Skip to toolbar

Sortir de l'ombre - Fè yo konnen w!

Category: EN POEMES Page 1 of 3

Au cœur brisé sans permission

Je vis ta peur
J’ai vécu ta mort seule
Aux redonnés des minuits
A pierre tombale

Trop

Trop de gestes incestes
Semés à chaque coin de rue

Trop

Trop de cris
Pour habiller l’aube sans fleurs

J’entre et Je sors
Cœur pendu
A rebours
Au revers de la mort.

Cherlie Rivage,  Mots d’ailes,  Éditions des Vagues,  2015

Il était une fois…

Il était une fois…

J’aurais aimé que tu me prennes une dernière fois dans tes bras, que tu me dises: calme-toi, ce n’est qu’une tempête, après elle viendra le calme de nos baisers.
J’aurais aimé sentir ta main, la gauche, celle du cœur sur mon epaule, mon bras, ma cuisse. Sur tout mon corps.
J’aurais aimé tes yeux inquiets sur moi en quête d’amour, tes lèvres folles sur ma joue.
Je n’ai eu de toi que la brieveté d’un baiser matinal. Un au revoir sans drame, sans larmes, sans verres brisés et sans cris.
Crie bondieu, crie, dis mon nom une fois, une seule fois de plus. Dis que toi et moi, ce nous d’amour et de caresse ne finit pas là, sur mon dos qui s’en va à l’horizon.
Ne m’auras- tu donc jamais aimée?

Melissa Béralus

Lanfè a la

Ou pa rate ni kèt, ni priyè, ni sèvis
Yon Jan Pou w pa kankannen nan lanfè sadik
Men fanmi, kite m di w

De kanmarad boule ladan l lòt jou

Kisa w ap fè?
W ap met men pou n etenn li oubyen
w ap kite l
Fè babekyou nan ofelina

Pwomès la se te koupe tèt boule kay
Se pa t kite l mache, abandone lakay

Ran nou chaje ak trèt

Pouki w ponyade m chak lè m sekle wout adoken pou rèv ou ka pase
Pandan se pwa kadav nou k ap fè richès pran wotè

Gade,
Pa kite zòt òkestre grangou w, apresa pou l ap dous ou

Gade,
Pouki w rejete prensip desalinyen
Pouki w ap defann ponp gazolin ak makèt

Gade,
Pouki w refize pran mitrayèt
Pouki w kondane m lè m di w lwazi pa vo lapenn

Tanzantan m revize angajman m,
Tanzantan, m tcheke pou m konn si jodya se pa anndan m opresè a ap banbile

Gade Kanmarad,
Pa onore lavi m
Ede m sere l lwen
Pou move je pa wè l


Djanaina Salomon

Lettre à la foule

À ce flux de remords qui anime mes veines
À ces cauchemards jaloux des bras de morphée
Je lève mon verre à moitié plein de mes rires

Pour emmerder le monde, la vie et ses revers
Toute ma vie je rirai de l’ordinarité
Cette coquine qui prêche à nous pauvres diables
L’art de traverser cette vie
La tête claire comme de l’eau de roche
D’ici je m’en irai
Ivre mais heureuse
Bourrée mais sans cailloux pour passer mon ennui aux enfers
Sans versets pour épater les saints
Je m’en foutrai bien de la foule
Qui s’en prend aujourd’hui à ma folie
Ça ne me tente pas
Cette simplicité édictée
Je souffre d’un trop plein d’ émotion
Et d’une envie démentielle
D’ enfourcher le temps
Appellez-moi sorcière
Le monde ne sera pas moins conquérable à mes yeux
Je ne suis pas femme à rêver de liberté
J’en fais mon étendard
Ne me parlez pas d’ amour
Si c’est pour m’imposer vos vieilles limites
Acceptez ou subissez donc mon extravagance

Négresse Colas

Tu renais!

De tes cendres tu renais, enfin!
Peu à peu la  poussière s’amoncelle
Pour prendre forme, en un corps de femme aguerri
Comme dirigée par une main invisible et savante

Peu à peu tu émerges de la poussière
Ton corps se solidifie et s’orne de voiles et de perles
D’armure, d’épée et de charme
 Et tu deviens celle promise

Sur ton crâne pourvu, ils posent ta couronne
Ils te dévoilent dans les pages de ton histoire
la splendeur du royaume qui t’est destiné
Ton âme est désormais prête pour le combat

Avance, avance lentement, majestueusement.
Avance surement.

Que ton aura, déjà, augure ton avènement
Que tes pas ébranlent la terre
Et que ton esprit conquière le monde

Que la force de ta volonté anéantisse les ténèbres.


Laetitia Saint-Louis

Sole

Si sole fane nan souri m
M a pote reflè l sou bra m
kenbe lanati nan je m
pote moso van nan rèv mwen
M a kite kè m pou donnen lanmou
menmsi dousè l toujou sale
M a kenbe ke kako manmanm
tankou m te konn rale l nan glasi pou gide m
M a di papa m sa pa pi mal
Li mèt kontinye souri
M a kontinye reve ak lorizon
Sonje lavi nan tras pye nou
Si lodè jasmen ta mande pou mwen
N a di l
souvni yo melanje ak sab bò lanmè
di l nan bon repo
rega m ak regal plante nan vag yo
di l lè lanmou janbe chimen
Se gout ki pot solitid nan rivyè
Menmsi sole ta mande padon
Lanmè gentan anvayi

                        Adlyne Bonhomme

Poème sans titre…

Je porte dans mon cœur
Comme dans ma tête
Un départ sans détours
Ni retour

Et les vifs souvenirs
Ne portent que les cicatrices
D’une histoire inachevée
Au chevet du temps
Là où l’infini n’a plus d’intimité
Dans mes larmes.

Marie Louise Rémy

De mo kont kowonaviris

Cheri m anvi griye

Tout prensip baryè

Pou dodomeya nan pòt kè w

Fonn avè w

Devlope antikò

Pou tout viris koupe n koutje

Wout Dèlma temwen

Lanmou lisansye nou

Kouvrefe jwèt marèl 

Timoun 10 zan 

Gout souf ou

Sèl bwason ki fonn swaf mwen

Lento sonnen minui

Tout polisye gen òkèt

Wout kay ou sèl aywey 

M renmen pase

Depi m wè w 

Kè m gagari tout mizik 

Sou son mach pye w

M anvi konfine avè w

Swe kò nou 

Angrè pou vale latibonit 

Kò m pèdi fò m 

Nan deranchman nou

Mackenda Déliasse


Photo de couverture : Dessin de Kervens Prévaris

Vidée

Sur un ton mesquin
Le vide s’installe
On oublie tout
On rêve de matinées sans fin
De silhouettes candides
De gouttes d’arc-en-ciel
De sérénité
De sordides peines miraculeuses
Petit péché est délicieux comme à son habitude
Il nous délivre du bien
Tout ce qu’on demande, c’est de vivre
Malheureux ou pas
On l’aura choisi
Pas question
Entre un papillon et une fleur
Qu’ils formulent nos voeux à notre place
Un dilemme cartésien
Entre douceur et pépites d’espoir
Nous sommes libres
Le bonheur n’est point
La neige a cessé
On n’a pas demandé à naître
On n’en demandera pas moins à la mort
Nous sommes libres
Noir ou blanc peu importe
Bleu et vert
Les forêts ont-ils choisi le ciel?
Moquons-nous d’eux
Il n’y a pas de vie qui tienne

Libérons-nous de nos entraves
Soyons nous-mêmes sans fin
Vides comme l’espoir
Vides comme l’oubli
Choisissons la liberté


Mariah C. Shéba Baptiste

Qui sait les voies du temps

Vidée de ma peau

De mes blessures

Je pars

Comme un silence

Cloué en diagonale

Quand on aime

On demeure cassé

Je m’en vais librement

Comme un poème debout

J’aime je pars

Les paupières pleines d’amour et de nous.

Marie-Ange Claude

Dezabiye












Lari a san kilòt 
Yon gwo Rigòl San 
Ap koule nan Janm li 
Gen moun ki di se anemi 
Gen lòt ki di se emoraji 
Mwen m di 
Se Leta K ap feraye 









                                                            Aby, 14 avril 2020

Yon kesyon 2 vitès – Kettly Mars

Un dous
Un chaud
Demildis tranbleman
Frape nou sou bounda
Yon kousiprann
Ki kase ren nou…
Demilven
Viris la ap vanse dousman
San fè bwi
Tankou w chat nwa nan fènwa
Vlou anba pye l…
Lalin ak solèy
Kilès ou pi pito? …
Korona mize nan wout
Men li pa pot bon nouvèl
Nap viv sou 2 vitès
Un dous
Un chaud
Nou deja mouri
Men nou poko fin viv
Se kounyea nou ta viv
Tèlman gen solèy pou lanmè vale
Tèlman gen van pou bay fèy kokoye lanmou
Un dous
Un chaud
Nou ta vle l vini
Pou yon lè nou ka fini
Li deja la
N ap chache l nou pa wè l
Son w lamayòt
Yon madigra byen maske
Nou ta vle dòmi
Epi n leve
Epi tout dezagreman pati
Un dous
Un chaud
Yon zwazo chante li fenk midi
Rèl yon kaw travèse syèl la pakanpak
Pandan l prale l ap dekoupe limyè a
Un dous
Un chaud
Nou pè n pa pè
Sa k ap zenn ap zenn
Sa k ap frikat ap frikat
Genyen k ap pwofite fè mago
Onon di Pèp edifis edisentespri
Tout jan n ap viv
Nou toujou sou 2 vitès
Un dous
Un chaud
Un dous
Un chaud
Doudou se konsa l ye tou
Lè mwen avè w n ap byen fè l

Kettly Mars – 8 avril 2020

Journal d’un confinement

Replik

Gen lontan
libète kanpe lwen nou
Vyolans Kwazele n
M aprann se pa tout rèv fanm ki sosyab

M aprann
Fanm pa vwa divinò
Laj pa ban n rezon sou swaf nou
Se bras gason ki bay lavni wotè

Gen lontan
Nou pa nan enterè sosyete 
Domaj
Libète pa atrapan
Dwadelòm kenbe n nan de pwent
An mòd pote m sekou

Granmesi fanm ki te janbe n
Maladrès listwa
Ki te ede n rele tribilasyon nou
Granmesi fanm ki te debride n ak vyeyès tradisyon

Depi mas pwente
Lavi ban n bon jan
Fanm tounen liy editoryal tout powèm
Tout sikatris sou do n pouse flè

Poutan diskriminasyon chèf kanbiz
fènwa kwè pou l selèb
Fòk limyè bay etensèl li do
Fòk silans nou bwè pwa
Alòske
Manti pa gen pasyans
Souvni nou jwe di

Kilè n ap konprann
Dwa moun fratènèl
Se menm risk yo ki dòlote n
Nou drive menm batman 

Kilè n ap konprann fanm ak gason 
Se elikibib patisyon ki akòde melodi tan an
Fwontyè ki separe n
Se lanmò ak lavi
Nou pyete jou yo ak menm rit feblès

Kilè n ap konprann
Chans yo franchi n menm jan
Tout powèm gen fòm flè

Jessica Nazaire

Nan toufe yon laperèz

Nan toufe yon laperèz 

Nan mi kay


Trip mwen anfle tankou bonbonfle


Lapoula tout nouvèl


Gen gou fèy sèch nan bouch mwen
Mwen tou vaksinen kont kè pòpòz 

Lespri m sispann dodomeya

Tout branch cheve m se antèn

Yon move zè ki mare lemonn nan trip

Tèt mwen plen pase bèf plenn

Bonbonfle gen bon do

Pito m te otorite isit

Sou wout vaykevay

Anyen pa ta detounen m.

Jeanne-Elsa Chéry

Image de couverture : Munch, Le cri (1893) / Edvard Munch [Public domain]

Nèg dous mwen

Nèg dous mwen
Doudous mwen
Kè brize m nan chemen jennen
Batman tche m!
Dwòg ki anvlimen pousyè anvi m
Nan bra w
byennèt mwen fè eskal
Nan yon ri k manke souri
Chalè m monte
Mwen pa egziste pou pèsonn ankò
Ou fè m pran gou lavi
Anba pla pye m kite kri kèw
Ou fè m kwè nan lanmou
Kite w pa ekri nan vokabilè m
Mwen pa p janm sispann fè wout lanmou
nan dlo je w
menm lè l ka pa kite mak
Ou se dlo k pase swaf mwen
pandan vant anm plen ak lanmou
Ou met nan lanmou m

Mariusca Alphonse

Mariusca Alphonse

Page 1 of 3

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén