Skip to toolbar

Sortir de l'ombre - Fè yo konnen w!

Tag: poeme

Replik

Gen lontan
libète kanpe lwen nou
Vyolans Kwazele n
M aprann se pa tout rèv fanm ki sosyab

M aprann
Fanm pa vwa divinò
Laj pa ban n rezon sou swaf nou
Se bras gason ki bay lavni wotè

Gen lontan
Nou pa nan enterè sosyete 
Domaj
Libète pa atrapan
Dwadelòm kenbe n nan de pwent
An mòd pote m sekou

Granmesi fanm ki te janbe n
Maladrès listwa
Ki te ede n rele tribilasyon nou
Granmesi fanm ki te debride n ak vyeyès tradisyon

Depi mas pwente
Lavi ban n bon jan
Fanm tounen liy editoryal tout powèm
Tout sikatris sou do n pouse flè

Poutan diskriminasyon chèf kanbiz
fènwa kwè pou l selèb
Fòk limyè bay etensèl li do
Fòk silans nou bwè pwa
Alòske
Manti pa gen pasyans
Souvni nou jwe di

Kilè n ap konprann
Dwa moun fratènèl
Se menm risk yo ki dòlote n
Nou drive menm batman 

Kilè n ap konprann fanm ak gason 
Se elikibib patisyon ki akòde melodi tan an
Fwontyè ki separe n
Se lanmò ak lavi
Nou pyete jou yo ak menm rit feblès

Kilè n ap konprann
Chans yo franchi n menm jan
Tout powèm gen fòm flè

Jessica Nazaire

Nan toufe yon laperèz

Nan toufe yon laperèz 

Nan mi kay


Trip mwen anfle tankou bonbonfle


Lapoula tout nouvèl


Gen gou fèy sèch nan bouch mwen
Mwen tou vaksinen kont kè pòpòz 

Lespri m sispann dodomeya

Tout branch cheve m se antèn

Yon move zè ki mare lemonn nan trip

Tèt mwen plen pase bèf plenn

Bonbonfle gen bon do

Pito m te otorite isit

Sou wout vaykevay

Anyen pa ta detounen m.

Jeanne-Elsa Chéry

Image de couverture : Munch, Le cri (1893) / Edvard Munch [Public domain]

Nèg dous mwen

Nèg dous mwen
Doudous mwen
Kè brize m nan chemen jennen
Batman tche m!
Dwòg ki anvlimen pousyè anvi m
Nan bra w
byennèt mwen fè eskal
Nan yon ri k manke souri
Chalè m monte
Mwen pa egziste pou pèsonn ankò
Ou fè m pran gou lavi
Anba pla pye m kite kri kèw
Ou fè m kwè nan lanmou
Kite w pa ekri nan vokabilè m
Mwen pa p janm sispann fè wout lanmou
nan dlo je w
menm lè l ka pa kite mak
Ou se dlo k pase swaf mwen
pandan vant anm plen ak lanmou
Ou met nan lanmou m

Mariusca Alphonse

Mariusca Alphonse

Pour toi je danserai

Je danserai au rythme de ton cœur palpitant

Je danserai dans la flamme de notre amour

Je danserai pour jouer avec ton corps un techno frénétique

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai dans tes bras

Pour qu’ensemble et à pas légers

Nous traversions la vie

Je ne te demande qu’à m’enlacer

Je ne te demande qu’à me faire vibrer

Je danserai même si parfois on se piétine

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai congo

Congo compas

Compas batchata

Batchata salsa

Salsa tango

Je danserai mais pas sans toi

Ta danse me fait oublier le charme de l’horreur et du passé

Ton amour est la danse qui m’enivre et m’ensorcelle

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai que sur la piste brillante de ton amour

Parce que sans toi ma danse est vide de pas

Je danserai au rythme du petro

Même si la valse de la corruption nous trépasse

 Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

.

Je danserai pour prolonger le temps

Je danserai pour dire adieu à la danse

Je danserai sans fin

Sur ta piste je ne m’effondrai jamais

Je danserai parce que la vie est une danse

Je danserai parce que t’es la danse de ma vie

.

Annabelle

Je cherche un matin l’harmonie perdue

Je cherche un matin l’harmonie perdue
Des cigales souillées des temps de pluie.
Le vent me cache la route sans l’ombre d’un ciel
Promenade des silhouettes.
« Mes dames! Cherchez-vous un poète »?

La bande continuait sa danse
Les tambours criaient pidim pidim pidim pap
Seule la mer suivait le rythme de nos reins
C’est bien ce jour. Le grand jour d’ Erzulie
Tout le monde prend la direction de la source
Chaque femme battue, cicatrisée, blessée, regardée et touchée y trouve son bain.

La source… elle nous regarde passer
Elle chuchote tout aux arbres et elle lave tout,
Nos peurs et nos sangs, nos maux et nos larmes.
Je n’ai jamais su qui de nous deux, ma sœur ou moi, est la plus écrasée à coups de féminité.
Nos yeux ne peuvent plus conter nos douleurs.
Il vient un jour où toutes nous danserons cette danse,
la danse des grand-mères.
Et les hommes et les femmes joueront aux tambours si fort que même les vagues en seraient jalouses.

Vanessa Jeudi

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén