FOCU-S-U

Formation de quarante jeunes artistes à Bel-air

À  l’initiative du mouvement artistique et social Nou Pran Lari a (NPL), une quarantaine de jeunes artistes issue du plus ancien quartier de la ville de Port-au-Prince ont reçu une formation portant sur la rédaction de la notice biographique le jeudi 18 juillet 2019. Animée au Centre Culturel Bel-Art par la Directrice Générale du Bureau Haïtien du Droit d’Auteur (BHDA) Emmelie Prophète Milcé, cette formation permettra à ces jeunes artistes de développer des habiletés en rédaction. Les bénéficiaires de cette formation sont des peintres, des graffeurs, des plasticiens, des designers, des danseurs et des écrivains.    

Selon Allenby Augustin, chef de fil de Nou Pran Lari, la plupart des créateurs et créatrices avec qui il collabore dans le cadre de ce mouvement ont une lacune en matière de rédaction. Il serait judicieux de les aider à renforcer leurs capacités à ce niveau, a précisé l’opérateur culturel.

L’écrivaine Emmelie Prophète-Milcé a dirigé la formation en deux parties essentielles. Après avoir enseigné les méthodes pour rédiger une notice biographique, elle a fourni des informations relatives à la reconnaissance légale d’un.e artiste. Selon elle, « tout artiste doit avoir un discours sur son œuvre et le premier devoir de celui-ci est de savoir son droit ». Madame Milcé croit que seul l’artiste est mieux placé pour présenter sa biographie de manière claire et précise. 

« Si Michel-Ange, Jean Michel Basquiat, Léonard de Vinci, Picasso, Banksy, Dieudonné Sédor, Jean-Claude Garoute (Tiga), Philippe Dodard, Préfète Duffaut et Jean Sébastien ont produit des chefs-d’œuvre pour faire rêver, épater, sublimer, transcender et transformer le monde, c’est parce qu’ils ont beaucoup travaillé. Vous les jeunes artistes, vous êtes appelés à travailler pour atteindre la possibilité suprême quel que soit votre choix esthétique », a martelé l’animatrice.    

La formatrice encourage les jeunes artistes à avoir un agent pour assurer la promotion de leurs œuvres. Elle les invite à prendre leur travail très au sérieux, car l’artiste, ce n’est pas une posture, c’est l’œuvre, argumente l’auteure du Testament des Solitudes. « Tout artiste est appelé à gérer sa carrière avec crédibilité et sincérité, insiste la Directrice Générale du BHDA qui conseille les participant-e-s à former des associations et des syndicats pour défendre leurs œuvres du point de vue légal. Cela fait partie du droit de la sureté, car « se mèt kò ki veye kò », a évoqué Madame Milcé qui revendique l’originalité dans l’œuvre de tout créateur.   

Nou Pran Lari a travaille dans le but de démocratiser les biens et services culturels en Haïti. Il accompagne des jeunes artistes des quartiers marginalisés afin de les aider à acquérir une notoriété. Ce mouvement est à encourager surtout dans un pays où le métier d’artiste peine encore à être accepté, notamment par l’État haïtien.      

Léo D. Pizo Bien-Aimé

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
Close