Back to black Santo

Il était 20 heures, je comptais déjà les minutes sous ma couette pour dormir. Je voulais non seulement me réveiller tôt le lendemain pour aller travailler et fuir l’affreuse mélodie des moustiques.