Skip to toolbar

Sortir de l'ombre - Fè yo konnen w!

Cherlie Rivage crée de nouvelles rives où accoster la parole poétique

C’est une experience nouvelle de la vie en poésie que propose Cherlie Rivage en créant le “Banquet poétique”: une plateforme où sont publiés quotidiennement, sous des formes plus ou moins variées, des poèmes.

La jeune féministe, engagée en poésie et poétesse elle-même, semble parier que des étincelles de poésie peuvent servir à soulever la réalité du quotidien si fragile du monde. C’est d’ailleurs dans ce cadre que Mus’Elles a eu le plaisir de la rencontrer.

Mus’Elles : Cherlie Rivage, quelle est l’ambition du Banquet poétique que vous avez créé récemment ?
Cherlie Rivage: Banquet Poétique est une plateforme chargée de grandes ambitions. Elle se veut à l’avenir une maison d’édition spécialisée dans la poésie mais aussi une structure qui promeut la lecture et l’écriture poétique (notamment la poésie contemporaine) à travers l’organisation d’ateliers dans les écoles de Port-au-Prince et des provinces. Au final, il se pourrait aussi qu’il y ait, dans le futur, une revue consacrée à la critique du corpus poétique haïtien et étranger. Par ailleurs, nous venons d’établir un partenariat avec la BIBLIOTHECOM qui laisse espérer de fructueuses perspectives.

Mus’Elles : Comment fonctionne le banquet poétique?
Cherlie Rivage : Banquet Poétique fonctionne sur Facebook pour le moment et fait des publications au quotidien. Il y a quatre rubriques consacrées à la diffusion et à la promotion de la poésie: Challenge Poème, Les Vendredis de la citation poétique, Mon Poème Incontournable et Extrait Poème. Peut-être que d’autres rubriques suivront, mais pour l’instant il n’y a que ces quatre.

Mus’Elles : La poésie, me semble-t-il, est pour vous un lieu privilégié ?

Cherlie Rivage: Plus qu’un lieu privilégié, c’est pour moi aussi ce lieu de rencontres plurielles, cette passerelle qui nous relie avec nous-mêmes et avec les autres. Car, la poésie est d’abord partages, rencontres et résonances multiples.

Mus’Elles : Pensez-vous qu’il faille toujours un peu plus d’espaces à la poésie ?

Cherlie Rivage: À mon sens, dire qu’il faille toujours plus d’espaces à la poésie, c’est constater qu’elle n’en a pas assez alors qu’elle est partout, car la poésie en tant qu’ “art de vivre” est cette dimension que tout humain porte en soi. Je dirais au contraire qu’il faut plus d’initiatives visant la mise en valeur des actions pour la promotion de la lecture et de la production poétique.

Propos recueillis par Adlyne Bonhomme

Previous

TEKNOLOJI AN KREYÒL, INISYATIV YON FANM AYISYÈN NAN DOMÈN TEKNOLOJI!

Next

ROSE-LUMANE SAINT-JEAN, LAURÉATE DE LA 5ÈME ÉDITION DU CONCOURS DE PLAIDOIRIE DU BDHH.

1 Comment

  1. Abed-Negod Paul

    Cherlie RIVAGE, rien et ni personne ne peut être plus fier que moi de t’avoir comme amie, saches que tes écrits m’inspirent beaucoup. Félicitations et bonne continuité ma jolie☺

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén