RENCONTRES

Rose Lumane Saint-Jean, la défenseure des sans-voix


Rose Lumane Saint-Jean, un nom qui résonne si fort, désormais! Rose-Lumane vient de remporter le prix du public au concours international d’éloquence de l’université Paris 1, et de faire la fierté du pays, une fierté trop souvent enfuie pour mille raisons. En amour avec le droit, Rose Lumane,est en effet cette originaire du Cap qui se révèle être la défenseuse des sans-voix.

En effet, le Cap-Haïtien l’a vu naître et grandir. Entourée de sa famille, Rose-Lumane y a effectué ses études primaires et secondaires au Collège Notre Dame de protection dirigé par les sœur de Saint-François d’Assise, et ses études universitaires à l’Université Publique du Nord au Cap-Haïtien (UPNCH) et à la Faculté de Droit, des Sciences économiques et de Gestion du Cap-Haïtien (FDSEG-Cap).

Son amour pour le droit ne date pas d’hier. Toute jeune, elle faisait déjà partie du club de débat de la FOKAL au Cap-Haïtien. Elle n’avait alors que 15 ans. Elle a aussi débuté son combat contre l’injustice avec sa plume comme arme, au cours de cette même période où parut son premier texte titré: “Derrière les barreaux”. Deux ans après paraîtra “Une justice dégradée, la nôtre”.


Le droit, la justice, la défense des opprimé.e.s, elle en faisait donc son affaire. Le droit, elle l’avait dans le sang. Et elle l’a prouvé quand elle participa à la 5ème édition du concours de plaidoirie, organisé par le Bureau de Droits Humains en Haïti (BDHH), dont elle en sort lauréate. Son aura et l’aisance avec laquelle maîtrise l’art oratoire ne laissent personne indiffèrent. Elle l’a d’ailleurs récemment prouvé à Paris, où elle a su défendre l’idéal louverturien avec verve, caractère, véhémence et fierté.

“En février 2020, Rose-Lumane a été lauréate de la troisième édition du concours de reportage vidéo porté sur les violences sur mineures organisé par le projet JSSP de l’USAID. La détentrice d’une licence en Gouvernance locale et étudiante en 4ème année des sciences juridiques, maintenant lauréate du concours de la cinquième édition du concours de plaidoirie, souhaite poursuivre ses études dans la spécialisation en droit administratif, particulièrement en gestion des collectivités territoriales et elle commence déjà à écrire son mémoire de fin d’étude sur cette thématique”. Un intérêt pour plaider la cause des plus faibles, des sans-voix est aussi un leitmotiv pour la gagnante qui a révélé à RFI vouloir être « la voix des sans-voix ».

Après l’obtention de sa licence en droit, elle souhaite intégrer l’école de Barreau. Elle entend apporter son aide aux gens qui sont dans le besoin et se faire la voix de ces personnes qui ne peuvent pas se défendre, grâce à sa nouvelle notoriété. Elle souhaite aussi se vouer à l’enseignement universitaire. En plus, elle travaille en collaboration avec d’autres collègues sur un projet ayant pour but de démocratiser l’accès au service juridique. Elle promet d’en dire plus dans un proche avenir.

Darline Honoré

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button