RENCONTRES

Entrevue avec Lovelie Stanley NUMA fondatrice d’Impulse Web Média!

« Impulse Web Média » est un organe de presse en Ligne fondé par la journaliste Lovelie Stanley Numa. Il répond selon les dires de Madame Numa à la nécessité de rendre accessibles au grand public des informations sûres et des connaissances sur des sujets de société.


MUS’ELLES : Parlez- nous un peu de votre parcours en tant que journaliste ? Que devrait-on savoir à ce sujet?

Lovelie S. Numa: L’idée de devenir journaliste vient tout juste après ma participation à la troisième école d’été de la francophonie en Tunisie, après le séisme de janvier 2010. Ma participation à ce concours a fait de moi, l’une des jeunes leaders de la francophonie d’alors. En effet, nous avons mis sur pied un web radio, ayant pour mission de promouvoir les activités juvéniles dans le pays. J’étais l’animatrice principale via cette radio d’une émission diffusée sur la plateforme de l’OIF. Par souci d’efficacité et de professionnalisme, je me suis inscrite à l’Institut de Formation en Administration et en Communication (ISNAC), où j’ai étudié le journalisme et la présentation radio-télé. Je suis aussi la PDG d’Impulse Web Média, un média en ligne fondé en juin 2019. Je suis la présidente de club RFI Delmas et vice- présidente de L’Union Internationale de la Presse Francophone (l’UPF) , qui est une organisation internationale de journalistes partageant la langue française. J’ai passé trois ans à exercer le métier de journaliste à Radio Vision 2000. En 2019, j’ai fondé Impulse Web Média, organe de presse en ligne qui traite des dossiers et des sujets tabous dans la société hattienne et les met au devant de la scène. Diplômée en Sciences Comptables à l’Université de Port-au Prince, j’ai travaillé comme assistante administrative à la Fédération Nationale de Maires d’Haïti (FENAMH) en 2013

MUS’ELLES: Avez-vous des sujets spécifiques qui vous intéressent à IWM?

Lovelie S.Numa: À IWM, on met l’accent sur les problèmes environnementaux, sur cette catégorie de femmes marginalisées, communément appelées madan sara , mais qui fait bouger l’économie haïtienne. Nous faisons aussi la promotion pour toutes les activités positives entreprises par les femmes haïtiennes. IWM s’engage à informer le public au niveau national et international, de tout ce qui fait l’actualité sur le plan social, éducatif, économique politique, environnemental etc. Il se diffère par sa rigueur dans le traitement de l’information.

MUS’ELLES : Vous manifestez un amour certain pour le journalisme. Comment décrivez vous cet amour ou cet engagement dans le métier?

Lovelie S. NUMA : Justement ! J’adore le métier de journalisme. C’est un métier qui aide son praticien à avoir un peu de connaissance dans tous les domaines. Par ailleurs, je suis une personne courageuse, sensible qui aime se donner à fond dans ses entreprises. Je suis respectueuse et honnête et j’encourage tout ce qui est bien et bon dans la société.


MUS’ELLES : IWM a t-il des projets en cours, mis à part son site d’information?

LOVELIE S. NUMA : Nous avons pas mal de projets en cours et Impulse Web Média figure encore parmi ces projets. Nous avons un Web radio que les difficultés économiques et financières entravent son fonctionnement efficace. Etant donné que nous mettons aussi l’accent sur les problèmes environnementaux, ainsi que toutes les activités entreprises par les femmes dans la société haïtienne, nous réalisons des projets de formations et de sensibilisations à l’intention des jeunes leaders communautaires sur la protection environnementale et qui vont par la suite transmettre ces savoirs à d’autres jeunes dans toutes les communes et sections communales du pays. En attendant ces réalisations, je commence cette campagne de sensibilisation par le biais de l’émission Planète Verte diffusée sur les ondes de la Radio Nativité Internationale dont je suis la présentatrice. Mon équipe et moi travaillerons de concert pour que ces projets puissent impacter positivement sur la communauté toute entière.

MUS’ELLES : Un dernier mot ?

LOVELIE S. NUMA : Cessez de considérer les autres femmes comme des rivales, mais mettez vous ensemble pour affronter la vie ! Nous représentons la majorité de la population, donc nous pouvons réaliser de grandes choses en association. C’est pourquoi je tiens à féliciter toutes les femmes qui ont entrepris des actions positives dans la société haïtienne, et qui ont pris le temps de faire la promotion pour les œuvres des autres femmes. J’encourage les jeunes femmes à faire de l’éducation leurs priorités et à avoir le sens de la créativité afin de devenir des femmes indépendantes et autonomes.

Clairvina DOSSIÉ

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button