ACTU

L’equipe de Ti Kozri sou Dwa a rendu visite aux femmes de la prison de Cabaret

A l’initiative de Marie Judith Sainval et de son équipe, les femmes de la prison de Cabaret ont reçu le dimanche 25 juillet 2021 des kits hygiéniques, un geste auquel elles ne s’attendaient pas. Surprises, mais surtout émues, c’est avec reconnaissance qu’elles ont accueilli ces jeunes qui ont prêté main forte au projet.

Jeune juriste, Marie Judith détient à ce jour une rubrique à aspect juridique titrée « Ti kozri sou dwa ». Elle y anime des débats, et apporte des éclaircis sur des points ou termes juridiques que des gens souhaitent certainement approfondir. Cette visite à la prison de Cabaret était quasiment orchestrée par toute l’équipe de « Ti Kozri sou dwa », composée de jeunes aux compétences diverses.

Un feedback assez positif de cette visite si on en croit les dires de Judith. « Sa fè n panse menmsi nou nan prizon, gen moun k ap panse avè nou toujou ». C’est en ces termes que s’est exprimé l’une des détenues, ravie de bénéficier de la bonne volonté de ses donateurs. En effet, Me Sainval a certes eu l’idée, mais ils ont été plusieurs à collaborer à la réussite de cette journée de dons. En plus de ceux qui ont contribué avec de l’argent et qui ont reçu un T’shirt « Ti Kozri sou dwa » comme souvenir, d’autres ont eux-mêmes fait don des produits qui avaient constitué le kit.

Si ces dames ont été plus que reconnaissantes envers leurs visiteuses, elles n’ont toutefois pas manqué de leur adresser leurs doléances. Parmi les requêtes qu’elles ont pour la plupart rédigées sur papier, l’une d’entre elles étaient d’avoir des fournitures scolaires afin de poursuivre des études en prison.

En effet, pour favoriser leur insertion, la prison met au point certaines activités dont l’écolage pour celles qui veulent bien y adhérer. Si cette première visite consistait à leur offrir des kits hygiéniques, la prochaine sera pour les fournir en matériels scolaires. Marie Judith Sainval en fait tout un projet sur lequel elle bosse actuellement, selon ses dires.

Darline Honoré

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button