen pou yo pa kite posiblite a ale. Youn nan yo reponn

-Tande Zili, nou konnen w gen talan. Se pou sa n toujou ap mennen w ak nou lè n pral jwe. Talan w pata dwe gache nan jwe ti match sou katye a ak nou. Se yon chans ou gen jodi a pou w al pwouve w epi jwe ak moun ki nan nivo w.

-Nou konnen byen pwòp papa m pap vle. Kijan m ap fè al nan antrenman ?

-Mesyedam, m ap ban nou nimewo m. N a rele m pou di m sa n deside.

Pi gran frè a te pi enterese pou pouse Zili aksepte. Se li ki te toujou ap ankouraje Zili  jwe boul. yon jou li te pataje ak Zili rèv li gen pou l ta wè sèl grenn sè l la briye nan domèn sila a. se pou sa li toujou ankouraje l ale jwe e menm malgre papa yo toujou ap tire pye, li toujou jwenn yon mwayen pou l mennen Zili avè l te mèt se an kachèt. Se pou sa li te moun ki pi cho pou Zili aksepte pwopozisyon mesye federasyon an.

Rive lakay yo, mesye dam yo kouri al rakonte papa yo sa k sot pase a. Papa a rete kanpe sou pozisyon l, Zili se tifi, li pap jwe boul, li pa mal gason. Malgre mesyedam yo mete l chita, rakonte l tout avantaj ki gen pou Zili ta jwe nan nivopwofesyonèl, misye ret kanpe min sou desizyon l. Zili te gentan aksepte li pap janm reyalize rèv li. Li te reziyen l. selon papa l, plas li se nan kay la, aprann jere yon kay, apresa li dwe tann papa l remèt li nan men yon gason. Li dwe konn fè tout bagay pou pran swen gason sa, paske se wòl li, li dwe yon bon fanm epi Bondje te kreye l pou sa. Papa Zili pa t janm mete pye legliz men li konnen pou l di Zili, Bondje kreye fanm nan kòt gason, li pa t kreye l pou l te fè tout bagay gason fè men pito pou l pran swen gason. Dayè li toujou ap di Zili èske l panse gen gason k ap janm aksepte madanm li pote pantalon nan kay la.

Jou yo te pase, Zili te aksepte ka a pèdi epi yon jou pi gran frè l la vin kote l

-Zili, sa w deside pou koze jwe pwofesyonèl la ?

– Papa pa dakò

-Wi men oumenm, kisa w vle ?

Zili bese tèt li, li pat vle reponn, repons k ap fè frè a plezi a pap nan sans papa l. li pat vle fè papa l fache. Li konnen byen sa l vle men l te deside reziye l fè kwa sou rèv li jis pou antre nan liy papa l la, zili wose zepòl li epi l di :

-Humm,,, mwen pa konnen.

-Zili, m se gran frè w, mwen konnen w byen, mwen renmen w e mwen vle byen pou ou. M pako janm wè tout pasyon sa lakay ou nan nenpòt bagay w ap fè a. ou renmen football, ou renmen lè w gen boul la nan pye w. ou renmen lè w ap kouri avè l sou tout teren an. Gen moun ki aprann jwe pou yon ka pase pwofesyonèl apre pou y al fè lajan. Ou menm se pa sa ki enterese w, w ap jwe pou lanmou boul la. Li ra pou w jwenn yon moun ki gen tout pasyon sa pou yon jwèt. M t ap renmen w aksepte pwopozisyon an Zili.

-E papa ?

-Di wi.epi m ap jere sa.

-Humm

-Papa nou ka fè w kwè plas ou se nan kizin, se nan kay la, se prepare w pou w ka fè yon bon fanm kay. Men se pa vre Zili. Ou se yon bèl tifi ki entelijant anpil. Se ap yon lonè pou yon nèg si w ta dakò pou w rete avè l. pa janm panse se t ap yon favè. Ou fèt pou w espesyal.

Eske w konnen kijan w fè rele Zili ?

-Non

-Anben kite m eksplike w

Zili mete l byen konfòtab pou l koute listwa sa l te toujou ap mande manman l ak papa l rakonte l depi lè li te tou piti.

-Manmi te sèl grenn pitit manman l, papa l kidonk granpa te gen madan marye l. Manman manmi te fanm deyò. Fi kay la, kidonk premye madanm granpa, te konn anpeche granpa pase anpil tan ak manmi. Sa te konn deranje grann anpil, pafwa l pase nwit ap kriye. Yon jou swa granni wè yon fanm nan rèv li. Fanm sa te vin rekonfòte l. Se te yon bèl grimèl abiye tou de blan. Fanm lan di granni pran kouraj, m ap toujou la avè w, tout bagay ap byen pase pou ou ak pou pitit fi w. Granni te santi l gen anpil fòs apre jou sa. Li te sispann kriye epi bagay yo te vin ale mye pou li. Apre kèk lane lè granni te resi eksplike moun sa yo di l fanm li te wè a se te Èzili Freda. Manmi te toujou kwè nan listwa sa. Daprè manmi, Èzili Freda se yon fanm lib, endepandan ki kapab fè tout sa l vle. Manmi te toujou swete gen yon pitit fi ki leve non fanm sa.

Kòm li pat kab rele w Èzili, li rele w Zili. Selon manmi, ou pa dwe kite pyès moun di w paka reyisi lakoz ou se fanm. Zili ou bon nan jwèt boul, ou jwenn opòtinite a. Kounya w dwe kwè nan tèt ou. Papa nou ap oblije dakò lè l reyalize kijan w fò nan jwe boul.

Yon sèl kou Zili te santi l gen yon fòs pou l afwonte papa l epi goumen pou rèv li. Watadi fòs Èzili Freda te bay grann li an te fenk rantre nan li. Konnen kote manman l ye a li t ap sipòte l te ba l kouraj. Nan pita li ak gran frè l te pare pou al tante konvenk papa yo yon dènye fwa.

-Papa, m gen yon bagay pou m di w. Zili te kòmanse konsa.

-Kisa pitit fi m ?

-Konsènan foutbòl la…

-Zili m fèmen chapit sa lontan wi, reponn papa a tou frèt.

-Men papa…

-Tanpri Zili ban m tèt mwen ak bagay sa.

-Papa, kite Zili pale pou yon fwa.

Papa a vire gade frè a ak yon rega ki te kapab fè yo kouri si detèminasyon yo pat pi fò pase tout pè yo pè papa a.

-Wi papa, kite Zili pale.

-Se ou k ap ankouraje timoun lan nan bagay sa ? Men banm poze w yon kesyon.

Eske w ap janm marye ak modèl fi w ap eseye fè Zili sanble a?

-Men papa…

-Pa gen men… Reponn.

-M t ap gen anpil chans si m ta marye ak yon fi konsa.

-Yon fi konsa… Li lonje men montre Zili ak tout mepri.

Yon fi konsa. Sa k ap fè manje ba w ? Sa k ap lave rad ou, pase yo? Sa k ap okipe pitit ou yo?

-Se pou sa gen menajè wi papa.

-Menajè ? W ap ba l eslip ou ak chemizèt ou ?

Ou pa konn bagay sa yo se bagay entim yo ye?

-Anben papa m a lave yo

-Jan nou parese.

Zili te rete tou dousman ap swiv diskisyon an. Lakay li se te toujou gason pale, medam yo koute. Li ret swiv jouk li deside entewonp moun yo.

-M ka pale? Pyès moun pa okipe l jouk li fè yo n bri ki fè yo silans. 

Mesye yo te sezi. Se premye fwa yo wè Zili nan eta sa, Zili transfigire tèlman li te boulvèse. San di yon mo, papa a te rale ti chèz ba li epi l mete l nan dispozisyon pou l koute sa Zili ta pral di li a.

-Papa, m konprann ou vle pou m yon bon pitit fi. M konprann w ap goumen pou m prezantab nan je sosyete a. Se pou sa w ap goumen chak jou. Ou voye m lekòl, m toujou fè efò pou m pa kite w peye ane a an ven. Pwofesè m yo toujou di w kijan m se yon elèv aplike.

-Wi Zili. Nèg ki pral pran w lan ap jwenn yon bon fanm byen prepare.

-Egzakteman papa, ou paka ap fè tout efò sa pou sèl objektif la se ta yon nèg ki pou pran m.

Papa m ka plis ke sa. M ka reyalize plis pase madanm yon nèg. M renmen foubòl, m renmen jwe e m jwenn chans pou m pase pwofesyonèl. Se kounya pou m tante chans mwen avan m twò gran, avan m pèdi opòtinite yo.

-M pè pou w pa echwe Zili. Si w mal pase m ap santi m koupab antanke papa w.

-Ann di yon bagay, vin gade m k ap jwe. Si m pa konvenk ou, nou pap janm repale de bagay sa nan kay la.

-M pa konnen Zili. M paka pwomèt ou. Men m ap vin gade w k ap jwe.

Zili te santi l soulaje an menm tan li te pè. Apati jou sa li te bezwen fè plis efò. Non sèlman li te dwe sispann pran jwèt la pou jwèt, li te gen 2 moun pou l konvenk. Prezidan klèb yo pral prezante l la epi papa l. Se jou sa Zili konprann lè w se fanm ou dwe fè doub sa yon gason bezwen fè pou w jwenn mwatye nan sa l ap jwenn.

Zili te pase pase plizyè mwa nan klèb la ap antrene san l potko entegre l tout bon, li te bay tout li menm. Li te renmen anviwonnman l t ap jwe a. Se premye fwa l tap jwe nan yon ekip ki gen tifi sèlman. Li te kontan dekouvri gen yon pakèt lòt fi menm jan avè l ki gen pasyon pou foutbòl tout moun bò lakay li te konn ap di se bagay gason an. Antrenman yo te konn fèt chak samdi ak dimanch, la semèn Zili al lekòl. Malgre tout okipasyon sa yo, li te kontinye bay kout men nan kay la. Anpil fwa lanjelis siprann Zili tou fatige. Men sa pat deranje l, pou pasyon l li prè pou nenpòt sakrifis la. Epi yon jou, sakrifis yo pote fwi, antrenè a rele gran frè a nan telefòn epi l anonse l Zili fè pati ekip la dezòmè. Pwochen antrenman an ap tout jounen nan dimanch ap gen yon match.

Zili te bay tout li menm nan antrenman samdi a, nan aswè menm dòmi l paka dòmi tèlman l te eksite. Se premye fwa l ta pral jwe devan anpil moun, tout frè l yo t ap la epi papa l te pwomèt l ap vin gade l k ap jwe. Tout katye a te okouran Zili pral jwe yon gwo match. Anpil nan vwazen yo t ap tann rezilta match sa. Genyen se paske Zili t ap pot on gwo fyète sou katye a, genyen ki t ap tann li echwe pou bagay foutbòl sa te sispann pale nan zòn lan. Paske pou moun sa yo, Zili ki ta reyisi nan foutbòl se t ap yon move egzanp pou tifi sou katye a. Zili li menm, tout sa k nan tèt li se reyalize rèv li. E premye match sa te desizif anpil nan reyalizasyon objektif sa. Sou teren an Zili te bay tout li menm pandan match la. Li te mete an aplikasyon tout sa antrenè a te aprann li pandan antrenman yo. 

Apre match la se te yon kontantman total pou ekip Zili a. Tout moun te vin felisite Zili pou fason li te kontribiye nan viktwa ekip la. Tout moun ki te prezan nan match la te rekonèt talan Zili. E menm papa a te vin felisite l.

-Zili

-Wi papa

-M rekonèt talan w nan koze foutbòl la

-… Zili pat kab di anyen tèlman l te kontan

-Ou jwe byen. Watadi yon gason.

-Mèsi papa

-M panse w kab briye nan domèn sa. Menm si m ret kwè frè w yo t ap fè plis eksplwa.

– Petèt papa. Petèt

-M toujou ret kwè se yon jwèt gason men m panse sa paka anpeche w konstwi yon fwaye. Si w kontinye kenbe tèt ou epi aprann jere yon kay, se pa de moun ki pral goumen pou ou.

-Sa vle di papa, ou toujou rete kwè m pap anyen si m pa jwenn on gason ki vle ?

– Sa ap fè si w pa jwenn on gason ki vle w ?

– M ap ret pou kont mwen papa, ki pwoblèm ?

Zili pat ka konprann kòman apre l fin fè yon bèl eksplwa konsa papa l t ap mezire mounite l ak kapasite l kòm fanm pou l jwennyon gason. Zili li menm pat enterese ak bagay sa yo, li pat konprann yo, e l pat santi l nan nesesite pou l konprann yo.

Zili te satisfè dèske l te mennen ekip li nan viktwa. Dezòmè li te gen respè nan ekip la, tout moun te rekonèt talan l. Nan katye a, tout moun te gade Zili avèk konsiderasyon. Menm sila yo ki te di Zili ap bay jèn yo move egzanp te oblije respekte Zili dezòmè.

Talan Zili ak motivasyon l te vin rive endispansab pou ekip la,Zili te toujou bay tout li menm nan ekip lan. Malgre tout aktivite l yo li te toujou asire l li la nan tout antrenman yo epi bay tout li menm. Zili te pwogrese jiskaske l rive kapitèn ekip -17 la. 

Zili te kòmanse ap pran chè nan ekip la jiskaske yon bon jou, antrenè adjwen an vini kote l.

-Zili m felisite w pou talan w anpil. Ou konn jwe epi w trè pasyone. Se yon plezi pou je m gade w.

-Mèsi anpil

Zili te santi l malalèz pou jan antrenè adjwen an t ap pale avè l. Li te gen pase yon lane nan ekip la, miche pat janmè montre l yon enterè patikilye. Epi beidsoukou miche tonbe ap vin felisite l apre match.

-Zili ou ka pat janm remake sa men m te toujou montre m gen yon enterè espesyal pou ou.

-Mèsi. Reponn Zili pandan l ap eseye souri timidman

-Èske m kab envite w bwè yon bagay ?

-Non mesye. M pa konn bwè alkòl epi m vle rantre lakay mwen.

-Ebyen yon lòt fwa Zili

Depi jou sa, mesye sa te bay tèt li tout otorizasyon sou Zili. Yon bon jou, Zili te oblije al eksplike antrenè prensipal la kijan miche t ap opòtine l nan klèb la. Antrenè a te reprimande miche men sa pat sifi pou l te sispann asele Zili nan ekip la. Zili te vin konprann li pap jwenn yon solisyon dirab ak miche, li ale kot antrenè prensipal la, li mande l yon peryòd poz.

