EN POEMES

À la recherche d’un havre

J’ai tout laissé tomber

Pour finalement finir ruinée

J’leur ai donné mon cœur, en échange je n’ai reçu que de la douleur.

J’ai l’impression que l’on oublie d’où l’on vient

Qu’on est considéré condamné.

En l’espace de quelques heures, ma vie a perdu toutes ses couleurs.

J’aurais aimé pouvoir vous faire sourire, mais comprenez-moi,Je devais m’en sortir

.Nos parents n’avaient rien à nous donner.

Non seulement quelques graines de miettes de painJe suis condamnée à perdre tout ce qui m’est cher.

J’ai envie de m’enfuir pour ne plus jamais revenir

Je les fais tous fuir

Arrêtez de pleurer sur mon sort,

Et regardez comment je m’en sors. 

N’ayez pas peur simplement parce que j’ai pris goût à la douleur.

Vous avez assez joué avec mon petit cœur.

Aucune affection, j’ai appris à me douter de leurs venins.

Soyez heureux que j’accepte ma réalité,

Puisque mon passé est d’une énormité.

Toute seule, j’leur ai montré que j’devais tracer ma vie.

Je vous casserai les jambes pour un rien

Jamais d’leur avis.

Pour moi, tout sera permis.

Certains nous ont jetés comme des ordures,

Mais d’autres nous ont ramassés comme des trésors.

Ils disent qu’on est dures,Mais ils ont tort

Tu peux arrêter tes prières

Je n’aurai jamais de remords

Mon cœur est plus dur que d’la pierre,

Arrêtons d’essayer d’retourner en arrière.

J’ferais tout pour ma maison au bord de la mer.


SB. Montréal, 17 ans

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button