Hier encore nous buvions nos erreurs
Ensemble nous pataugions dans l’alcool du jour
La vie était si simple à tes côtés
Si étoilée
Elle avait ses lettres qu’on ornait
De nous-mêmes
De nos rires
De nos blessures
Nos salives dans nos verres
Nos corps incandescents de désirs verts
Hier encore nous habitions le même poème
Le même pas
Les mêmes amours impossibles
Aujourd’hui j’ai tes lèvres pendues dans la main
J’ai mes doigts perdus dans ma salive
Nous habitons la même trahison

Marie-Ange Claude
Facebook: Angee Mac