-Zili, ou malad ?

-Non

-Papa w toune nan ba w pwoblèm?

-Non

-Antrenman yo fatige w ?

-Non

-Ou pèdi gou pou foutbòl ?

-Non. Oh non !

-Anben kisa Zili ?

-M bezwen yon poz mesye.

– Men poukisa ? Pou konbyen tan ?

– M pa konnen. M ap avèti w lè m prè.

Antrenè prensipal la pat konprann anyen men l te reziyen l siyen papye ki sètifye Zili nan poz la. Li te vrèman espere nan fon kè l Zili ap tounen trè vit paske l te vin endispansab pou ekip la.  Tout moun te konte sou li, li te toujou bon nan tout match yo. Se sak fè l pat konprann lide poz Zili an.

Zili te retounen nan ti vi avan foutbòl li. Papa a  pat konprann men l te rejwi paske l te toujou espere Zili ap kite bagay sa pou l tounen yon tifi respektab. Antretan li rekòmanse konseye Zili konpòte l tankou tifi. Jan papa Zili te konseye l pou l vin yon fanm respektab la, si l te ankouraje l nan lekòl li konsa Zili tap briyan anpil. Men papa a te jis voye l pou voye. Paske manman an te fè l pwomèt l ap fè l rapousib etid li.

Zili te fè tout sak nan li pou fè mwayèn li. Li te toujou al nan kou, selebrite l pat anpeche l konpòte l tankou yon timoun nòmal. Li te konsantre lsou etid li ak sou fanmi l. Pafwa lèswa, lè l kouche l ap panse ak antrenman yo, ak klèb la, ak match yo, dlo konn kouri nan je l. Se pat yon desizyon ki te fasil pou li. Li te oblije kite ekip la pou antrenè adjwen an te kite l anrepo. Li te aprann kisa miche t ap fè lòt medam yo e l te prefere kite ekip la olye l sibi sa miche te pare pou fè l la. Nan sosyete nou, si yon fi al pote plent di gason asele l se nou menm yo akize a nkò. Malgre fi a viktim, bouwo a toujou jwenn sila k ap defann li. Zili pat prè pou sa. Kite ekip la te pi senp.

Se ak tout bagay sa yo Zili t ap panse kèk mwa apre epi madam lan fè Zili pantan.

-Zili,kisa w vle fè lè w fin lekòl ? 

Zili pat vle reponn, li pat konn sa l te dwe reponn. Tout pasyon l tout rèv li se te pou l te vin jwè foutbòl. Li pat janm prepare plan B, sèl deviz li se te ” Prepare yon plan A solid pou w pa oblije gen plan B”. Se lè sa Zili konprann li pa dwe abandone. Plan A a kab toujou ranfòse. Yon sèl kou tout bagay parèt klè nan tèt li. Li pa koupab, li pa gen dwa abandone espas pou aselè a. Yo ka pa kwè l si l al pot plent pou kò l men si l arive fè lòt medam nan ekip la pote plent, yo paka inyore yo tout.

Zili te santi l pare finalman pou l goumen pou rèv li.

-Zili ? Kisa w vle fè lè w fini lekòl ? 

-M vle kontinye fè sa m konn fè madam. M vle kontinye jwe foutbòl…

Magdala Louis

Magdala Louis fèt yon 20 desanm, l ap etidye sikoloji nan fakilte syans moun. Li se atizan tou. Rèv Zili se premye tèks li deside pataje ak piblik la.

Image de couverture : World #35, 2010. By Ruud van Empel. Courtesy Flatland Gallery (Amsterdam)

La Chicha, un danger ignoré

Cela fait déjà des années depuis que fumer de la chicha devient une pratique très prisée dans le pays. En effet, plusieurs bars de la capitale possèdent des tables disposant de chicha, attirant un public assez diversifié, dont en grande majorité, des jeunes. Cette pratique connait un essor pas seulement en Haïti; on estime que, dans le monde chaque jour, 100 millions de personnes en font usage.

Certains jeunes s’obstinent à croire que l’usage de la chicha ne représente aucun danger, du fait que la fumée soit dans une certaine mesure moins nocive que celle de la cigarette. Pourtant selon des études réalisées ont montré qu’elle contient 10 fois plus de monoxydes de carbone que le tabac.

Composition du tabac à Chicha

Le tabac à chicha, est placé dans une douille donnant sur une cheminée, qui alors conduit par aspiration la fumée au fond d’un vase rempli d’eau. Et comme toutes les fumées de substances organiques, celles de la chicha libèrent environ 4000 substances chimiques dont certaines sont toxiques, irritantes et cancérigènes, suivant l’avis des spécialistes.

Le tabac à chicha est composé généralement de tabac (30%), de mélasse (70%). Et le reste est constitué d’aromes, d’agent de texture et d’un récipient servant de conservateur.

Mwen rekonèt li trè nosif epi mwen kòmanse santi konsekans yo paske mwen gen pwoblèm respirasyon, sa te vin fè mwen pa fimen l ankò”,

Des jeunes addictés

À Jwi Lavi, un bar situé dans la commune de Carrefour à Côte-Plage 18, on rencontre pas mal de jeunes qui viennent là-bas pour fumer la chicha. Selon ces jeunes, ils viennent presque chaque week-end pour se divertir.

“Fumer la chicha est devenue une habitude. Dès qu’on s’amuse, elle doit- être présente parmi nous. C’est comme une addiction. On ignore si elle représente un danger ou pas, mais on en jouit pleinement.”

Wendy Elisée, un jeune étudiant en électromécanique, nous parle de ses expériences avec la chicha. D’après lui, la première fois était juste pour essayer et du coup il a aimé l’ambiance:

“Mwen fimen chicha lakay mwen ak nan pwogram, se pa yon bagay mwen fimen souvan. Mwen santi mwen high lè mwen ap fimen li men sansasyon an pa dire tou depan de konpozan mwen mete a. Mwen rekonèt li trè nosif epi mwen komanse santi konsekans yo paske mwen gen pwoblèm respirasyon, sa te vinn fè mwen pa fimen l ankò”, nous confie-t-il.

Le Dr. Alerte Gahétan travaille aux Gonaïves, une ville assez agitée en terme de loisirs. Il y existe plusieurs bars, des discos pullulent; les divertissements simples y sont accessibles. Il raconte que des personnes viennent à l’hôpital pour des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, suite à la consommation excessive de chicha.

Quand vous leur posez ce genre de question ils ont tendance à nier le lien entre cette pratique et leurs malaises, mais j’ai déjà reçu ce genre de cas là-bas“, nous raconte le médecin.

Une habitude nocive

L’utilisation de la chicha peut entrainer la bronchite chronique, des maladies cardiovasculaires, le cancer des poumons et aussi le cancer des voies aéro-digestives. À noter que c’est aussi dangereux pour la personne exposée à la fumée passive. Ce qui veut dire, la personne qui respire la fumée sans que ce soit elle qui l’utilise. “En réalité, la chicha est plus dangereuse que la cigarette”, nous explique Docteur Alerte Gahétan.

Selon ce jeune médecin généraliste, “l’État devrait mettre en garde les jeunes des méfaits de l’utilisation de la chicha, mais, on sait que notre santé n’est pas leur priorité”.

Le Dr. Alerte Gahétan fait savoir également que l’eau emmagasinée dans le bol, par laquelle passe la fumée, a pour effet de réduire la grosseur des particules. Ce qui permet une meilleure pénétration de celles-ci au niveau des poumons.

On fume une cigarette dans dix minutes au maximum tandis que le tabac à chicha peut durer une heure de temps.

En plus, après la nicotine contenue dans le tabac, on y trouve également des métaux lourds et on sait à quel point ceux-ci constituent un danger pour notre organisme. Utiliser la chicha pendant une journée équivaut à fumer 52 cigarettes environ.

On fume une cigarette dans dix minutes au maximum tandis que le tabac à chicha peut durer une heure de temps. Donc, ce qui expose l’organisme de plus en plus aux effets toxiques.

Je souhaite que les jeunes qui en font l’usage arrêtent de fumer dès maintenant avant qu’il ne soit trop tard. De plus, une campagne de sensibilisation à grande échelle doit-être organisée par les autorités”, propose le docteur Gahétan.

Nelza Méus

Informations photo :

Cp : Loop Haïti

L’irresponsabilité, une compétence de dominant

Sabine Lamour

Mots-clés

poto mitan, dispositif étato-externe, rapports sociaux de sexe, gouvernemen-talité, irresponsabilité, crises

Résumé

Cet article rompt avec le cadre théorique dominant qui souvent décrit la République d’Haïti comme un État failli, maudit, fragile. En s’appuyant sur des entretiens et des récits de vie menés auprès de femmes haïti-ennes, sur la lecture de documents de projets post-séisme concernant les femmes et des discours circulant sur elles après la catastrophe dans les espaces décisionnels, l’article analyse les liens intimes existant entre les décideurs politiques des deux sexes, les ONG et les rapports de sexe dans la société haïtienne. Cette lecture haïtianocentrée permet d’isoler une compréhension du concept de gouvernementalité et de construire le concept d’irresponsabilité saisie comme une compétence de dominant. Cette situation montre que la position traditionnelle occupée par ces décideurs dans les rapports inégalitaires dans cette société les empêche d’endosser les problèmes de la population qu’ils reportent dans les familles sur les femmes avec le concours des ONG. L’irresponsabilité de l’État haïtien doit être saisie comme une forme paradigmatique du politique, une autre forme de gouvernementalité au même titre que la responsabilité, dans un contexte où l’État refuse de manière historique d’assumer son étatisation.

Introduction

Après le séisme qui a frappé Haïti en 2010, les acteurs et actrices étatiques et non étatiques laissent croire que les Haïtiennes seront au centre du processus de reconstruction du pays. Sous la houlette de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) et du bureau de la première dame d’alors (Sophia Martelly), la Bank of America, le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), Femmes en démocratie (FD)/Vital Voices (FD est une branche de Vital Voices) et le Ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes (MCFDF), la réunion du 28 février 2012 confirme cette intention. S’ensuit alors une plate-forme, dite nationale, visant la reconstruction, avec les femmes comme fer de lance. Son slogan précise : « N ap vanse ! Fanm se poto mitan rekontriksyon Ayiti » (« Nous avançons! Les femmes sont les piliers de la reconstruction d’Haïti »). L’objectif déclaré est de renforcer la participation et le rôle des femmes à tous les niveaux de la vie nationale, et la prise en compte de leurs besoins spécifiques dans le processus de reconstruction du pays. La plateforme entend multiplier les opportunités économiques ouvertes aux femmes et promouvoir des investissements dans des infrastructures qui répondent aux besoins spécifiques de cette catégorie. Ces intentions ont alors un écho favorable auprès de la présidence et des organisations internationales.

Cet article démontre que la réunion des actrices et acteurs présentés plus haut participe d’une forme de gouvernementalité qui se manifeste par le transfert de la souveraineté de l’État haïtien à la communauté internationale pour la prise en charge des besoins surgissant à l’interne, en scellant la configuration d’un rapport de sexe : l’assignation des femmes au devoir de protection. Haïti institue alors ce mode d’organisation de la protection sociale assumée dans les familles qui conduit à l’effritement de la responsabilité de ses dirigeants tout en renforçant sur divers plans les rapports de pouvoir tant internes qu’externes. Cette réalité contredit Chéry (2005), qui parle d’un No 239 2019~3 Revue internationale des études du développement 10 Sabine Lamour manque de responsabilité du pouvoir lorsqu’il s’agit d’un dispositif que SaintLouis (1999) avait relevé dans la crise alimentaire de la colonie esclavagiste de Saint-Domingue. Cet article suggère que l’irresponsabilité est plutôt un mode d’institution du pouvoir politique en Haïti. Il existe une connexion entre le mode de gouvernementalité impliquant des acteurs externes mobilisés par l’État pour gérer ses crises récurrentes et les dynamiques des rapports de sexe. Cette réalité invite à questionner l’usage du terme « poto mitan » (qui signifie « pilier ») dans le contexte post-séisme, où une forte présence d’acteurs et d’actrices externes est associée à des fonctions de souveraineté en Haïti.

1. Le budget de l’État haïtien

Pour situer le contexte de la prise en compte des besoins des femmes, il faut rappeler que celles-ci représentent 52 % de la population haïtienne, 42 % d’entre elles étant les pourvoyeuses principales des familles (MSPP, 2018). Les modèles de socialisation mettent les femmes dans l’obligation de travailler à l’externe, notamment dans le commerce pour la famille. Il en découle un modèle de construction du couple où les femmes se retrouvent au centre de la reproduction des familles sans le support des hommes (Lamour, 2017, 2018). Les intentions des pouvoirs publics et des acteurs de la communauté internationale d’améliorer la situation des femmes devraient se matérialiser dans le budget national, qui comprend deux parties : le budget de fonctionnement, allant aux besoins courants de l’administration, et le budget d’investissement, qui doit contribuer à renforcer la société. À travers le budget, l’État doit corriger certaines inégalités dans la redistribution des opportunités et des droits, dont celles qui sont liées au genre.

Selon les données du Trésor, les dépenses du MCFDF dédiées aux femmes ont augmenté entre 2010 et 2017. Ces dépenses, qui représentaient 0,22 % des dépenses publiques en 2011, sont passées à 0,29 % en 2012. Cependant, les dépenses destinées aux salaires et aux fournitures sont plus importantes que celles qui concernent les investissements allant aux équipements ainsi qu’aux nouvelles réflexions qui visent à changer les conditions de vie des femmes. Ce tableau présente l’étendue des besoins des femmes dans le budget.

Tableau 1 : Budgets de l’État haïtien et du MCFDF en millions de gourdes de 2011 à 2017

Source : Ministère de l’Économie et des Finances (lois des finances publiques – exercices fiscaux 2010-2017).

Les dépenses engagées pour les femmes ont fortement augmenté après le séisme. Celles du MCFDF ont crû de 70,2 % en 2012. Pourtant, le budget total a été majoré de 28,2 %. À partir de 2013, les décaissements du MCFDF ont diminué tandis que les dépenses totales de l’État ont connu une hausse. En 2016 et 2017, les dépenses du MCFDF ont stagné puis diminué de 9 %. À la même période, celles de l’État ont crû de 19,7 % et 10,0 %. Rappelons cet événement inédit de l’histoire financière de l’État haïtien : entre septembre et décembre 2017, les citoyens ont manifesté dans les rues contre la répartition des crédits du budget au profit du Parlement, dont les crédits prévus avaient gonflé – de 78,0 % pour les députés et de 32,0 % pour le Sénat. Ces évolutions montrent que les besoins des femmes ne sont alors plus un enjeu pour le gouvernement, qui priorise ceux des législateurs.

L’administration n’a pas révélé les mécanismes justifiant que ses dépenses auront un impact sur les femmes. En effet, les autres lignes du budget certifiant le souci accordé à la santé des femmes, l’éducation des filles, la protection face aux violences n’ont pas reçu l’attention des pouvoirs publics. La mortalité maternelle haïtienne est la plus élevée de la région. Le pays compte 529 décès maternels pour 100000 naissances vivantes; l’avortement en est la troisième cause. Ces statistiques confirment que les filles n’ont pas d’accès aux informations sur la santé sexuelle et reproductive (MSPP, 2018). Elles signalent aussi le recul des femmes dans la vie publique et la sphère politique. En effet, le nombre des femmes élues du Parlement est passé de 6 entre 2011 et 2016 à 4 en 2016, soit 3 femmes pour 119 députés et 1 pour 30 sénateurs. La part du budget accordée aux femmes reflète autant les priorités de l’État que les rapports de sexe qui traversent cette société.

Les femmes sont confrontées à des problèmes structurels que les dépenses du MCFDF n’ont pas touchés. Par exemple, le rapport EMMUS-VI 2016-2017 (MSPP, 2018) montre que, six ans après la plateforme N ap vanse (« Nous avançons »), 24 % des Haïtiennes n’ont jamais fréquenté l’école contre 17 % des hommes. Face à ce constat, l’irresponsabilité apparaît comme une technique de gouvernement, et cet article propose d’analyser les dynamiques structurelles qui rendent possible l’indifférence des dirigeants par rapport aux besoins de la population.

2. L’irresponsabilité : une technique de gouvernement qui alourdit la charge des femmes

La gouvernementalité, telle qu’elle est définie dans la pensée de Foucault (2004), concerne une société où l’État assure sa puissance par la normalisation des conduites individuelles. Dans cette entreprise, l’État se porte garant des risques sociaux en activant son rôle de protection des individus. Il ressort de ce schéma que l’État produit du social à partir d’un ensemble de régulations collectives et de supports négociables, lisibles et valides. Ses dispositifs lui permettent d’établir un lien avec l’individu par la prise en charge de son éducation, sa sécurité, sa santé, son travail. En un mot, l’État se charge du bien commun.

Dans le cas d’Haïti, la gouvernementalité échappe à ce schéma. Aucune structure n’est proposée pour assumer des charges qui relèvent du domaine de l’État. En effet, la tradition politique haïtienne donnant forme au vivre ensemble est plutôt axée sur le retrait de l’État et de ses élites de tout ce qui concerne le collectif, donc des besoins collectifs. L’État refuse ainsi de se porter garant du bien-être social. Le pouvoir ne vise ni le bien commun ni l’intérêt général, d’où la gouvernementalité par l’irresponsabilité qui atteste que la connaissance de la population n’est pas une priorité pour les pouvoirs publics. En découlent l’absence, la faiblesse des politiques constitutives des grandes institutions intégratrices, telles que la famille, l’école, l’université, connectant toutes les couches sociales et donnant le ton à l’ensemble de la société. Dans ce cadre, chaque groupe social construit ses propres référents en fonction des moyens dont les membres disposent. Il en résulte que « l’État ne s’étatise » pas (Hache, 2007) vu qu’il refuse de construire ses individus en population et de sauvegarder sa souveraineté sur son territoire.

Saisie sur un plan théorique, la gouvernementalité par l’irresponsabilité renvoie à une forme de rationalité politique. Cette technique de gouvernement donne à voir que l’État se désengage vis-à-vis des besoins sociaux vitaux en induisant l’existence d’une société élevant le risque en mode de vie. Dès lors, la puissance publique se comporte en créancier d’une population qui se retrouve en situation de débitrice. Les dirigeants tirent plus de revenus qu’ils ne rendent à la société en poussant les individus à mettre en place leurs propres recours face aux risques. Il s’ensuit des dispositifs formels du pouvoir, qui ne sont jamais tout à fait clairs au regard des besoins du collectif, auxquels s’ajoutent des dispositifs parallèles émergeant au sein de la population dont la fonction est de faire face aux défis du quotidien. Dans certaines situations, l’État donne son concours à la fixation de dispositifs parallèles à même de garantir sa position de désengagement vis-à-vis de la population. C’est le cas du poto mitan, signifiant qu’une personne, souvent une femme, est désignée pour assumer le rôle de protection au sein de sa famille. L’une des caractéristiques clés de ce modèle réside dans le fait que les risques sociaux sont reportés sur et assumés par les individus les plus démunis. Ces derniers ont l’obligation de rassurer le collectif face aux incertitudes sociales, en mettant leurs maigres ressources et leur travail à la disposition du bien commun. Ces individus, sommés d’être responsables, sont ceux qui ont le moins de possibilités de s’individualiser, donc d’être libres de profiter de leurs revenus. Il s’agit surtout de femmes et, dans une moindre mesure, de personnes des deux sexes issus de la paysannerie. Ainsi se dessine une société décollectivisée (Castel, 2009) qui se reproduit en prônant le principe (« chacun pour soi »). La société ne crée pas de bien collectif, dont le système de protection sociale. Dans ce contexte, chaque famille tente de construire un individu pilier, généralement une femme, dont la tâche est surtout de contribuer à la prise en charge des problèmes du groupe, vu que les besoins sociaux ne sont pas collectivisés. Cet individu, bien qu’apparaissant comme étant autonome, est celui qui a le moins d’opportunité d’utiliser les ressources de son travail pour lui-même. Le délitement socio-économique actuel de la société tend à ébranler les assises de cet arrangement et à mettre à nu la décollectivisation de l’ensemble, vu que les catégories qui traditionnellement se chargeaient de la protection se recrutent parmi les plus appauvries.

La gouvernementalité par l’irresponsabilité se capitalise sur les pratiques du laisser-faire et du laisser mourir en lieu et place du faire vivre du gouvernement pastoral. Tronto (1993) associe cette incapacité de percevoir et de répondre aux besoins à une forme de mal qu’elle appelle « ignorance ». Les gouvernements haïtiens ont su cultiver cette ignorance des réalités. Ils n’ont pas su, pas voulu prendre en compte certaines informations portant sur le collectif. Par exemple, le géologue Claude Prépetit avait averti les autorités de la probabilité d’un séisme majeur en amenant les faits que l’historien Moreau de Saint-Méry (1750-1819) avait rapportés. Entre 1564 et 1789, l’île d’Haïti a connu dix-huit événements sismiques; les deux plus importants qui avaient totalement détruit la capitale étaient ceux du 18 octobre 1751 et du 3 juin 1770. De même, en 2008, à la suite d’une série de cyclones, une responsable du Centre national de l’information géo-spatiale (CNIGS), Gina Porcéna[i] , avait porté à l’attention des autorités la nécessité de prendre en compte les séismes dans la protection civile. Par ailleurs, le désengagement de l’État a un lien avec l’introduction du choléra en Haïti par les troupes de l’ONU ainsi que son extension qui a provoqué la mort d’un nombre considérable d’Haïtiens et d’Haïtiennes des classes défavorisées[ii]. Elle se répand dans les zones où les infrastructures sanitaires de base sont presque inexistantes. Ce faisant, les gouvernants s’investissent dans une forme de « nécropolitique », pour reprendre le concept de Mbembe (2006), qui renvoie à une forme d’économie du pouvoir dont la caractéristique est le gaspillage de la vie et la production active de la mort à grande échelle.

Cette situation traduit une longue tradition d’inimitié de l’État envers sa population. Dans ce cas de figure, il cherche à éliminer sa propre population en se déchargeant de toute obligation envers celle-ci. Même les ressortissants du pays sont traités comme des personnes sans droits dans leur propre pays. Pour contourner sa responsabilité, ce pouvoir anti-pastoral s’allie souvent à des groupes internes ou externes afin de se perpétuer. En témoigne, tout au long de notre histoire, la présence de groupes paramilitaires qui prêtent leurs services au pouvoir et des élites traditionnelles qui s’allient avec des forces étrangères à l’encontre des intérêts nationaux. Pour fonctionner, le gouvernement axé sur l’irresponsabilité facilite la mise en place d’un dispositif de pouvoir clé : le dispositif étato-externe, qui sera défini plus loin. De plus, il glorifie et sollicite l’engagement économique des femmes.

3. L’engagement économique des femmes haïtiennes

Pour comprendre l’engagement économique des femmes, il nous faut considérer le mode de formation de la société haïtienne ainsi que les situations de déplacement des femmes, et aller au-delà des statistiques nationales de l’emploi. La rapport EMMUS-VI 2016-2017 (MSPP, 2018) donne une idée de la situation des femmes face à l’emploi : 44 % des enquêtées affirment ne pas avoir travaillé pendant les 12 derniers mois. Ce nombre descend à 26 % chez les hommes. Ces chiffres se rapprochent de ceux que l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI, 2010) a publiés en juillet 2010 et qui montrent que le taux de chômage élargi concerne 48,7 % des femmes. En effet, l’IHSI dévoile ainsi que 19,2 % des femmes font face au chômage ouvert, contre 14,9 % des hommes, et que 48,7 % d’entre elles sont frappées par le chômage élargi, contre 32,5 % pour l’autre sexe. Pourtant, les femmes haïtiennes sont souvent des commerçantes de rue et des travailleuses immigrées chargées de répondre aux besoins de leurs familles restées en Haïti (Lamour, 2017, 2018). L’histoire haïtienne permet de comprendre la situation des femmes. L’entité qui a émergé après l’indépendance d’Haïti, que les Haïtiens et Haïtiennes dénomment pompeusement « l’État », a toujours transféré sur les individus les charges sociales qui fondent ses fonctions régaliennes, dont la santé, l’emploi et l’éducation. Contrairement à l’État foucaldien fixant les normes disciplinaires de construction de sa population, l’État haïtien ayant émergé de la matrice coloniale n’a jamais assuré les besoins des populations esclaves. Il poursuit la tradition esclavagiste de non-responsabilité envers la nourriture des esclaves (Saint-Louis, 1999).

L’émergence de la petite exploitation paysanne, sur fond de rapports entre masses et élites durant le xixe siècle, a fait surgir des dispositifs communautaires de solidarité et de survie dans notre société. Les individus ont su créer des « institutions » de proximité en dehors du politique. C’est le cas du lakou[iii], que le milieu rural a produit durant le xixe siècle, ou des unions consensuelles (plaçage, mariage traditionnel, Vivavèk – « Vivre avec », union n’impliquant pas de cohabitation durable). En dépit de leur emprise, ces institutions sont ignorées par l’État. Mais force est de constater que les femmes, toutes catégories confondues, constituent les piliers autour desquels s’articulent ces alternatives.

La solidarité s’exprime sous une forme « mécanique », pour reprendre Durkheim (2013), ce qui signifie que la société ne s’investit pas dans la production d’un savoir ni dans les mécanismes de la prise en charge collective des risques. Les femmes sont alors à tout moment à l’initiative de la protection dans leurs familles. Dans les années 1930, Rezia Vincent, sœur du président Sténio Vincent (1930-1941), luttait pour l’accès à l’éducation des filles des classes défavorisées. Elle avait invité les religieuses de la congrégation salésienne à s’installer en Haïti. Cette femme avait initié une « politique du care » avec la création de structures comme l’Œuvre des enfants assistés ou la Caisse d’assistance sociale – qui existe encore. La sociologue Madeleine Sylvain-Bouchereau, pionnière du mouvement féministe haïtien, a montré que les femmes de la petite bourgeoisie urbaine partaient travailler au début du xxe siècle ; elles secondaient leurs conjoints afin d’accroître les revenus en baisse du foyer suite à la dégradation de l’économie nationale lors de la première occupation du pays par les États-Unis en 1915. Pendant cette même période, les femmes des classes aisées avaient accédé au marché du travail. Frappées par le délitement du cadre de vie national, elles étaient obligées d’investir le marché du travail. Ces mouvements sont contemporains de la crise économique de 1929 et de la Première Guerre mondiale. Il fallait déjà en Haïti deux salaires pour faire tourner les foyers des classes supérieures. S’amorce dès ce moment l’apparition des femmes de la haute bourgeoisie dans le commerce de détail hors de leurs foyers (Sylvain-Bouchereau, 1957).

En commentant la situation économique qu’Haïti a connue au début du xxe siècle, Lucien (2014) révèle le mouvement d’expulsion de la force de travail féminine allant des campagnes vers les villes. En 1940, selon cet auteur, plus de mille femmes sont ouvrières dans les ateliers Max Fussman qui produisent des sacs de jute. Elles seront près de cinq mille en 1941. Cet auteur dira que le prolétariat urbain à Port-au-Prince est dominé par les ouvrières. Cela suppose le déplacement des femmes dans la ville et la féminisation progressive de la rue. Lors de l’occupation d’Haïti par les ÉtatsUnis en 1915, selon Castor (1989), les hommes et les femmes issues de la paysannerie commençent à émigrer vers Cuba et la République dominicaine. À ce moment, l’expropriation des familles paysannes par les grandes compagnies étasuniennes entraînent la formation d’un prolétariat rural[iv]. Ces déplacements inédits inaugurent l’entrée des Haïtiennes, dont celles qui sont appauvries, dans un courant migratoire international de travail. Entre-temps, les paysannes restées sur place suppléent, avec leurs enfants, la force de travail masculine manquante (Castor, 1989). Toutefois, la décennie suivante amène un changement notable dans les activités économiques des femmes. Dans un contexte de crise économique, celles-ci s’organisent pour assumer des responsabilités qui reviennent en principe à l’État et aux élites.

Face à la dégradation du cadre de vie et l’essoufflement des mécanismes de solidarité, de nouveaux acteurs apparaissent sur le terrain haïtien. En effet, les premières organisations non gouvernementales (ONG), dont le CARE[v], s’installent en 1954 à la suite du cyclone Hazel[vi], dévoilant ainsi l’autre face du pouvoir axé sur l’irresponsabilité, ce dernier renvoyant la charge des besoins de protection à des structures externes. Cette évolution signale que les dispositifs déployés par les familles et les femmes sont insuffisants pour répondre aux risques collectifs. Alors, d’autres instances d’origine externe peuvent se proposer pour compenser l’irresponsabilité du pouvoir.

4. Le dispositif étato-externe

Après la chute de la dictature (1957-1986), les ONG sont de plus en plus présentes en Haïti, où se renforce cet « art de gouverner » (Foucault, 2004 ; Lascoumes, 2004) articulé autour de l’irresponsabilité. Par là, l’État se permet de reporter la prise en charge des risques sociaux sur les femmes et les acteurs externes se proposant d’assumer l’humanitaire. Il en découle une forme d’exercice du pouvoir diluant le processus de centralisation de l’État, une certaine rationalité politique impliquant des formes spécifiques de technicisation et désignée ici par le concept de dispositif étato-externe. En termes de technicisation, on note deux modes de faire : le quadrillage du territoire en fonction des compétences que s’auto-attribuent les ONG et l’imposition de l’urgence par ces acteurs non étatiques comme mode de gestion managériale de problèmes sociopolitiques. Les techniques de ces acteurs facilitent l’imposition du conjoncturel au mépris du structurel au sein du politique. Ce dispositif suggère des pratiques qui associent plusieurs groupes d’intérêts : ceux des tenants de l’État, des élites dirigeantes, des actrices et acteurs institutionnels internationaux.

Ces groupes ont la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, de modeler et de contrôler les gestes, les ressources, les conduites, les opinions et les discours, assurant ainsi le gouvernement de la société haïtienne, d’où une machine contextualisée et située de gouvernance impliquant une relation étroite entre ces trois entités (État, élite et communauté internationale). Le pouvoir, servant à assurer le maintien de la domination de l’État et de ses alliés organiques sur le pays et les individus y vivant, n’est pas nécessairement localisé dans l’appareil d’État; il est redistribué entre les acteurs étatiques, non gouvernementaux et les organismes internationaux d’aide.

En se donnant pour perspective de répondre aux besoins des familles, les ONG étayent la tradition haïtienne de l’irresponsabilité étatique. Elles soutiennent un discours d’empowerment auprès des populations. Elles mobilisent la figure du poto mitan au service des acteurs du dispositif de pouvoir. Le poto mitan devient une technologie de pouvoir, car il est au centre de la structuration de rapports sociaux de pouvoir interne et externe. Dans ce cadre, le discours d’empowerment qui s’aligne sur les cadres sexistes traversant la société rend l’irresponsabilité de l’État désirable. Ce discours se déguise à l’occasion des faux habits du féminisme, en occultant une compréhension réelle des rapports de sexe. Si, à l’interne, le poto mitan apparaît comme un dispositif, face à l’externe, il devient une technologie. En effet, il est phagocyté par le dispositif étato-externe présenté plus loin qui en a fait un auxiliaire.

De 1986 jusqu’aux catastrophes naturelles récurrentes de ces dernières années, le dispositif de pouvoir prend forme et se renforce dans les moments de crise en installant un mode de fonctionnement particulier du politique. De 1900 à 2008, le pays a connu 60 catastrophes majeures, dont 23 cyclones et tempêtes tropicales, 28 inondations majeures et 7 sécheresses (Pierre-Louis, 2016). Le séisme de 2010 s’ajoute à cette liste. En 2016, le cyclone Matthew a ravagé le Sud du pays. Ces catastrophes de la deuxième moitié du xxe siècle ont permis aux ONG d’acquérir un poids important dans l’orientation de la vie de la société. Le réalisateur Raoul Peck, dans Assistance Mortelle (2013), illustre ces propos pour l’année 2010. Le pays se construit un dispositif pernicieux favorisant le maintien de la gouvernementalité par l’irresponsabilité, soudant la complicité entre les acteurs internes et externes du dispositif.

L’analyse du poto mitan comme technologie de pouvoir suffit pour montrer les liens associant ce mode de gouvernementalité, le dispositif politique et le poto mitan. Les dispositifs familiaux et étato-externes révèlent un mode d’action montrant que l’État laisse des acteurs externes occuper des espaces de la vie collective qui relèvent en général de son champ d’intervention.

4. 1. Le poto mitan : une technologie de conduite des femmes

De l’indépendance d’Haïti en 1804 jusqu’aux années 1950, les problèmes collectifs sont traités par le recours à trois solutions : les initiatives familiales demandant aux femmes de s’investir face aux risques, la charité sociale et l’aide externe. À l’inverse de la figure des femmes au foyer observée dans d’autres contextes sociaux, le poto mitan vient à représenter le modèle hégémonique de féminité dans la société haïtienne. Il en résulte une reconfiguration particulière des rapports État/société impactant la vie privée et domestique des femmes. En tant qu’instrument de pouvoir, le poto mitan s’appuie sur trois composantes favorisant l’autonomie contrôlée des femmes : un substrat technique (la marchande ; une organisation familiale spécifique, la femme responsable de ses enfants qui n’est pas en union ou qui évolue dans une famille de type monoparentale) ; et une philosophie gestionnaire du sacrifice de soi pour les autres (« Sauf nous, personne ne peut faire ce que nous faisons », « C’est notre tâche en tant que femmes » – « se travay nou kom fanm »).

Néanmoins, les femmes sont sommées d’assumer la prise en charge des autres pendant que l’État et les hommes n’y sont pas astreints. Ce dispositif soutient le déploiement et le maintien des rapports de sexe fondant l’ordinaire de la domination des hommes sur les femmes. Il en découle un gouvernement des comportements des femmes réactualisant le discours autour de deux éléments essentiels : l’autonomie et la débrouille. Quand les femmes disposent de moyens pour résoudre leurs problèmes familiaux en dehors de l’État et des hommes, il se perpétue un modèle disciplinaire où celles-ci apprennent à ne compter que sur elles-mêmes et leurs proches, en priorité d’autres femmes. Ainsi, la figure de femme poto mitan assumant seule des responsabilités est la figure idéale de ce modèle de gouvernementalité qui s’allie au dispositif étato-externe. Sous cet angle, la technologie du poto mitan facilite le contrôle du corps, de la force de travail et de la conscience. Il agit tant sur le plan symbolique que sur le plan matériel.

Dans ce cadre, l’éloge public des Haïtiennes dans leur rôle de poto mitan est un discours factice qui véhicule une fausse promesse d’émancipation. Les artifices des ONG souhaitant l’empowerment des femmes tendent à naturaliser et déshistoriciser les rapports intimes que le poto mitan partage avec l’esclavage, et sa contribution dans la reproduction des rapports de pouvoir en Haïti. Le site de l’ONG Caritas International après le séisme de 2010 présente ainsi la situation : sur le terrain, Caritas International continue de fournir aux démunis « les moyens, les connaissances et le soutien nécessaires afin qu’ils puissent, eux-mêmes, reprendre leur vie en main » (Belga News, 2015). La Croix-Rouge de Belgique s’active pour développer des programmes favorisant l’accès aux microcrédits pour les jeunes femmes. Dans un documentaire sur un groupe de femmes appuyé par CARE, la responsable du groupe de crédit des femmes, Micheline Exantus Hilaire, explique : « Il faut que nous nous prenions en charge sans déranger ni l’État, ni les banques » (Le Tourneur d’Ison et Bonnemazou, s. d.).

Dès 2008, CARE réalise son programme d’Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC). Les groupements constitués comptent 14 146 membres, dont 72 % sont des femmes qui appartiennent aux catégories les plus vulnérables. Selon CARE, ces associations offrent aux femmes et aux jeunes filles disposant de faibles revenus l’opportunité d’améliorer leurs capacités afin de sortir de la pauvreté. Les AVEC leur permettent d’accéder à l’épargne-crédit, à petite échelle et à moindre risque, et d’atteindre un niveau de compétence en matière de « gestion financière ». Ici les problèmes sociaux et de gestion de la vulnérabilité sont reportés sur la famille, où les femmes jouent un rôle de premier plan.

Entre 2010 et 2013, le PNUD, allié au gouvernement du président Michel Martelly, modélise une stratégie de création d’emplois adaptée aux besoins des femmes et des jeunes filles des quartiers populaires. Cette stratégie vise alors l’amélioration des conditions économiques des familles les plus démunies. Dans ce cadre, le Championnat des jeunes femmes entrepreneures est lancé en 2012. Trente-et-une championnes, âgées de 18 à 34 ans, concourent sur le territoire et sont récompensées par le PNUD. Les championnes reçoivent une subvention de 500 USD afin de lancer leurs commerces. Ces entrepreneures ont droit à un accompagnement technique afin de développer leurs entreprises. Elles profitent aussi des opportunités de mise en réseau et de partenariats avec d’autres femmes commerçantes (PNUD, 2012). Ces stratégies font écho aux déclarations du 8 mars 2010 de Nigel Fisher, représentant spécial par intérim en Haïti du Secrétaire général des Nations unies, chef de la mission onusienne : « Face aux difficultés économiques, face aux catastrophes naturelles, face aux violences dont elles sont encore trop souvent les victimes, elles [les femmes] font toujours preuve d’une force et d’une résistance hors du commun. » Ainsi, celles qui représentent plus de la moitié de la population haïtienne sont « l’une des principales richesses d’Haïti », et doivent être soutenues, rendues autonomes économiquement, afin de leur « permettre de jouer pleinement le rôle central qui est le leur dans le développement durable d’Haïti » (PNUD, 2012).

Discours et faits illustrent le mode de gouvernementalité par l’irresponsabilité et le dispositif étato-externe. En agissant de la sorte, les agences internationales et les ONG présentes en Haïti récupèrent des techniques de gouvernement du soi qui sont déjà à l’œuvre dans le pays. Elles en profitent pour construire un discours ambigu autour de l’image du poto mitan dont l’objectif est d’inciter les femmes et leurs proches à se solidariser avec ces manières de faire, d’où des formes d’essentialisation qui enferment les individus dans des positionnalités subalternes. En procédant ainsi, les ONG réactualisent la dépolitisation des risques sociaux ; elles réaffirment la position de pilier des femmes dans les familles. Les modes d’actions présents en Haïti après le séisme de 2010 permettent d’illustrer nos propos.

4. 2. La société civile haïtienne face au dispositif étato-externe

Le dispositif étato-externe avait énormément freiné le déploiement du mouvement féministe haïtien après le séisme de 2010. C’est ce qui ressort des témoignages des luttes des féministes après cet événement. À ce moment, ces dernières avaient dénoncé les moyens utilisés par la plupart des organisations internationales et des ONG travaillant sur le genre en vue d’atteindre les femmes au mépris des protocoles endogènes déjà éprouvés sur le terrain, notamment en ce qui concerne la prise en charge des violences sexuelles. En réaction, les actrices locales avaient lutté contre le traitement international de la catastrophe en montrant que les femmes haïtiennes n’ont pas vocation à devenir des petits commerçants ou poto mitan pour répondre aux stéréotypes construits à l’échelle internationale sur les Haïtiennes. En se positionnant sur ces questions, elles ont combattu les programmes que défendaient certaines ONG, lesquels voulaient faire des femmes des championnes dans la gestion de la survie. Pour écarter le contre-discours endogène, des acteurs internationaux et des ONG ont fait circuler à l’échelle mondiale la rumeur de la déroute du mouvement féminisme haïtien ainsi que de la « mort du mouvement » (Côté, 2018, p. 254), vu que trois de ses leaders avaient péri dans la catastrophe.

Il en a résulté une évaluation négative du féminisme haïtien qui était alors disqualifié en tant qu’interlocuteur dans la résolution de la crise nationale après la catastrophe. La circulation de cette rumeur a facilité la montée d’un discours victimisant visant à nier toute forme de reconnaissance vis-à vis du travail déjà effectué par les féministes depuis la fin de la dictature en Haïti. La parole des féministes survivantes de la catastrophe a aussi été délégitimée. Dans cette lutte, l’accès des féministes aux plates-formes discursives avait été soumis à restriction; leur visibilité avait été réduite au profit d’organisations de femmes créées dans la suite du cataclysme. Dans cette lutte qui prétendait écarter les acteurs et actrices organisés sur le terrain, les ONG avaient soit cessé de financer les programmes des organisations, soit proposé à ces dernières des sommes exagérées qu’elles devaient dépenser dans un temps record sous prétexte d’urgence (l’État haïtien ne finance pas sa société civile). Les organisations qui avaient refusé ces conditions ont subi une baisse drastique de leur financement durant les premières années post-séisme, en dépit de la poursuite de leur travail politique d’accompagnement des femmes. À ce titre, il n’est pas abusif de pointer du doigt le poids de la corruption, des abus, des violations et du chantage comme dérives constitutives du dispositif.

En outre, les ONG actives sur le terrain ont récupéré l’un des piliers stratégiques du mouvement féministe haïtien, la lutte contre les violences faites aux femmes en Haïti, en construisant un discours autour du viol qui était à l’occasion considéré comme une épidémie méritant un traitement thérapeutique (Côté, 2018 ; Romulus, 2018). Il en est ressorti un propos dépolitisant sur le viol et les violences sexuelles qui a donné lieu à des dérives après le séisme. Par ce traitement du viol, les acteurs externes ont exprimé la prétention de réécrire le récit sur les violences sexuelles subies par les femmes haïtiennes en 1915, lors de la première occupation du pays par les États-Unis. Or, la construction politique du viol constitue un pan structurel du mouvement féministe. En sus, les acteurs externes avaient oblitéré la dynamique complexe des rapports de sexe interne et externe qui structure le travail de l’humanitaire en relation avec les violences sexuelles, notamment sur mineures, dans les pays du Sud. Le scandale qui a éclaté en 2018 sur les dérives de l’ONG OXFAM GB (Alterpresse, 2018 ; Parkin Daniels, 2018) en Haïti après le séisme témoigne de cet aspect du problème. L’une des conséquences de ces pratiques est la mise au ban de la société civile haïtienne organisée. Il en découle que le dispositif étato-externe est de nature totalitaire ; il tend à disqualifier les discours, à affaiblir, à dévitaliser et à étouffer les espaces de revendications qui vont à l’encontre de ses intérêts et de ses logiques. En définitive, ce dispositif est porteur de pratiques antiféministes qui empêchent les militantes d’accéder à l’espace public. En passant par cette voie, il réaffirme la subordination des femmes dans le débat sur et dans la reconstruction du pays. À ce stade, ce dispositif facilite la domestication de la société civile en quadrillant les espaces discursifs disponibles et en contrôlant les ressources disponibles : d’une part, il énonce le principe discursif de reconnaissance des droits des femmes, d’autre part, il empêche l’accès des féministes aux arènes discursives et aux ressources pour continuer cette même lutte. Ce type de discours fonctionne en deux temps : une affirmation sur quelque chose, et une seconde qui dit le contraire, dessinant ainsi une stratégie discursive perverse.

