IPDEC : 22 ans à promouvoir la culture dans la ville des Cayes

Spread the love

Ce mois d’avril, la bibliothèque de l’IPDEC, basée dans la ville des Cayes et durement touchée par le tremblement de terre d’aout 2021, célèbre ses 22 ans d’existence. Après les pertes occasionnées par le séisme, la bibliothèque, délocalisée, rouvre ses portes pour son anniversaire prochain.

L’Institut de Promotion du Développement de l’Éducation et la Culture (IPDEC) existe dans la ville des Cayes depuis octobre 1997 et est initié par d’anciens normaliens, pour pallier au manque d’éducation et de culture dont les jeunes se trouvent privés.  Depuis avril 2000, avec le soutien de la Fokal, l’IPDEC, jadis une association, a acquis le statut d’institution contenant une bibliothèque, servant d’espace de rencontres et de partage aux visiteurs.

Lire également| Marie Vieux Chauvet à l’honneur au 5e festival Goutter littéraire

Il fallait travailler à l’émergence  de jeunes lecteurs, rendre disponible aux étudiants une riche documentation, créer un espace de production artistique : c’est tout cela qu’IPDEC s’est donnée, entre autres, pour mission. Outre la bibliothèque, l’institution possède un club de lecture,  de débat et de danse, ainsi qu’une troupe d’initiation au théâtre. La bibliothèque est aussi un lieu d’échanges intergénérationnels, capable d’inciter plus de jeunes à la lecture et aux choses de l’esprit à travers diverses activités dont  « biblio-loisirs » qui offre un terrain de détente où  l’on peut prendre contact avec près de 10 000 livres.

Durant la période 2018-2019, l’IPDEC a lancé les « Jeudis de l’art en folie » où la bibliothèque dans ses heures de fonctionnement s’est transformée en un espace de performance, avec récitation ou lecture de poèmes, de chant et de mise en scène  de textes dramatiques.

Partenaire des différents festivals organisés dans le sud du pays comme Krik-Krak d’Akoustik-Prod qui promeut les pratiques traditionnelles ou les Rendez-Vous de la Poésie Contemporaine de Banquet Poétique, IPDEC inaugure une collaboration avec d’autres structures qui veulent évoluer dans les domaines de l’éducation, de la culture ou de l’écologie.

Lire également| L’Institut Français d’Haiti défend la cause écologique au moyen de l’art

La bibliothèque s’ouvre elle-même au reste du département en offrant occasionnellement des bibliothèques-mobiles à  des écoles de la région qui ne sont pas, souvent, équipées dans ce domaine. Aujourd’hui, elle est détruite et a perdu plus de la moitié de son inventaire. Elle poursuit toutefois son objectif qui est celui de faire exister un espace de lecture au profit des Cayens mais aussi de faire connaître les auteurs haïtiens à son public, allant de  Jean-Claude Charles à Louis-Philippe Dalembert en passant par Yanick Lahens ou Marie-Célie Agnant.

Ce modèle de bibliothèque communautaire pratiqué par l’IPDEC permet l’intégration des jeunes, les sensibilise à  l’importance de la préservation des patrimoines, des monuments historiques importants ou de l’environnement.

Ce long effort d’initiation à la lecture se poursuit avec la collaboration de certains de ses anciens adhérents comme les gagnants du Prix Lucienne Deschamps, Billy Mondésir et Luis Bernard Henry, invité d’honneur de la journée du livre de la structure Ecolo Jeune d’Haïti.

La bibliothèque rouvre donc ses portes, temporairement, à la délégation départementale du Sud à la rue du Quai, aux Cayes. Chelton Aïs, ancien coordonnateur du club de lecture et membre de l’institution, a par ailleurs informé que la construction d’un nouveau bâtiment va bientôt démarrer avec l’aide de certains partenaires comme la FOKAL et le groupe de volontaires baptisé Ann Rebati IPDEC.

Deborah Douyon


Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *