Skip to toolbar
ACTU

La cinquième édition du festival CINECOLO-HAЇTI met la mer sous les feux des projecteurs.

Le festival CINECOLO-HAЇTI souffle sa cinquième bougie cette année. Par l’organisation de cette 5ème édition qui se tiendra dans plusieurs villes du pays du 6 au 11 octobre 2020, sous le thème « Et si on s’occupait de la mer ? », les initiateurs promettent des innovations plus remarquables que les précédentes éditions, dans la mesure où le déroulement des activités est conçu pour être un vecteur de changement de comportement environnemental, affirme la responsable de communication de CINECOLO-HAЇTI, madame Kattia JEAN-FRANCOIS.

Le festival CINECOLO- HAЇTI est un festival international du film de l’environnement  d’Haïti, créé dans le but de  placer l’être humain et l’écologie au cœur des préoccupations actuelles.  Ce projet fait la promotion pour l’éducation à la citoyenneté et au développement durable,  tout en utilisant le 7e art, via le documentaire pour sensibiliser et éduquer la population haïtienne, les jeunes en particulier sur les menaces des crises écologiques et de leur offrir des alternatives possibles et durables.

Durant les quatre années passées, le festival CINECOLO-HAITI a déjà touché une quarantaine de villes à travers tout le territoire haitien. En effet, l’équipe se donne encore pour mission de faire de cette activité une fête partout et pour tous. C’est pourquoi, les organisateurs se concentrent sur des villes côtières ayant des problèmes liés à la biodiversité et à la dégradation du littoral telles que : Port-Salut, Jérémie, Saint-Marc, Cap-Haitien, Gonaïves, Jacmel et Port-de Paix.

Pour cette cinquième édition, CINECOLO-HAЇTI présente un menu plus diversifié à son public. Lequel est constitué de projections – échanges, conférences débats, expositions-ventes, visites guidées, coins de signatures etc. Le public aura à assister à une série d’activités comme : la journée de la mer et du littoral, la journée de la biodiversité, la journée du climat et du développement durable, sans oublier le nettoyage des littoraux de toutes les villes d’acceuil du festival comme la principale valeur ajoutée à cette cinquième édition . « Men sa lanmè di » d’Arnold Antonin, « Sauver les coraux », « Quand la mer avance », « Océan, les femmes contre la pollution » sont parmi les documentaires qui seront projetés à l’Institut Français de Port-au-Prince, au Centre culturel l’Amaranthe des Gonaïves et dans plusieurs Alliance française du pays, entre autres.

Interrogée sur les problèmes que confrontent les femmes face à la dégradation de l’environnement en Haïti, madame JEAN-FRANCOIS met l’accent sur l’érosion causée par le déboisement. Selon la spécialiste en développement, l’érosion causée par le déboisement des terres arables impacte directement la vie des agricultrices, vu que les femmes jouent un rôle prépondérant dans l’agriculture, et ce, dans beaucoup de régions du pays. Souvent, les femmes sont beaucoup plus touchées par les dégâts causés par les inondations lors des périodes cycloniques que les hommes à cause de leur vulnérabilité, fait-elle remarquer. Par ailleurs, madame JEAN-FRANCOIS encourage les femmes à s’intégrer dans des activités ayant rapport à la protection de l’environnement et au développement durable.

Tenant compte de la pandémie du Coronavirus qui frappe le pays, l’équipe organisatrice du festival CINECOLO-HAЇTI a pris une série de mesures préventives pouvant limiter la propagation du virus. Les organisateurs se disent se charger de la protection des participants par la distanciation physique, la distribution du gel hydro-alcoolique et de masques dont le port est obligatoire dans tous les lieux des activités. Toutefois, les responsables souhaitent que les gens viennent participer en foule dans tous les départements où se déroulera le festival et qu’ils se laissent toucher par les différents messages de sensibilisation autour de la mer qui seront diffusés. Ils espèrent aussi que la population haïtienne, les festivaliers en particulier prennent conscience de leurs responsabilités afin de s’engager dans la bataille pour la préservation de l’environnement.

Clairvina DOSSIE

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button