Cette double contrainte traduit le mode de fonctionnement du dispositif, qui s’appuie sur des injonctions paradoxales (Bateson et al., 1956) manipulant l’opinion internationale et nationale et validant le discours international de l’inexistence de la société civile en Haïti. Ce message facilite la circulation du discours qui présente Haïti comme un État failli au niveau international. Dans sa marche, ce dispositif s’assure que la société civile et ses organisations apparaissent et restent comme des objets plutôt que des sujets d’un discours construit au niveau interne.

Conclusion

Cet article analyse la manière dont les décideurs des deux sexes ont utilisé le mot « poto mitan » pour construire un discours biaisé sur la reconstruction d’Haïti après le séisme du 12 janvier 2010. Les faits attestent que le MCFDF n’a pas utilisé son budget en montrant que l’État a inséré les femmes dans ce processus, car, entre discours et faits, s’interpose un modèle inédit de gestion de la chose publique : la gouvernementalité par l’irresponsabilité. Dans ce modèle, l’État se décharge de ses fonctions de protection sur les individus les plus vulnérables, particulièrement les femmes, dont les actions de protection facilitent le maintien et la reproduction d’un mode de gouvernement. Partant de là, il devient possible de souligner l’engagement économique des femmes et de montrer le poids du poto mitan dans notre société. Cette forme de gouvernementalité explique aussi le surgissement du dispositif étato-externe sur lequel s’appuient les ONG en poussant les femmes à céder leur force de travail afin d’assurer un équilibre précaire du social. En faisant appel au poto mitan, les acteurs étatiques et non gouvernementaux peuvent mobiliser une technologie endogène de conduite des femmes pour garantir une forme de protection sociale qui va de pair avec un empowerment fictif de ces dernières.

Discours et actes construits à l’interne enferment les Haïtiennes dans des rôles de poto mitan, des « gestionnaires de survie » (Neptune-Anglade, 1986). Clichés et stéréotypes de femmes résilientes et fortes se font à l’interne facilitant l’enracinement des idées que les autres sociétés se font d’Haïti et des Haïtiennes. Autour des stratégies de survie des femmes, la communauté internationale prend la latitude d’organiser un discours essentialiste de résilience qui crée une forme d’exceptionalisation de ce groupe.

Ce mélange sert d’écran aux acteurs et actrices du dispositif étato-externe qui voient augmenter leur capital de sympathie internationale. Le discours soutient le dispositif humanitaire ; il dispense de questionner l’État. Les élites haïtiennes peuvent alors maintenir leurs positions en se mettant à jouer le rôle d’intermédiaires entre l’interne et l’externe et en tirant des avantages en termes de revenus et de bien-être. Les parties trouvent chacune un avantage dans la construction du discours de résilience. Ce discours paraît crédible d’autant qu’il est édifié en connexion avec la notion de résilience qui est attribuée à une population.

La résilience devient alors une essence caractérisant une population et ordonnant les attitudes, car celles et ceux qui ne peuvent suivre, ni être résilients comme on veut qu’ils le soient, sont des oubliés. Ainsi, le discours de la résilience est devenu un pendant sournois de l’injonction à l’auto-responsabilisation sans compter sur l’intervention de l’État ni l’exiger. Ces analyses invitent à reconsidérer le mot « irresponsabilité », qui est une catégorie de la domination. En cessant d’être une catégorie morale, l’irresponsabilité devient une des formes possibles de la gouvernementalité.

En définitive, les femmes sont soumises à des injonctions paradoxales. Elles se doivent d’être autonomes, tout en restant à l’intérieur d’un rapport de sexe que le dispositif étato-externe vient structurer et renforcer. L’international occupe auprès de l’État l’espace de dialogue que les dirigés devraient occuper. Cette situation empêche que les revendications des dirigés, notamment celles des Haïtiennes, deviennent audibles. Si l’État ne prend pas ses responsabilités vis-à-vis de sa population, les femmes ne sauront se décharger de leur rôle de « gestionnaire de survie ». Sans une réponse à ces questions, les femmes ne pourront ni se réapproprier elles-mêmes ni se construire un espace de bien-être où elles pourront être autonomes de manière pleine et entière.


[i] Décédée lors du séisme du 12 janvier 2010.

[ii] En Haïti, le choléra épouse les contours des « violences structurelles » (Farmer, 2003) de classe, de genre et de division territoriale (Lamour, 2018). Son expansion suit la courbe des « structures inégalitaires » (Farmer, ibid.) propre à Haïti.

[iii] Le lakou vient du français « la cour ». Il renvoie à une unité d’habitat « centrale » autour de laquelle s’instaure un espace commun devenant un véritable lieu collectif et d’échanges sociaux. Selon Anglade cité par Prophete (1999), le lakou constitue l’agglomération de base de la famille paysanne. Ce sont les survivances des gros hameaux de la paysannerie. Selon Prophete (ibid.) le lakou consiste en une agglo-mération de petites kays (« petites maisons ») serrées autour d’un espace en terre battue au milieu d’un enchevêtrement de jardin, régies par des liens tacites de parenté. Actuellement, le lakou sous sa forme traditionnelle a disparu en Haïti sous l’influence de divers facteurs (social, économique et politique).

[iv] Au cours de cette période, entre 300 000 et 800 000 Haïtiens et Haïtiennes ont officiellement laissé le pays pour Cuba et la République dominicaine. Les paysans et les paysannes sont devenus des journaliers vivant de salaires de misère. Les hommes gagnaient entre 0,20 et 0,30 USD par jour contre 0,10 USD pour les femmes et les enfants (Castor, 1989).

[v] Voir www.care.org/country/haiti (consulté en mai 2019).

[vi] Pour plus de détails sur cette période, voir Cédras (2015)

L’auteure

Sabine Lamour

Sabine Lamour Docteure en sociologie, intervient depuis 2005 dans les organisations de femmes en tant que militante féministe et consultante indépendante, tant au niveau rural qu’urbain. Elle enseigne à l’université d’État d’Haïti depuis 2012. Depuis 2017, elle est la coordonnatrice nationale de la Solidarité des femmes haïtiennes (Sofa). Elle travaille sur les questions relatives aux rapports sociaux de sexe, la flibusterie, l’esclavage, le colorisme, les dynamiques familiales caribéennes et l’organisation du politique en Haïti.

A récemment publié

Lamour S., à paraître, « De l’éthique de la responsabilité à l’idéal sacrificiel : lire et commenter le concept appropriation en Haïti à partir de Guillaumin », Cahiers du genre.

Lamour S., 2018, « Partir pour mieux s’enraciner ou retour sur la fabrique du poto mitan en Haïti », dans Lamour S., Côté D., Alexis D. (dir.), Déjouer le silence : contre-discours sur les femmes haïtiennes, Montréal/Port-au-Prince, Éditions du remue-ménage/Mémoire d’encrier/PressUniQ, p. 96-105. DOI : 10.17613/j01c-t864

Lamour S., Côté D., Alexis D. (dir.), 2018, Déjouer le silence : contre-discours sur les femmes haïtiennes, Montréal/ Port-au-Prince, Éditions du remueménage/Mémoire d’encrier/PressUniQ.

Lamour S., 2017, Entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto mitan en Haïti, thèse de doctorat en sociologie, Paris, université Paris 8/ CRESPPA-CSU.

Lamour S., 2016, « Les Fiyèt-Lalo (fillettes-lalo) : un impensé de la mémoire de la dictature duvaliériste », dans Cénatus B., Douailler S., Duvivier PierreLouis M., Tassin É. (dir.), Haïti : de la dictature à la démocratie?, Montréal, Mémoire d’encrier, p. 213-234.

Lamour S., 2015, « Le statut paradoxal des femmes en Haïti », dans Calmont A., Mérat P. J. (dir.), Haïti entre permanences et ruptures : une géographie du territoire, Matoury, Ibis Rouge Éditions, p. 53-61.

Bibliographie

Alterpresse, 2018, « Des féministes d’Haïti condamnent sans réserve les abus sexuels qui éclaboussent l’ONG Oxfam », 20 février, alterpresse.org, http://www.alterpresse.org/spip. php?article22729#.XH3kxVNKh2Y

Bateson  G., Jackson D.  D., Haley  J. et  al., « Toward a Theory of Schizophrenia », Behavioral Science, vol. 1, no  4, p. 251-264. DOI : 10.1002/ bs.3830010402

Belga News, 2015, « Haïti : cinq ans après le séisme, les besoins restent gigantesques », 10 janvier, rtbf.info, www. rtbf.be/info/monde/detail_haiti-cinq-ansapres-le-seisme-les-besoins-restentgigantesques?id=8746972 (consulté en mai 2019).

Castel R., 2009, La montée des incertitudes : travail, protection et statut de l’individu, Paris, Seuil.

Castor S., 1989, L’occupation américaine d’Haïti, Port-au-Prince, Éditions Henri Deschamps.

Cédras R., 2015, Le cyclone Hazel : inventaire d’un passé présent, Port-au-Prince, C3 Éditions.

Chéry F.-G., 2005, Société, économie et politique en Haïti. La crise permanente, Port-au-Prince, Éditions des Antilles.

Côté D., 2018, « Défense des droits des femmes en Haïti : les effets déstructurants, de l’aide humanitaire », dans Lamour  S., Côté  D., Alexis  D. (dir.), Déjouer le silence, contre-discours sur les femmes haïtiennes, Montréal/ Port-au-Prince, Éditions du remueménage/ Mémoire d’encrier/ PressUniQ, p. 251-262.

Durkheim É., 2013 [1893], De la division du travail social, Paris, PUF.

Farmer P., 2003, Pathologies of Power: Health, Human Rights, and the New War on the Poor, Berkeley, University of California Press.

Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population, Paris, Seuil.

Hache  É., 2007, « La responsabilité, une technique de gouvernementalité néolibérale ? », Raisons politiques, vol. 4, no  28, p. 49-65. DOI : 10.3917/ rai.028.0049

IHSI (Institut haïtien de statistique et d’informatique), 2010, Enquête sur l’emploi et l’économie informelle (EEEI) en Haïti, Port-au-Prince, IHSI, http:// www.ihsi.ht/pdf/eeei.pdf (consulté en mai 2019).

Lamour  S., 2018, « Partir pour mieux s’enraciner ou retour sur la fabrique du poto mitan en Haïti », dans Lamour S., Côté  D., Alexis  D. (dir.), Déjouer le silence : contre-discours sur les femmes haïtiennes, Montréal/Port-au-Prince, Éditions du remue-ménage/Mémoire d’encrier/PressUniQ, p. 96-105. DOI : 10.17613/j01c-t864

Lamour  S., 2017, Entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto mitan en Haïti, thèse de doctorat en sociologie, Paris, université Paris 8/ CRESPPA-CSU.

Lascoumes  P., 2004, « La gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies du pouvoir », Le Portique, no  13-14, http://journals.openedition.org/ leportique/625 (consulté en mai 2019).


Le Tourneur d’Ison C., Bonnemazou V., s. d., Femmes Lumières. Un webdoc sur les femmes et l’épargne villageoise, chapitre sur Haïti : Micheline, présidente du groupe Fanm Vanyan (« femmes vaillantes » en créole), Belafilms et Philéas Doc, 3,30 min, http://femmeslumiere.tv5monde.com/#/fr/video/view/5/ haiti-micheline-exantus-hilaire-rencontre (consulté en mai  2019).

Lucien G. E., 2014, Une modernisation manquée, Port-au-Prince (1915-1956), 2 volumes, Port-au-Prince, Éditions de l’université d’État d’Haïti.

MSPP (Ministère de la Santé publique et de la Population), 2018, Enquête mortalité morbidité et utilisation des services (EMMUS-VI 2016-2017), Port-au-Prince, MSPP, https://www.dhsprogram.com/ pubs/pdf/FR326/FR326.pdf (consulté en mai 2019).

Mbembe A., 2006, « Nécropolitique », Raisons politiques, vol. 1, no  21, p. 20-60. DOI : 10.3917/rai.021.0029

Neptune-Anglade M., 1986, L’autre moitié du développement : à propos du travail des femmes en Haïti, Port-au-Prince/ Montréal, Alizés/Erce.

Pierre-Louis O., 2016, « De la dictature à l’installation des institutions de sauvetage en Haïti : entre ratage transitionnel démocratique et pérennisation de l’aide dans la République des ONG? », dans Cénatus B., Douailler S., Duvivier PierreLouis M., Tassin É. (dir.), Haïti : de la dictature à la démocratie?, Montréal, Mémoire d’encrier, p. 145-176.

Parkin Daniels  J.  P., 2018, « In Haiti, No One is Surprised by the Oxfam Scandal », 23  mars, devex.com, https://www.devex.com/news/in-haitino-one-is-surprised-by-the-oxfamscandal-92342 (consulté en mai 2019).

Peck R., 2013, Assistance mortelle, Arte France/ Velvet Films, 1 h 40.

Prophète J. M., « Les habitations rurales dans l’optique de la décentralisation et de l’aménagement spatial », Cybergéo, document 113. DOI : 10.4000/ cybergeo.1853

PNUD,2012, Haïti en avant. Paroles de femmes, décembre, Port-au-Prince/ New York, PNUD, http://www.ht.undp. org/content/dam/haiti/docs/resultats/ Rapport_PNUD_HAITI_2012-FR.pdf (consulté en mai 2019).

