ACTU

Farah Joseph, une voix qui fait les délices des mélomanes

Répondant à l’invitation de « K Tout Atis Yo », Farah Joseph, chanteuse de 30 ans que l’on commence à bien connaitre dans le milieu artistique haïtien s’est imposée sur scène dans un live, le dimanche 24 mai dernier. Elle a fait les délices de bien de mordu.e.s de la poésie scandée. La rédaction de Mus’Elles l’a rencontrée. Dans des mots simples et directs, elle a répondu à ses questions.    

Mus’Elles : Votre dernière collaboration est avec le slameur Nervno fils de plume. Vous chantez en duo ‘’Don’t touch”. D’oú vous est venue l’idée de ce duo?
Farah : L’idée n’est pas de moi, j’ai eu l’invitation de Nervno, c’est son projet. Il m’a appelé pour me dire qu’il aimerait qu’on  collabore sur un projet. Il m’a envoyé le son, et le texte, quelques jours après. Voyant que c’était un sujet assez tendance et d’actualité, qui ne me dérangeait pas, j’ai accepté.

Mus’Elles : Quelle a été votre motivation?
Farah Joseph : Dès qu’il s’agit de musique je suis motivée, mais collaborer sur un son dépend du texte à 80% . Et vu que Nervno est un slameur très talentueux, c’était plus facile.

Mus’Elles : Racontez-nous votre première fois dans la musique?
Farah : Je suis née dans une famille chrétienne, pas besoin de vous dire que mes dimanches étaient réservés au culte d’adoration. J’ai fait  très tôt la connaissance de la musique. Toutefois, je peux vous dire que mon amour pour ce métier s’est vraiment manifesté en 2013 après mon passage à Starmax.

Mus’Elles : Parlez nous de votre passage à  Starmax?
Farah Joseph : C’était une expérience assez enrichissante qui m’a permis de m’évaluer. J’ai eu la chance de concourir avec d’autres talents , de très bons chanteurs, qui sont aujourd’hui devenus des amis.

Mus’Elles : Quand vous ne faites pas de la musique, qu’est-ce vous faites?
Farah Joseph : Pour l’instant je ne fais que ça quoique j’ai bien d’autres aptitudes.

Mus’Elles : Pouvez-vous nous en parler davantage?
Farah Joseph : J’ai très jeune étudié les techniques bancaires. J’ai suivi des formations en Gestion et Elaboration de projet et en Assainissement et Principes d’hygiène avec une organisation pour laquelle j’ai travaillé pendant 3 ans. Je suis certifiée en Marketing. J’ai également commencé une étude en informatique de gestion que je n’ai pas achevée. Mais mes amis disent que j’ai des dons pour la planification, je leur sers souvent d’event planner.

Mus’Elles : Vous avez réalisé une tournée en 2019 en Europe, notamment dans 9 pays dont l’Allemagne, la Suisse, République Tchèque et d’autres pays européens, comment avez-vous vécu cette expérience?
Farah Joseph : C’était superbe. Invitée par FONMEH à rejoindre une équipe déjà sur pied composée de 2 autres chanteurs et de 4 musiciens, sous la direction musicale du maestro Augustin, j’ai pu vendre ma culture, mon univers musical.

Mus’Elles : Quelles sont les retombées de cette expérience  sur votre carrière?
Farah Joseph : En gros, elle m’a permis  de renforcer ma confiance en moi, et ça a également augmenté ma volonté de travailler.  Même si j’ai eu beaucoup de stress avant les prestations, c’est avec beaucoup de contentement et de satisfaction que je l’ai accueillie.

Mus’Elles : Quels sont vos styles musicaux?

Farah Joseph : Ce que je propose comme champs musical c’est un mélange de gospel, de blues et de musiques traditionnelles haïtiennes.

Mus’Elles : Jusqu’ici vous avez participé dans plusieurs projets, lequel vous a le plus marquée et pourquoi?
Farah Joseph : Tous les projets m’ont  marquée d’une façon ou d’une autre, mais j’ai été honorée de faire partie des 10 artistes, figures musicales, choisis pour représenter le Ministère de l’Éducation Nationale sur le projet éducatif. Avec des artistes comme BIC, Bélo,  Jean Jean Roosevelt et autres que je considère comme des modèles.

Mus’Elles : Votre meilleur moment sur scène c’était où et quand?
Farah Joseph : Ils sont nombreux. Mais je me rappelle comme si c’était hier la finale du concours « Nou Se Lajenès », je faisais partie du jury, où j’ai vu des talents s’exercer avec tellement de fougue, de détermination et  d’amour pour la musique. Ça m’a ramenée à l’époque où je faisais mes débuts. Mes prestations à l’étranger également.

Mus’Elles : Comment vivez-vous le confiment après des spectacles ratés en Espagne et au Canada à cause de la COVID-19?
Farah Joseph : Un peu mal. Cela faisait 6 mois depuis que je me préparais en conséquence. Mais dommage, la pandémie à changé mes plans. J’arrive à tenir, sachant qu’on parviendra à passer ce cap.

Mus’Elles : Vous avez un message pour vos fans ?
Farah Joseph : Mon message par rapport à  la pandémie de COVID-19 consiste à demander aux gens de rester chez eux et si par obligation, ils doivent sortir  dans les rues, de porter leurs masques.

Propos recueillis par Adlyne Bonhomme
b.adlyne@yahoo.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close