FOCUS-U

Le blanchiment de la peau, une pratique très répandue en Afrique


La chanteuse Sud-africaine Nomasonto Mnisi, de teint naturellement sombre a tenu à changer la couleur de sa peau. “Je voulais voir à quoi je ressemblerais en étant blanche et je suis heureuse», a déclaré la chanteuse originaire d’Afrique du Sud.

Mme Mshoza est à présent célèbre non seulement pour sa musique, mais aussi pour sa peau blanchie. Elle a d’abord cherché à blanchir son hyperpigmentation (taches noires sur la peau), puis a décidé de conserver un teint clair dans l’ensemble.

L’éclaircissement de la peau en Afrique est un phénomène qui ne date pas d’hier. Il existe depuis des décennies. Les produits éclaircissants pour la peau sont disponibles sur Amazon, une place de marché pour le commerce électronique. L’Organisation mondiale de la santé avertit pour sa part que le blanchiment de la peau peut causer des dommages au foie et aux reins, une psychose, des lésions cérébrales chez le fœtus et le cancer.

Un nouveau traitement de blanchiment de la peau qui fait son chemin est l’application par voie intraveineuse de glutathion, un antioxydant naturel produit par le foie. Les traitements intraveineux au glutathion peuvent alléger la peau, et le produit peut maintenant aussi être obtenu sous forme de comprimés de suppléments antioxydants, écrit Aneri Pattani, dans un article sur le sujet pour le New York Times.

Des entreprises de soins de la peau au Ghana et dans d’autres pays africains utilisent de plus en plus de glutathion, tentant de séduire les femmes enceintes dans le but d’alléger la peau de leur bébé in utero. La Food and Drugs Authority du Ghana avertit qu’elle n’a approuvé aucun produit à base de glutathion, ni pour lui-même, ni «sous forme de comprimé pour éclaircir la peau d’un enfant à naître».

“Les injectables sont les plus dangereux.
« Il est très dangereux pour les femmes enceintes de prendre des comprimés de blanchiment », prévient Catherine Tetteh, fondatrice de la Fondation Mélanine, une organisation non gouvernementale basée à Genève qui milite contre le blanchiment de la peau.

Les injectables pour éclaircir les peaux sont «les produits les plus dangereux actuellement disponibles, en partie parce que vous ne savez pas en quoi consiste les injections… et beaucoup achètent sur des marchés informels», explique Shingi Mtero, qui donne un cours sur les politiques de blanchiment de la peau à l’Université de Rhodes , Afrique du Sud, dans une interview avec Africa Renewal.

L’Association of Black Psychologists, établie aux États-Unis, note qu’en plus des effets indésirables sur la peau, le colorisme – préférence pour une peau plus claire – peut affecter l’estime de soi, la perception de la beauté et les perspectives économiques. Et l’industrie des cosmétiques et des soins de la peau profite de l’engouement des femmes africaines pour une peau plus claire.

Pourquoi ce besoin urgent de changer son teint?

Le phénomène d’éclaircissement de la peau est nuancé, selon Mme Mtero, ajoutant que «la blancheur a été élevée et présentée comme une norme universelle du progrès. Lorsque les gens disent qu’il est question de blancheur, il n’est pas forcément naturel d’être blanc, mais de vouloir accéder à des choses auxquelles les Blancs ont facilement accès – privilèges, statut économique et social. »

Elle poursuit pour affirmer que la peau claire est ce que veulent les hommes. Il est logique que les femmes s’assimilent au standard souhaité par les hommes afin d’augmenter leurs chances de se marier. Et le mariage sert de forme de capital social: être la femme de quelqu’un, un enfant porteur et un membre estimé de la société. Ça va élever une femme.
Elle ajoute: «Les partisans de la dépigmentation maintiennent l’illusion que la peau plus claire leur permettra de trouver de meilleurs emplois et de séduire plus facilement.»
Les meilleures opportunités d’emploi et le statut élevé que les gens assument d’une peau plus claire apportent une image différente – une image de la femme africaine prenant une décision parfaitement rationnelle, calculée et réaliste.

C’est pourquoi, interdire ces produits me résoudra pas forcément le problème, Ola Orekunrin, médecin et fondateur de Flying Doctors Nigeria, un service d’ambulance aérienne en Afrique de l’Ouest. «Nous devons ouvrir une discussion autour de la couleur et de la beauté de la peau. Les médias, en particulier les médias de mode, doivent présenter d’autres types de beauté au-delà de l’idéal occidental pour mettre fin à ce biais de couleur. »

Suite au succès remarquable du film à succès Black Panther, avec une distribution à prédominance noire, de plus en plus de jeunes Africains sont fiers de leur teint et inventent des hashtags tels que #melaninpoppin et #blackgirlmagic pour célébrer leurs teintes de peau foncées.

L’actrice kenyane de renommée internationale, LupitaNyong’o, qui a joué dans Black Panther, a déclaré à Vogue, un magazine américain de mode et de style de vie: «Je ne peux pas fuir qui je suis et mon teint ou la société en général, et comment ils peuvent voir cela. Elle note que l’acceptation et le contentement en soi était la clé d’une vie réussie.

Darline Honoré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button