Romulus C., 2018, « Le potentiel d’une recherche féministe décoloniale pour déconstruire  le récit de l’État fragile haïtien », dans Lamour  S., Côté  D., Alexis D. (dir.), Déjouer le silence, contrediscours sur les femmes haïtiennes, Montréal/Port-au-Prince, Éditions du remue-ménage/ Mémoire d’encrier/ PressUniq, p. 35-51.

Saint-Louis V., 1999, Système colonial et problèmes d’alimentation : SaintDomingue au xviiie  siècle, Montréal, Éditions du CIDIHCA.

Sylvain-Bouchereau M., 1957, Haïti et ses femmes. Une étude d’évolution culturelle, Port-au-Prince, Éditions Fardin.

Tronto J. C., 1993, Moral Boundaries: A Political Argument for an Ethic of Care, New York, Routlegde.

Medam feminis yo pa sensè menm…

Il semblerait que la connerie humaine soit comme les rongeurs : partout. Même en restant tranquillement dans mon coin, elle trouve le moyen de venir jusqu’à moi. Mort à Internet et cette fausse proximité, mort aux réseaux sociaux qui donnent place à toutes les paroles, même les plus stupides au même niveau.

Qu’elle n’a pas été ma surprise d’avoir été littéralement agressée pour avoir tenu une discussion autour du silence quant au travail des femmes dans la littérature en général et la littérature haïtienne en particulier. Et comme une connerie ne vient jamais seule qu’elle n’a pas été ma déception de lire une énième fois des arguments farfelus et de mauvaise foi sur le travail de certaines femmes du secteur féministe haïtien.

J’aurais pu, comme souvent rire de la mauvaise foi de ces détracteurs et passer mon chemin, comme je le fais d’habitude. J’aurais pu prendre une grande inspiration blasée, me muter dans un profond silence de dédain, et enfiler mon visage des discussions sans intérêts, mais… que voulez-vous? La parole se libère chaque jour davantage avec Internet ; alors, autant en profiter.

Je me porte volontaire dans ce papier pour contredire (démonter pièce par pièce, mais restons courtois.es) quelques arguments contre le discours féministe en général haïtien en particulier.

La sincérité

J’entends de plus en plus de gens, remettre en question « la sincérité » des activistes de genre dans le pays. Je trouve amusant que vous soyez choqué.e., déçu.e.s que des personnes qui vouent leurs vies à défendre des questions d’intérêt général comme l’équité et l’intégration reçoivent de l’argent pour le faire.

Il est certain que depuis quelque temps, il y a un redoublement d’intérêt pour les questions de genre et d’orientation sexuelle dans le pays, mais cet argument n’est il pas valable pour la multiplication des festivals en plein expansion dans le pays ? L’art, c’est un travail, l’engagement n’en est pas un?

Je prendrai au sérieux cet argument le jour où, ceux qui le chérissent l’emploieront pour parler des “camarades”, farouches au gouvernement, mais pas à leur chèque de fin de mois, farouches au ONG, mais pas aux contrats de consultations, etc et etc.

Le “milieu” féministe haïtien est un petit groupe de bonnes femmes privilégiées

Oui. Si vous souhaitez parler de la question de genre de manière théorique, vous inviterez celles et ceux qui s’y connaissent en théorie. Qui se sont donnés comme devoir de se former en théorie, pareil que pour la philosophie, la sociologie, l’anthropologie et toutes les autres logies que vous mettrez sur la table.

Pourquoi ? Parce qu’au-delà du féminisme, c’est la question du savoir en général qui est privilégié. Tous les Haïtiens n’ont pas un diplôme dans les domaines que je viens de citer et donc forcement ceux qui ont une parole publique seront ceux-là qui on eu le privilège d’avoir été formés pour tenir cette parole.

De plus, il faut faire une différence entre une conscience féministe et un engagement féministe. Il n’y a besoin d’aucun diplôme pour voir, comprendre et prendre conscience des inégalités de genre. Cela n’implique pas forcement un engagement.

De l’autre côté, l’engagement ne signifie pas uniquement les interventions à la radio. Parler est une compétence que malheureusement tout le monde n’a pas. Certains excellent plus que d’autres à cette tâche, donc arrêtez de reprocher à ceux qui savent et qui peuvent le faire, de le faire. D’autres savent écrire, d’autre encore savent travailler dans l’ombre et de ce travail à la chaîne naissent des initiatives au service de l’égalité et l’équité.

Dieu merci le féminisme ne se résume pas à des expériences individuelles.

Le féminisme est un concept occidental

Le développement durable aussi, de même que le marxisme, les droits humains et la démocratie. Il est vrai que le féminisme comme concept, est purement d’origine occidentale. Mais je doute que Sanite Bélair et Marie Jeanne aient attendu l’occident pour comprendre qu’en tant qu’esclaves, elles avaient mêmement le droit et le devoir de se battre pour la liberté.

De par l’histoire commune de beaucoup de sociétés, parmi lesquelles la société haïtienne avec l’occident. Il va de soit que parler de philosophie sans citer Platon ou d’économie sans citer Marx est une entreprise peu intellectuelle et quasiment vaine. C’est en ce même sens qu’on ne saurait aujourd’hui parler de féminisme sans citer de Beauvoir, ou les activités anglaises pour le droit de vote des femmes.

Moi ma mère elle n’est pas féministe pourtant il n’y a pas plus égalitaire qu’elle

De plus, tout argument commençant par moi n’a de valeur que dans la mesure où le moi est le seul sujet concerné . Dans le mot égalité, il ne suffit pas simplement de voir l’égalité dans les travaux ménagers, il faut compter le point de vu juridique, social et moral.

Une mère qui ne traite pas sa fille comme la servante de son fils peut être la même à dire à sa fille ne rentre pas trop tard.

Pourquoi ? Parce qu’elle parle à sa fille et qu’une fille a plus de chance de se faire agresser par ce que C’EST UNE FILLE, en restant trop tard dehors. Et quelle bêtise de résumer le discours féminisme aux divisions genrées des travaux ménagers.Nous avons démontré depuis longtemps que le genre, quoique étant une part importante dans les rapports inégalitaires dans les sociétés, n’était certainement pas le seul.

D’où, la naissance de l’afro féminisme, du féminisme décolonial, du féminisme de la différence. Et à ceux qui demandent : pourquoi autant de courants féministes? Moi, je demande, pourquoi autant de courants philosophiques? Pourquoi autant de courants littéraires ?

Une bande de mal baisées sans sens de l’humour qui prennent tout à fleur de peau

Qu’on se le dise, une femme qui rit à une blague sexiste pourrait le faire par ce qu’elle à peur. Voyons!

C’est dommage de ne pas plus s’intéresser au Féminisme de la différence. Un texte très intéressant, mais sans traduction française porte le doux titre : J’ai peur des hommes. C’est le récit d’un homme trans qui devient une femme. Il explique qu’il a peur des hommes pour une raison tout simple mais très sérieux et à prendre en considération : la force.

J’ai peur en sortant de Jaden samba de me rendre seule, tard le soir, à pied jusqu’au Sacré cœur, parce que je risque bien plus qu’un simple braquage. J’ai peur de prendre une moto inconnue à 2 heures du matin pour rentrer chez moi. J’ai peur d’être seule dans un taxi tard le soir, parce que je sais que l’homme à côté de moi pourrait être plus fort physiquement que moi.

Pour en revenir à l’argument plus haut, nous rions à vos blagues et vos insinuations parce que nous nous disons que dans un accès de colère, un homme même un ami peut être violent, et que dans ces cas-là nous autres bonnes femmes seront toujours les victimes.

Donc, oui, il y a de plus ne plus de femmes qui auront le culot de dire que cette blague n’est pas drôle, ce geste est déplacé, ou cette attitude est irrespectueuse. Vous êtes choqués parce que vous êtes tellement habitués à le faire, que vous l’avez intégreé comme normal.

Aussi vrai est-il que je pourrais ne pas comprendre la douleur de quelqu’un qui a perdu sa mère, car j’ai encore la mienne. Aussi vrai vous ne pouvez pas comprendre la violence que nous disons ressentir dans ces moments-là, parce qu’encore une fois de par la division genre de la société nous ne recevons pas ces attitudes de la même façon.

Et vu que le mouvement me too a aidé dans une certaine mesure à faire la lumière sur le cas du harcèlement, il faut mettre quelque chose au clair :

Comme les animaux nous avons, nous autres humains, des codes de séductions, mais à la différence des animaux nous pouvons analyser ces codes et déterminer si oui, ou non, ils nous conviennent.

Donc quand vous vous permettez de dire à une femme : souris ; dis bonjour ; ne le prends pas comme ça ; viens, on baise. Au plus profonds de nous, nous avons peur que, soit vous nous frappiez, soit vous moquiez de nous parce que la violence morale, il faut en parler aussi.

En fait, c’est juste une secte de lesbienne

Avec le nombre de frustrations sexuelles que portent les femmes, il va de soi qu’entre elles, elles en parlent. S’il fallait attendre les hommes pour comprendre que le clitoris sert principalement à avoir du plaisir, les poules auraient déjà eu des dents.

Blague à part. La sexualité est une question qui intéresse le féminisme, en plus, si vous ne le saviez pas, les mouvements LGBT+ ont été facilités par les mouvements féministes. Si vous lisez le texte Femme genre et sexualité d’Elsa Dorlin, vous comprendrez que brider la sexualité a toujours été une arme des classes supérieures.

N’étant pas sociologue, je ne m’y suis pas intéressée sous cet angle, mais sous l’angle du genre encore une fois. Brider la sexualité de la femme a encore une fois été une arme contre cette dernière, D’où le culte de la virginité, ou la pratique de la déclitorisation.

Donc, le secteur féministe étant le premier à avoir posé la question de la sexualité du lieu de la femme, il n’est pas étonnant que les lesbiennes et autre queer l’aient intégré. Cependant, encore une fois, c’est un faux argument de dire que c’est une secte de lesbiennes.Car c’est n’accorder aucune crédibilité intellectuelle à aucun regroupement de femmes.

Le dernier argument que j’aborderai dans ce texte est celui concernant la vie privée des féministes. Oui, j’entends beaucoup dire que les activités féministes ne prêchent pas par l’exemple.

De 1, il ne faut pas oublier que nous sommes tous surdéterminés. Cette surdétermination vient de la famille, de l’école de l’église, bref de partout. Un ou une féministe est quelqu’un avec une histoire et des pratiques sociales qui participent à ces surdéterminations. Elle peut être oui ou non consciente.

De 2, les surdéterminations ne sont pas graves. Personnes n’aime naturellement les seins énormes, les fesses fermes ou les torses larges. Pourquoi aimez-vous ces choses? Parce que vous êtes surdéterminés tout simplement. Cela ne vous empêche pas de croire en certaines choses, de vous battre ou pas pour certaines choses, et il en va de même pour les féministes.

Du moment que le comportement à l’intérieur du foyer ne dépasse pas le cadre légal (un homme féministe ou pas qui frappe son partenaire), il est libre de faire ce qui lui plaît. Autant, nous ne pouvons pas demander à tout le monde un engagement politique extrême, autant nous ne pouvons pas le demander à une féministe, même si certaines le font.

Melissa Béralus

Faublas et Sterlin: deux visions de l’art contemporain

Après environ deux (2) mois de pause à cause de la situation de crise sociopolitique que traverse le pays, Les Jeudis de l’art contemporain a donné rendez-vous pour une 17e édition.

Comme à l’accoutumée, il s’est tenu le jeudi 12 décembre à la Maison Dufort avec cette fois un menu très copieux pour témoigner de l’énergie de la femme dans la création artistique et de sa capacité à faire de l’art en territoire difficile. Le thème retenu pour cette 17e édition est le suivant: « Comment créer dans des moments et lieux difficiles ? Ce rendez-vous culturel, agrémenté de débats, a offert aux artistes-invité-e-s la possibilité de partager leurs expériences avec le public.

Pascale Faublas rappelle qu’elle a eu son premier vernissage en 1992 et qu’elle avait débuté avec la peinture sur événement. « Pour mes débuts, j’avais créé l’Atelier créole, un espace de production, de création, de promotion et de vente des œuvres artistiques », a déclaré cette artiste autodidacte. Faublas est une artiste pour qui le maniement de diverses techniques artistiques se révèle important lors de la création de ses œuvres: « Les techniques que j’utilise sont mixtes. Je fais du collage sur papier et sur tissu pour proposer un style propre à ma vision et diversifié à la fois », a précisé la créatrice.

Lire aussi

Phaidra Sterlin, membre du Collectif 509 et de l’Expositions plurielles, est une artiste qui crée avec de l’émotion. Elle a affirmé qu’elle a des idées minimalistes, c’est-à-dire une sorte de simplification à la base de l’objet sur lequel elle travaille. Contrairement à Pascale Faublas, le collage ne l’intéresse pas :« Je ne fais pas de collage en création. J’utilise de préférence de l’acrylique simple ». Sterlin avoue qu’elle opte pour l’esthétique de la modernité.

« Mon approche se fonde sur la modernité. C’est pourquoi je relie l’esthétique moderne à l’approche moderne dans mon œuvre. Je fais, pour être plus précise, de l’exploration de la lumière. Je peins les objets du quotidien, ce qui explique que mes frustrations se passent dans mes créations, et je l’assume ».

Ce qui a amené Pascale Faublas à faire l’éloge du chaos dans la création. « Pour moi, le chaos provoque la création surtout en Haïti. Créer à l’aide de celui-ci suscite des actions pour le changement. La dynamique de la création exige de fort belle manière la réaction, pas pour subir les effets du chaos mais pour les transformer », a-t-elle expliqué avec fermeté.

De son coté, Celeur Jean Hérard croit que sa sculpture est un outil de résistance. Celle-ci est découlée de la subversion qui consiste à proposer un mode de langage, une expression qui renvoie au questionnement du réel : « Mon approche vise à exposer les maux et les difficultés auxquelles la société est en proie ». 

Les artistes ont refermé le débat avec des paroles d’espoir pour un renouveau en Haïti tant sur le plan de la création que sur le changement des conditions de vie. Ils soutiennent que l’action humaine doit être mise en branle pour faire de ce pays riche en ressources artistiques et littéraires un espace vivable,.

Léo D. Pizo Bien-Aimé  

Nèg dous mwen

Nèg dous mwen
Doudous mwen
Kè brize m nan chemen jennen
Batman tche m!
Dwòg ki anvlimen pousyè anvi m
Nan bra w
byennèt mwen fè eskal
Nan yon ri k manke souri
Chalè m monte
Mwen pa egziste pou pèsonn ankò
Ou fè m pran gou lavi
Anba pla pye m kite kri kèw
Ou fè m kwè nan lanmou
Kite w pa ekri nan vokabilè m
Mwen pa p janm sispann fè wout lanmou
nan dlo je w
menm lè l ka pa kite mak
Ou se dlo k pase swaf mwen
pandan vant anm plen ak lanmou
Ou met nan lanmou m

Mariusca Alphonse

Mariusca Alphonse

Emma-Vagabonde

Hello! Mus’Elles a quelque chose de nouveau pour vous !

Emma Roberte, l’une des membres fondatrices de Mus’Elles, part pour notre mère l’Afrique, plus précisément au Sénégal pour un stage international. À Dakar, elle va travailler en tant technicienne en éducation spécialisée. Emma sera accompagnatrice dans une école qui dessert une clientèle de jeunes ayant des difficultés d’apprentissage. Son mandat a été rédigé par les professionnels sénégalais qui souhaitent recevoir son support en tant que TES. Ce projet est financé par affaire mondiale Canada et elle part avec l’organisme Mer et Monde.

Durant son séjour, Emma va vivre en pleine immersion dans une nouvelle famille qu’elle ne connaît pas encore et qu’elle aura à adopter comme sienne durant six mois. Notre chère Emma, partage son émoi avec ses mots :

« Je vais vivre des émotions que je ne saurai jamais décrire lorsque je me retrouverai sur la terre de mes ancêtres. Je serai la première de ma famille à revoir le port où mes ancêtres avaient quitté des siècles écoulés. »

Emma Roberte

Pour cela, elle tenait à partager avec nous, ici en Haïti et ailleurs, un peu de son parcours, de son vécu, de ses ressenties, de ses couleurs, via un carnet de voyage en ligne qu’elle rédigera régulièrement à travers Mus’elles.

Conception graphique : Hervia Dorsinville 

Emma-Vagabonde 2019 - Dakar
Emma-Vagabonde – 2019 – Dakar
Conception graphique : Hervia Dorsinville

Elle ajoute :

« Ce départ sera aussi le voyage vers une partie de moi que j’ai longtemps cherché. Ce sera de me faire rejeter, parce que je ne serai pas autant africaine que je le crois, parce que mes façons de faire, ne seront certainement pas les mêmes. Ce sera d’apprendre à faire selon les coutumes des autres. J’aurai à changer quelques-unes de mes habitudes pour m’intégrer dans cette société. Personnellement tant que professionnellement, je serai nourris. »

Emma Roberte
Conception graphique : Hervia Dorsinville 

Emma-Vagabonde 2019 - Dakar
Emma-Vagabonde – 2019 – Dakar
Conception graphique : Hervia Dorsinville

Un super et bon voyage Emma !!!

Mus’Elles

Agenda culturel

Mus’Elles |Bulletin culturel du 15 au 21 septembre 2019

Le mois de septembre de cette année est riche en activité culturelle, avec la 4e édition de Festi Graffiti du 10 au 20 septembre 2019, et la première édition du Festival Transe Poétique du 18 au 21 septembre 2019. Les arts urbains et la poésie sont à l’honneur depuis la semaine dernière et celle-ci.

Chaque semaine Mus’Elles se propose de vous informer des activités d’ordre culturel qui sont organisées partout dans le pays. Nous avons dressé pour vous ce calendrier, vous pouvez télécharger les images, si vous le désirez, en cliquant ici image 1 et image 2. Attention, les activités affichées dans le calendrier peuvent être sujet à des modifications de la part des organisateurs. Pour cela, le texte l’accompagnant sera modifié au gré des événements de la semaine. À présent parlons un peu plus de Festi Graffiti et de Transe Poétique.

En septembre, le menu culturel sera très varié. Et puisque l’art survit à tout, la situation socio-politique actuelle, est une bonne excuse pour les différentes structures et personnalités évoluant dans ce milieu de poser les questions et les problématiques d’ordre social et politique. De ce fait, Le Collectif pour la promotion des arts urbains et de l’art contemporain (CPAUAC) présente Festi Graffiti cette année sur le thème : « Mobilité contemporaine : déterritorialiser l’imaginaire », où des artistes venus du monde entier sont en Haïti pour partager, questionner, discuter et écouter. Simo Croc (Maroc), Tomer Linace (Mexique), Lidia (Brésil), Zabou (France), Jaune (Blegique), et Cosby Hayes, Nate Dee, Sarah Painter, Vise, Julzroth des États-Unis sont tous là cette année.

Avec cette 4e édition, par des fresques urbaines, « Festi Graffiti » cherche à offrir une meilleure attractivité de la capitale qui est complètement envahie par les détritus et les eaux boueuses. À la programmation ? Ateliers de graffiti, performances musicales et prestations de danse, en faisant un focus sur l’inclusion sociale, l’équité de genre et la promotion des métiers d’arts urbains comme outil de développement communautaire, avec un accent particulier sur l’histoire d’Haïti.

Toujours dans le cadre de Festi Graffi, vous pouvez aller voir le vernissage de l’expo baptisée « Chaos Na-Bo » d’Aude Cencia et Assaf, dans l’immeuble de Banj, sis au #514, route de Delmas, Delmas 66, du 15 au 20 septembre 2019, dans ses heures d’ouverture. Les autres lieux où se déroule le festival, cette semaine, sont : l’Institut Français en Haïti (IFH), sis au #99, avenue Lamartinière, Port-au-Prince ; la place du Canapé Vert et la place Boyer de Pétion-Ville. Malheureusement, le

Quant au Festival Transe Poétique, organisé sur le thème « La poésie sauvera le monde », phrase controversée empruntée à Jean-Pierre Siméon, poète et invité d’honneur de cette première édition, initié par le poète et directeur artistique Jean D’Amérique. Celui-ci partage ces mots, sur le site de Loque Urbaine – l’institution qui porte le festival – pour conceptualiser un peu le thème :

« Il n’est nul doute, sommes-nous persuadés, que l’état si désolant du monde actuel est le résultat d’un manque de poésie. Nous croyons en ce que celle-ci peut apporter de lumineux à la vie, à l’humanité. Nous articulons ce festival comme une grande campagne pour inviter le monde à une quête de beauté absolue que nous croyons ultime, fondamentale. Nous dédions cette vaste action poétique à sensibiliser le public à l’urgence de renouer avec le soleil humain. »

Jean D’Amérique – directeur artistique du Festival Transe Poétique

Leur programmation propose ateliers d’écriture poétique, causerie, performance théâtrale, récital de poésie, lecture scénique, et autres… Des poètes, dramaturges et autres artistes comme Lisette Lombé, Antoine Boute, Jean-Pierre Siméon, Makency Orcel,  Coutechève Lavoie Aupont, Gaëlle Bien-Aimé, Mehdi Etienne Chalmers, Mélanie Godin, sont invités à cette envolée poétique.

Malheureusement, la projection du film de Julie PEGHINI, venue de France, sortie en 2019, « Insurrection du verbe aime » a été annulée. Ce film aurait dû être visionné en prélude au Festival Transe Poétique à la salle polyvalente de la FOKAL sise au #143, avenue Christophe, Port-au-Prince, ce mardi 17 septembre. La majorité des activités de ce festival se feront à la FOKAL, d’autres se feront : Prince Hotel, angle rue 3 et avenue N, Pacot, Port au Prince ; le Centre d’art, au # 58, rue Roy, Port-Au-Prince; l’Institut Français en Haïti (IFH), sise au #99, avenue Lamartinière, Port-au-Prince ; au restaurant Yanvalou, au #46, avenue N, Pacot, Port-au-Prince et au Café TapTap, logé au #24, rue Debussy, Turgeau, Port-au-Prince.

À part les festivals, les Vendredis littéraires de l’Université Caraïbes sont de retour au Centre culturel Anne Marie Morisset, sis au #8-10, rue Faustin 1er, ruelle Gabart Delmas 41, Delmas, à partir de 7 heures p.m. Ces soirées littéraires sont organisées chaque vendredi, depuis 1994, par l’écrivain Lyonel Trouillot.

Pour les amants du 7e art, des soirées de projection et débat de film, sont tenues par Le Kit Club, avec pour hôte Samuel Suffren, chaque dimanche à 6 heures p.m., au #102, Lafleur du chêne, Port-au-Prince.

Et pour ceux et celles qui sont intérésé.e.s par des soirées humoristiques, à Carrefour, l’HD fun club les organisent, avec pour hôte l’humoriste Cantave K., à Roroli hôtel, #26, Mahotière 77, Carrefour, Port-au-Prince. Pour info et réservation : +509 4853 3378/4651 9461.

De la poésie, on en aura jamais assez, alors pour les férus de poésie, à Jaden Samba, sis au #31, rue O, Port-au-Prince (près de l’Université Lumière), se tient chaque dimanche des soirées de poésie, de slam et de chanson. Dimanche passé a été leur lancement officiel, ils ont reçu le poète Mehdi Étienne Charlmers, où il y a eu la vente signature de son dernier recueil « Mer Libre et autres lieux imaginaires ».

Si vous voulez renouveler votre bibliothèque, du vendredi 6 au vendredi 20 septembre 2019, la CARE présente une grande foire du livre. Les prix sont abordables. Vous n’avez qu’à venir avec votre emballage, une pièce d’identité et de la monnaie, au #92, rue Grégoire, Pétion-Ville, de 8 heures 30 a.m. à 3 heures p.m.

Et au parc Martissant, le centre culturel Katherine Dunham, depuis le 5 avril 2019, il y a une exposition pédagogique intitulé : « Où en sont les femmes ? ». Le parc est ouvert à l’exposition de 9 heures a.m. à 4 heures p.m. tous les jours sauf le dimanche et le lundi, jusqu’au 5 octobre 2019.

Bon déroulement de semaine.

Hervia Dorsinville

dhervia@muselles.org

Nicole

.

.

.

.

.

.

.

Un matin de mai, à l’approche de la semaine pascale, en arrivant à la fac, je suis tombée sur Alma. Elle était pâle et morose. J’avoue que, depuis qu’on se connait, je ne l’avais jamais vue d’une apparence aussi fixée. Qui dit Alma dit mouvement ! Gaieté ! Vie ! C’était clair pour tout le monde. Et pourquoi diable aujourd’hui, on la voyait se promener avec un visage d’enterrement ! Elle avait l’air préoccupée… je me suis approché :

– Alma, qu’est-ce qui ne vas pas? Tu n’es pas dans ton état normal, je le vois. Dis-moi ! 

Du coup, elle me prend par le bras, m’invite à m’asseoir et me raconta d’un trait ce qui la tracassait autant :

« Tout à l’heure en venant ici, à la rue Oswald Durand, j’ai croisé Nicole, une de ces personnes livrées à elles même ; qu’on traite de mendiants, de sans- parts, de sans-abris : une victime de traumatisme psychique, une folle. Et elle se disputait avec un homme, m’explique-t-elle.

«  Presque toujours, elle s’asseyait à même le sol devant ses affaires empaquetées dans des sacs en plastique; les jambes repliées, les bras croisés sur ses genoux servant d’oreiller à sa petite tête de névrosée. On aurait dit en ses propres bras, abandonnée; elle partait chercher  dans une muette et horrible rumination ce dont la nature même l’avait à tout jamais enlevée.

« Elle n’avait pas l’air d’avoir plus de dix-huit ans, mais le fait d’avoir les cheveux ramassés par un morceau de toile jointe à la profondeur de ses yeux lui conférait un semblant de veille femme. Seulement, quelques crasseux que puissent être ses vêtements, on pouvait encore voir l’élégance et la grâce qui la caractérisaient.

« Habituellement, vêtue d’une tunique bleue au longue manche, d’une jupe en fine toile noir à fleur resserré à la ceinture par un madras gris, noir, rouge ou de toute autre couleur. Ses pantoufles usées abritaient des pieds aux talons écorchés et poussiéreux. Je me souviens de ce temps défunt où elle était la propreté même !… Jamais, au grand jamais, ces pieds n’aurait été si près de la terre lorsque les regrettés Monsieur et madame Vilatte, ses parents, vivaient encore !… Miriam, Léon, Jeanne, tout Turgeau enfin, sont en mesure d’en témoigner ! »

Durant son histoire, je n’arrivais pas à la suivre. Qui lui dit que la petite folle se faisait appeler Nicole ?…Qu’elle est une Vilatte et qu’elle est de Turgeau ! C’est qu’à un moment de la durée, Alma avait entendu une femme, qui elle aussi assistait à la scène, criée : « Nicole ret siveye afé w, m prale plente polisye yo. »

« Quant à l’homme avec qui Nicole se disputait, vu de près, il devait être dans la cinquantaine. Un sac accroché à son épaule, il ne quittait pas des yeux les bagages de la femme. On aurait dit « Malice » au pays du réel à la quête d’un «Bouki» à qui il pourrait jouer un de ses tours d’escamotages, poursuivait Alma dans son histoire qui devenait de plus en plus intéressante.

« Absorbé par son projet, il faisait des allés et venues. Voulant afficher désintérêt et complaisance, il se mettait à parler mais son visage laissait deviner un type rusé, un voleur, un baratineur à bon marché. »

–  Il continuait à parler au rythme de ses sourds-muets mouvements, ajoutai-je pour faire comprendre à Alma que j’étais à fond dans son histoire

– Ah, n’en parlons  pas ! Je me croyais spectateur d’un cirque-théâtre pathétique, répliqua-t-elle en se déridant un peu.

Mais Alma ne se laissait pas interrompre facilement, elle continua son récit ave grands coups de gestes et de mimiques, rendant ainsi vivant ses personnages, me plongeant totalement dans le décor.

« Soudain voyant que la petite dérangée n’était pas du genre à se laisser duper, il cracha tout bonnement : « Son w moun fou w ye ; koumanm ta fe vòlò w la »

« S’armant d’une roche, elle lui demanda aussi vrai que je te le dis : « Deplase kò w zafe m mesye, m pral plente polisye yo pou ou ». Mais celui-ci, jouant la sourde oreille, resta « Tennfas ».

