COUP D'OEIL

Maya Angelou, une icône de la lutte contre le racisme

La liste des femmes qui, toute leur vie ont combattu le racisme dans le monde est longue. À titre d’exemples, on peut citer Rosa Parks, Tony Morisson, Nina Simone et Maya Angelou dont ce papier met en lumière le parcours et le travail.

Beaucoup de femmes ont levé la voix contre l’inacceptable. Elles ont porté dans leurs plumes la certitude de la liberté pour tous. Elles se sont battues pour frayer un chemin dans la lutte contre le racisme dans le monde. Elles ont compris la fragilité dans chaque battement de cœur de la vie d’un noir. Aujourd’hui encore le racisme est d’actualité dans les villes américaines comme dans nombre de villes du monde. L’histoire de cette intolérance qui engendre la brutalité ne date pas d’hier. Cette situation ne pouvait ne pas ramener sur la toile l’une de ces icônes. Morte à l’âge de 86 ans, grande figure de la lutte pour l’égalité des genres aux États-Unis-Unis, Maya est née Marguerite Johnson le 4 avril 1928 dans le Missouri.

Une enfance difficile

« Pourquoi a-t-on grandi si c’est pour faire la différence entre les couleurs et les races ? » chante Jean Jean Roosevelt. Cette phrase dit beaucoup dans ce monde où le racisme est plus que jamais présent. C’est une phrase qui, d’hier à aujourd’hui, ne fait pas le bonheur des enfants dits noirs. Des enfants à la peau bronzée qui, d’une façon ou d’une autre, n’avaient pas besoin de grandir pour expérimenter cette violence parce que seulement ils sont considérés comme des noirs. Maya Angelou n’avait pas besoin de grandir pour comprendre cette sensation pour ressentir le poids qui, dans ses gestes, dans ses regards, trahissait son innocence. C’est comme écouter toute la misère du monde dans la voix d’Ali Farka Touré.
Très jeune, Maya a connu la brutalité du racisme en Arkansas. Lui et son frère, chez leurs grands-parents, vivaient dans cet état ou la ségrégation assassinait toute une race. Etant bonne élève, elle est la première noire à fréquenter une école d’art dramatique privée qui était réservée aux blancs en Californie.

Sa grande contribution contre le racisme

En pleine pandémie mondiale, la violence contre les noirs ne chôme pas. Les plus récents événements, comme vous le savez, sont arrivés aux États-Unis. Cette Canadienne qui appelait la police juste parce qu’un homme noir lui demandait de retenir son chien. Georges Floyd assassiné brutalement par un policier, pour ne citer que ces deux cas. La mort de Floyd est ce dernier crime qui a soulevé la colère populaire mondiale encore une fois contre la discrimination raciale. Cette situation entraîne des débats et des frustrations partout. La fureur est énorme., Maya Angelou est l’un des personnages illustres de ces combats menés en vue de faire respecter les noirs au pays de l’Oncle Sam. Elle s’est engagée pour cette liberté dans ses œuvres littéraires. Maya est ce modèle d’engagement qu’on doit suivre parce que cette question de racisme qui existait hier, qui existe aujourd’hui, risque de perdurer jusqu’à demain. Et on ne peut ne que s’inspirer de l’auteure de « Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage » pour continuer cette lutte. Elle qui a marché aux côtés de Rosa Parks à la « Man March » en 1995. Militante des droits de l’homme, elle a inspiré des millions de personnes. Aujourd’hui plus que jamais, pour cette lutte, il faut se nourrir de la vie de cette personnalité, afin qu’un jour on arrive à éradiquer la discrimination contre les « noirs » dans le monde.

Adlyne Bonhomme
b.adlyne@yahoo.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close