RENCONTRES

Négresse Colas « Espérance de verre c’est pour pointer du doigt les inégalités et les injustices »

Annoncé depuis mi-juin sur sa page facebook, « Espérance de verre » de Negresse Colas, titre très poétique est soumis à l’appréciation du public. C’est un titre qui sonne bien et suscite la curiosité. Depuis l’annonce, on s’imaginait quelque chose de promettant. Avec d’ailleurs un titre qui offre des possibilités de compréhension et l’image qui sert de cover. C’est un titre pour dire le fragile de notre société, et par ricochet, du monde. Pour dire l’incertitude de demain.

Sur l’Ésperance de verre, sorti officiellement le 1er juillet 2020, avec un beat produit par maestro Lovenson en tapis de fond, la voix de Manicheca Colas est d’une grande sensibilité, qui chante ce refrain « se pa may pou mete se chenn yo k pou kase ».

Ce nouvel opus de Négresse s’adresse à la société, qui met de l’énergie à critiquer sa façon de s’habiller, mais cautionne ces psychopathes qui prostituent nos jeunes diplômés. Aux civilisés sous les genoux desquels on étouffe. C’est un titre qui questionne aussi le bachotage, indexant les écoliers qui n’espèrent que passer les examens.

En effet, l’Espérance de verre doit être vu comme un appel à la révolte.
« Espérance de verre » c’est pour pointer du doigt les inégalités et les injustices qui fragilisent la société. C’est un appel à l’action pour ce lendemain meilleur auquel nous aspirons », dit-elle.

L’auteure de mes « Marques mon histoire » paru aux éditions Plus, reste cohérente et fidèle au combat qu’elle mène de voir la transformation sociale de son pays. À travers ce son, on a affaire avec une jeune femme révoltée, en colère, qui refuse de se perdre et se positionne.

« J’ai choisi mon camp donc mon combat avec. Quand tu es conscient, tout ce qui est injuste t’insupporte. La vie est déjà ce qu’elle est, toute démarche visant à alourdir celle d’un groupe d’humain est classée d’injustice. Ma plume ne se taira pas ». Reprenant ces mots du poète Jean-Pierre Siméon qui dit, je cite :« la poésie sauvera le monde ». Partant de cette parenthèse ouverte sur la poésie, le titre « Espérance de verre » aurait pu être « Espérance de vers » quand on sait que la poésie participe de notre pouvoir à jouir de la vie, plutôt que de la subir. À espérer. À faire prendre conscience. Quand on sait que la poésie participe grandement aux changements des sociétés.

Mais pour la fan de la rappeuse Keny Arkana, l’heure est à l’urgence.« Ça aurait pu être vers mais je trouve que l’urgence de l’heure est d’attirer l’attention de l’humain sur sa fragilité et celle de ce système dans lequel il évolue et ce qu’il a à faire surtout dans le contexte actuel de cette pandémie et de ce soulèvement mondial contre le racisme ».

Rappelons que Négresse Colas a été lauréate du Prix nouvelle de la saison des lettres congolaises en 2019 pour sa nouvelle « Le prix d’une déception », un concours organisé par les éditions Plus.

Adlyne Bonhomme

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close