« Évidemment, si tu as l’habitude de faire des petites escapades au centre-ville de Port-au-Prince, surtout dans les environs du Bureau National d’ethnologie; tu as sûrement l’habitude de les voir, ces agents de police, pour la protection et le service des élus du peuple en tant que mandataires. Et si jamais les rôles venaient à s’inverser! Ils font partie du tableau mais il faut croire qu’ils ne se le rappellent pas. Ces gros lards ont la mémoire courte. Ils ont l’air indifférent sinon content de cette querelle. »

C’est l’une des choses que j’aime chez Alma, elle commente elle-même ses histoires, je m’en lasse jamais…

« Affalés dans la Pickup toute la soirée, ces policiers semblaient plutôt jouir du spectacle que l’homme était venu leur offrir de si bon matin. Sans se sentir concerner, ils regardaient, silencieux, décontractés. Certains étaient dans la voiture ; d’autres à l’extérieur appuyés contre la défense de celle-ci échangeant rires et plaisanteries. Ils ne faisaient rien.

« Il fallait que tu vois à quel point j’étais en colère. Tout autour, des gens, montant descendant, allaient et venaient ; un seul mot les caractérisait INDIFFÉRENCE INDIFFÉRENCE INDIFFÉRENCE ! Une indifférence qui, quoique sachant dans quel monde nous vivons, m’avait tout l’air étrange !

« Nicole menaça de nouveau l’homme, mais ce dernier ne voulait toujours pas déguerpir. Je me demande d’où peut bien venir un tel courage? Et des paumes de ses mains, il la poussa et elle trébucha sur le sol bétonné. Cette fois c’en était trop ! Pendant que je m’apprêtais à traverser la rue pour aller rappeler à ses gendarmes (ce que toute petite déjà, on me disait être leur devoir) elle était déjà debout. Debout, cette fois, se lançant à la poursuite de ce prestidigitateur qui s’en allait avec ces affaires.

« Tout s’est déroulé, là où d’habitude sur le bas-côté, avant que le mur du palais national ne serve de brise-soleil à sa résidence à ciel ouvert. Sur son transport de colère, j’ai vu mon humanité perché du haut du fil d’une lame.

« Nicole ! Pauvre Nicole! Jésus, Marie, Joseph, tous t’ont laissés…Si seulement!…son existence aurait pu être je ne sais quel autre chose d’estimable que cette défaillance continuelle, irrémédiable et éternelle; plus que la moitié des catastrophes réunis et connus », sur ces mots Alma termina son histoire. Je restai silencieuse, car je ne savais pas quoi lui dire, comment la réconforter, je me contenterais juste d’être-là pour elle, d’être une oreille attentive.

Il paraît que la dame-spectateur avait aussi dit à Alma, que le fameux 12 janvier avait tué toute sa famille à cette petite. Voilà comment subitement, elle s’était retrouvée seule et en détresse. Face à tout ! Face à elle-même! Je comprenais la détresse d’Alma à cause de son impuissance face à tant de misère.  Et le gouvernement, et les aides humanitaires, et les institutions… rien! Les gens, très vite ont été œil pour œil… Dent pour dent. Si seulement au lendemain du tremblement de terre, Nicole avait été l’objet d’une quelconque forme d’accompagnement ou d’une quelconque forme de suivi. Peut-être, je dis bien, peut-être les choses seraient différentes pour elle. Mais neuf ans après, il y a encore des gens qui vivent sous les tentes.  La vie se fait de plus en plus dure, et les gens sont de plus en plus indifférents, cruels et meurtriers. Le hasard a déposé Nicole sur le portail de l’errance !

Petite Nicole, si la rue et ses péripéties ne te disaient pas à chaque seconde que tu n’es qu’un vulgaire assemblage d’os et de viande sans importance. Un corps-mort animé par des eaux en mouvement insignifiantes, une humanité froide comme le nez d’un chien. Si seulement c’était autrement! Et pour reprendre les mots d’Alma, ton existence aurait pu être je ne sais quel autre chose d’estimable que cette défaillance continuelle, irrémédiable, éternelle ; plus que la moitié des catastrophes réunis et connus. Mais de la rue, allait et venaient de sordides physionomies aux regards d’acier, taraudant distribuant offense et maltraitance. Comme les arbres, les animaux, les rivières et les fleuves, Nicole n’as point été exempt de cette génialité poétique ni de cette généreuse distribution qui s’en suive. Le monde ainsi fait, il ne te reste qu’une seule pensée à cueillir, SOLITUDE !

Aldana Lorve

Pour toi je danserai

Je danserai au rythme de ton cœur palpitant

Je danserai dans la flamme de notre amour

Je danserai pour jouer avec ton corps un techno frénétique

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai dans tes bras

Pour qu’ensemble et à pas légers

Nous traversions la vie

Je ne te demande qu’à m’enlacer

Je ne te demande qu’à me faire vibrer

Je danserai même si parfois on se piétine

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai congo

Congo compas

Compas batchata

Batchata salsa

Salsa tango

Je danserai mais pas sans toi

Ta danse me fait oublier le charme de l’horreur et du passé

Ton amour est la danse qui m’enivre et m’ensorcelle

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai que sur la piste brillante de ton amour

Parce que sans toi ma danse est vide de pas

Je danserai au rythme du petro

Même si la valse de la corruption nous trépasse

 Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai pour prolonger le temps

Je danserai pour dire adieu à la danse

Je danserai sans fin

Sur ta piste je ne m’effondrai jamais

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

Annabelle

Dis Jérémie

Donne-moi les nouvelles
Nombre d’actes de naissance saignent
Sur nos bandoulières

Digue coulant dans sa sauvagerie

Les rêves sont incendiés
de la braise
de Mathieu

Pour l’ascension
De quelques chapeaux dans la trace
De nos pieds effacés

Jérémie
Donne-moi les nouvelles
Dis
Sur quelles notes tristes
Dansent tes prunelles
Déjà mille fois ensauvagées

Les oiseaux trouvent t-ils de branches
A nouer un foulard de souffle
Sur les jours à naitre

Il est dit
Que dans les Nippes
Un hoquet bleu
S’empare de tout
Le nombril du Sud
Est un chemin d’eau boueuse

Dis Jérémie
Reste-t-il un seul souffle dans le poumon des murs ?
Par quelle adresse trouver les battements de tes corps ?

Dis-moi de quelques files de rêves malgré tout
Trainent encore sur tes pavés ?

Que Ti Amélie
Garde encore de vastes lignes de charme
Sous ses paupières

Encre et papier
Trouvent du sens
Dans tes doigts

Dis Jérémie
Quand tes sueurs se noient
Dans quelle assiette pousse la vie ?

Même si dans ton ventre
La peur élit domicile
La dignité
Est debout dans tes paumes.

Adlyne Bonhomme

Batman kadyak

Chak batman kè w charye yon makonn plezi

Yon lonn gouyad ki fè palèt tete
Mwen bat kouwè yon tanbou asòtò
Nan lakou souvnans

Chak ti piwèt ou fè
Laprezidans ta dwe vwatire w

Paske cheri
Se nan plòtonnen avè w
Mwen rann kont
Se pa tout larim glise ki sot nan nen vre

Fabiola Musac

Mon enfance perdue

Mon enfance perdue

Oh ! Mon ami perdu

Disparu comme mes beaux jours

Corps inlassable

Hélas ! La nature a tout changé 

Et me jette en de riens capitaux

Cette époque heureuse m’a laissée 

Comme une poétesse qui fuit sa muse

Une mère qui a perdu ses enfants

Je me suis égarée dans une forêt trébuchée

Un printemps passe au trépas de mes pas

Sans pas sans repas

L’hiver est ingrat

L’été m’a tourmenté

Soirée de printemps

Matin d’été

Midi d’automne

Nuits d’hiver

Tout s’en va en silence d’éternité

Sans bruit

Sans compte et décompte

Oh ! Dieu de l’univers ! Ou est passée mon enfance ?

Mariusca Alphonse 

Avec “Bagèt”, c’est tout pour la danse…

Ginite  Popote, lauréate des lauréats de la 7e édition du « Ten outstanding young persons » (TOYP), organisée en 2018 par la JCI (Jeune chambre internationale), a mis sur pied « Bagèt sant dans Ayiti ». Cette jeune danseuse, comédienne et sociologue invite les jeunes, adultes et vieux, dans ce centre, à danser la vie dans toutes ses dimensions.

Bagèt sant dans Ayiti, est une initiative de Ginite Popote et de quelques amis dans l’objectif de faire la promotion de la danse, depuis octobre 2018. Elle s’est engagée avec passion dans la transmission de la culture haïtienne, en créant un espace pour entamer la connaissance avec la danse et découvrir le passage de celle-ci dans le temps. Cette jeune pousse de Cité Soleil, ambassadrice de bonne volonté de sa commune, s’est vouée à venir en aide aux plus jeunes. Popote est très active dans le milieu culturel haïtien, grâce à son implication à la tête de la commission culturelle JCI Delmas Excellence.

Des ateliers pour initier et sensibiliser avec la danse

La première activité de « Bagèt », fut un atelier baptisé « Les ABC de la danse », qui vise un « éveil » et une « initiation » à la danse. Ils ont offert les bases en danse latine, les danses traditionnelles haïtiennes, et les danses classiques pour les enfants. Ce que « Bagèt » a de particulier, c’est qu’il s’intéresse à tout ce qui entoure la danse traditionnelle haïtienne. Ainsi, les instruments de musique (tambour), les chants traditionnels, les symboles religieux (Vèvè), les costumes et bien d’autres éléments ont été pris en compte durant les séances de cet atelier, organisé du 8 au 13 juillet 2019, à la Bibliothèque municipale de Delmas, sous le thème : « Ann danse lavi nan tout dimansyon l ».

Pour cette première fois, ils ont eu 16 participants, même s’ ils ont une capacité d’accueil 5 fois plus que ce nombre. Néanmoins, ils ont été très satisfaits, car en l’espace d’une semaine, ils ont pu arriver à leur transmettre les connaissances de base voulues. Pour des débutants, ce fut une agréable surprise pour Popote, lorsqu’elle les a vus maitriser la chorégraphie, les rites et les styles de danse. Malheureusement, certains enfants n’ont pas pu réunir les frais de participations de 500 gourdes, ce qui a rendu le fonctionnement de l’atelier un peu difficile. N’empêche que, leur engouement pour apprendre a ravi la jeune femme.

Suite à « Les ABC de la danse », « Bagèt Sant dans Ayiti » propose « Corps morcelé », qui est tenu au Centre culturel Pyepoudre, du 15 juillet au 16 août 2019, du mardi au vendredi, de 9 heures a.m à 2 heures p.m. Pour ce deuxième atelier, ils sont à 20 participants qui apprennent ensemble les danses traditionnelles haïtiennes, les danses classiques et la danse latine.

Rendre la danse accessible à tous

Reconnaissant également la difficulté de nombreux que ces jeunes peuvent avoir pour s’offrir les services de « Bagèt », un système de parrainage a été mis sur pied par l’équipe. C’est dans l’objectif de supporter les jeunes qui sont intéressés à prendre part, mais dont les moyens font défaut. Déjà onze jeunes sont bénéficiaires grâce à cette intervention. Ils continuent à chercher des possibilités pour ces jeunes des milieux défavorisés, en allant vers des institutions, et des personnalités aimants de la danse qui souhaiteraient aider en ce sens.

« Ce n’est qu’une question de volonté ! Tout le monde peut danser ! »

Mais aussi, c’est une question de briser des tabous, rejeter des idées reçues sur la danse. Quel que soit le corps qu’on a, on peut danser si l’on veut. Quel que soit le poids qu’on a, la danse est aussi faite pour vous. « Ce n’est qu’une question de volonté ! Tout le monde peut danser ! » scande Popote. D’ailleurs « Corps morcelé » est réalisé pour inciter les gens à aimer leur corps, l’accepter sans aucun complexe au moyen de la danse.

Danser la vie dans toutes ses dimensions

Pareillement, Popote décide d’apprécier les multiples spécificités que la danse peut revêtir, pas uniquement en tant qu’art, mais aussi comme « une chose utile ». Enseigner, entamer des recherches à caractère scientifique sur la danse. Organiser des expositions sur des danseurs/danseuses haïtiens/haïtiennes ou étrangers/étrangères dont leur travail a laissé une marque. Par exemple, « Bagèt » travaille déjà sur une exposition sur l’œuvre colossale de Viviane Gauthier dans ce milieu en Haïti. Inviter ou envoyer des danseurs dans des stages internationaux. Cependant, tout début est très difficile lorsqu’on part de zéro, le staff n’a pas encore les fonds nécessaires et l’espace adéquat pour réaliser pleinement le projet. En attendant, Popote et son équipe offre au public des ateliers de danse.

« le contrôle de la reproduction concerne les deux sexes »

Les initiateurs de « Bagèt », conscient des chiffres et études sur cette problématique en Haïti, ont compris que c’était durant l’été que les jeunes filles tombaient le plus souvent enceintes. « La raison c’est peut-être par manque d’activité », avance Popote. Aussi parce que ces jeunes ne sont pas bien imbus de leur sexualité, et elles ne connaissaient pas vraiment leur corps. Pour cela, fille et garçon sont largement invités à ce deuxième atelier, car « le contrôle de la reproduction concerne les deux sexes », insiste Popote.

Des idées pleines la tête, elle voit grand et très loin. À part la thématique de la grossesse précoce, cette jeune femme pleine de fougue, s’intéresse aussi aux enfants des rues. De ses yeux alertes et avertis, en observant ces enfants, elle s’est rendu compte combien nombreux d’entre eux ont des compétences naturelles pour la danse. Elle s’imagine déjà à quel point ce serait extraordinaire d’organiser un spectacle de danse avec eux, et certains auraient pu utiliser la danse comme un tremplin pour sortir de la rue. Et en tant que jeune haïtienne, cela ne lui a pas échappé que les danses traditionnelles haïtiennes sont sources de richesses. C’est pourquoi elle s’investit en travaillant à leur promotion.

Hervia Dorsinville
dhervia04@gmail.com

Page 1 of 2

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén