FOCU-S-U

Sachernka Anacassis : « Le théâtre, c’est ma vie ! »

Un  nom, une comédienne, partagera le podium des créatrices à l’honneur avec Michèle Lemoine à la 4ème édition du Festival En lisant cette année : Sachernka Anacassis. Elle incarne une nouvelle génération de femmes de théâtre qui illuminent un champ à l’avenir prometteur ici, en dépit des risques et soucis qui débordent du métier. Pour celle qui séduit par son talent et son  professionnalisme  ce festival de dramaturgie contemporaine, le théâtre va au-delà d’une activité de seconde zone. Le théâtre représente sa vie !

Inscrite au Conservatoire rayonnement régional de théâtre pour une formation d’orientation professionnelle en théâtre, elle est arrivée à Port-au-Prince, le dimanche 30 juin 2019 de Toulouse, en France. Elle est sortie avec la mention « Très bien », de sa formation qui a duré deux ans. Tout se passe vite car elle doit animer le 1er juillet  « Lire et Jouer Seul », une formation en théâtre  organisée en prélude au festival qui s’étend du 8 au 17 juillet. Pour celle qui a abandonné des études en communication sociale pour se consacrer à son coup de cœur, la vie d’artiste qu’elle a décidé de mener a ses coûts.  Déjà, elle repart dans deux semaines pour peaufiner son art en poursuivant une autre formation de deux ans en Insertion professionnelle en théâtre à Toulouse. On connait son amour passionnel dans le milieu artistique, on la sollicite aussi pour son talent et son savoir-faire.

La révélation
Pour saisir son immersion  dans la vie d’artiste, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Ses débuts qui se situent en 2011, au moment du  premier anniversaire du tremblement de terre, avec le club de lecture de la Bibliothèque Monique Calixte. Elle a pris part  à l’époque   à une lecture scénique dirigée par Michèle Lemoine, une autre figure importante du festival cette année. Elle a aimé! Quelques mois plus tard, elle se retrouve avec Néhémy Pierre-Louis, auteur du roman « Rapatriés », qui l’invite  sur une pièce de théâtre avec Sylvie L.Pourcel, et de spectacles en spectacles, l’envie prend son envol et son parcours est lancé  avec la compagnie de théâtre BIT Haïti. Sans une formation de base dans cet art de la scène, on a découvert son talent. Aussi, elle jugera opportun de s’y adonner. Mais,  il faut aussi remonter dans son enfance,  à  une époque où elle avoue vivre en  solitaire, car même à   l’église,  elle ne participait pas aux activités de théâtre, or, elle  tissait mot par mot des conversations, faisait défiler des personnages imaginaires dans sa tête , copinait avec les murs comme les personnages qu’elle côtoie sur la scène aujourd’hui . Avec le temps, elle pense que si elle était issue d’une d’une famille aisée, surement, on lui ferait suivre par un.e psychologue.

« Le théâtre, c’est ma vie ! »                                                                          Sachernka Anacassis avoue être très marquée par le vivre ensemble et la solidarité du milieu artistique, qui s’originent dans une certaine mesure dans le manque d’accompagnement artistique  au pays. Il y a toutefois de nombreuses difficultés qui pourraient les décourager, comme le manque de fonds pour que les artistes puissent vivre de leur métier et une considération digne de leur travail. Malgré tout, pour elle, le bonheur est là. « Ce n’est pas cliché de dire que le théâtre c’est ma vie ! » admet t-elle. Reconnaissante envers ses multiples mentors, elle pense que cette passion est la récolte des graines  que ces personnes ont semées  en une terre déjà accueillante.
Une parcelle de sa vie se joue ce soir à l’Institut Français d’Haïti, à 7 heures avec « Au bord » de Claudine Galea, une mise en scène signée Pascal Papini et Guillaume Langou.
Jeanne-Elsa Chéry
10-07-2019

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close