RENCONTRES

Stefani Tieri GEORGES et sa lutte pour le respect des droits des femmes


Née à Cap-Haitien, politologue et spécialiste en genre, Stefani est une passionnée des droits des femmes en Haïti. Après avoir fait toutes ses études classiques au Cap-Haitien chez les sœurs Cluny, Stefani est partie à l’étranger pour poursuivre ses études universitaires en sciences politiques. Si Stefani partait étudier à l’étranger, elle laissait toutefois son cœur en Haïti où elle souhaitait revenir pour aider dans le combat pour les droits des femmes. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a réalisé son travail de fin d’études sur ‘‘La place des femmes et les rapports de genre en politique’’ en 2014.
Petite, son père les ont élevé , elle et sa petite sœur en les faisant exercer toutes sortes de tâches que l’on dit destinées aux hommes. Toutefois, à l’adolescence, Stefani a été interpellée par des conversations et des comportements différenciés par ce qu’elle était une fille et c’est alors qu’elle a commencé à s’intéresser au genre de manière plus précisément , nous confie-t-elle.
Fille d’un professeur d’université et responsable départemental de l’IHSI et de la juge d’instruction actuelle au tribunal de première instance de Fort-Liberté également professeure d’université, on pouvait prétendre que son avenir était toute lisse, sans encombre aucune mais Stefani a dû, comme tout le monde, se battre pour prendre sa place. Appliquée, elle met un point d’honneur à bien faire tout ce qu’elle fait. Soucieuse de sa représentation, cette passionnée ne ménage jamais rien quand il faut introduire les notions de genre et des droits des femmes. Avec son menton volontaire et son entêtement à faire abandonner le plus tenace, Stefani ne se laisse pas faire et défend jusqu’au bout ses points de vue.
Quand on lui demande ce qui la passionne le plus, sans hésiter, elle répond : « servir, aider les autres ». D’où son choix , par-dessus tout à devenir Avocate. Il faut souligner qu’elle est en 3ème année dans ses études de droit à la Faculté de Droit, de Sciences économiques et de Gestion du Cap-Haitien. A la question si militer pour les droits des femmes lui a toujours paru comme une évidence, elle soutient : « Oui, cela a toujours été évident. Notre société est machiste, les femmes doivent toujours se battre pour se faire valoir et se faire reconnaitre. Car, quand on est une femme, on vous présume l’incompétence et il faut se battre deux fois plus qu’un homme avec les mêmes compétences. Je suis militante dans l’âme. La politique m’a toujours intéressé. Quoi de mieux que de s’impliquer pour faire bouger les choses » nous dit-elle avec un sourire.
Stefani fait partie du Rotary International depuis ses 16 ans en étant membre de l’Interact. L’année dernière, soit en 2019, cette même année où elle a été une des dix femmes les plus influentes du Cap-Haitien, elle a été élue présidente du Rotaract club du Cap-Haitien où elle a pu acquérir, avec l’aide de son équipe, les meilleures places pour le club grâce à leurs nombreuses réalisations. Elle a reçu plusieurs prix avec son équipe pour l’exécution de leurs projets. « Nous avons réalisé une excellente performance au niveau national et même international » se réjouit-elle. Elle soutient que dans le club rien ne se fait selon le sexe mais dans toutes les cellules, il y a toujours un rapport au genre puisqu’il est un construit et qu’on peut le détecter dans les rapports entre hommes et femmes, des tendances à réagir comme ce qu’on leur a appris à la maison, dit-elle.
Comme grandes réalisations, Stefani Georges nous confie que sa course commence à peine mais qu’elle peut considérer comme de grandes réalisations la coordination qu’elle a assurée la 3ème édition de la mission Entrepren’Elle au Cap-Haitien en 2018 et une journée de sensibilisation qu’elle a organisée contre les violences faites aux femmes avec les organisations : OEFE et FECIS.
L’activiste féministe, politologue, spécialiste en genre et future avocate nous avoue que la compétence en genre est intéressante à avoir puisqu’à tous les niveaux maintenant il y a des cellules spéciales genre. Elle conseille aux jeunes filles d’aujourd’hui : « d’OSER ». Ne restez pas paralysées par la peur de l’échec car cette idée vous empêchera d’accomplir vos objectifs dans la vie. Ayez confiance en vous et osez. Prenez votre place ! martèle-t-elle pour finir.


Rodeline DOLY

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button