Skip to toolbar
ACTU

Une deuxième édition de “Festival Teyat Kreyòl ” pour donner un nouveau souffle au théâtre créole

Le Festival Théâtre créole ou “Festival Teyat Kreyòl ” a célébré du 28 octobre au 1er novembre la diversité à Montréal sous le thème:”Un nouveau souffle pour le théâtre créole .” Cette deuxieme édition a tenu à mettre en lumière la culture créole en misant sur les arts de la scène.

Cette année, hommage à été rendu à Frankétienne pour sa grande contribution à la littérature haïtienne. Il était sur scène avec Ricardo Lefebre, un acteur haitien très connu du mileu. Selon les propos de la directrice du festival, Nerlande Gaetan , ce fut une fierté d’avoir eu la possibilité d’honorer Frankétienne de son vivant”. Le 30 octobre dernier, un extrait du texte Bobomassouri de Frankétienne a été joué par le comedien Edouard Baptiste dit Youyou. Le 1er novembre, une représentation de *Pèlen tèt* a été aussi proposée, un texte publié depuis 1978 mais qui est toujours d’actualité. Aujourd’hui encore, on parle de diaspora, de mal du pays.

« On ne se limite pas au théâtre. L’année dernière, nous avions des expositions, notre invité d’honneur était Syto Cavé qui était en signature pour son dernier ouvrage. Les gens avaient accès à une soirée où ils pouvaient écouter de la poésie. On a réuni deux générations, père et fils Cavé sur scène à côté de poétesse comme Michelle Voltaire, des chanteurs comme Ralph Tamar, Eddy Prophète. Des gens de plusieurs générations. »se rejouit,Nerlande Gaetan, songeuse. Celle qui est bien la coordonnatrice du festival théâtre créole a eu à ses côtés une equipe composée de plusieurs personnalités telles que Ralph Civil et Réginald Germain au niveau de la direction artistique. Fresnel Louis, Hugo Merveille, Wilmax Gay à la communication, Witchner Orméus et Nickette Lorméus au niveau de l’administration et Yardly Kavanagh, porte parole de la 2ème édition qui se sont activées pour la réalisation de l’évènement.

L’exposition d’ œuvres artisanales, a été également proposée; JEV collection, Judith Estimé Viel, Tima production et deux peintres d’origines haïtiennes basées à Montréal dont Betina Antoine et Sandra Basquis ont gratifié le public de leurs œuvres. L’exposition a été virtuelle mais les gens ont pu commander les articles. Djenane St-Juste a présenté le conte « La sirène, la baleine », son dernier ouvrage en date. Elle a également dansé avec sa troupe de danse du Minnesota. La cerise sur le gâteau a été cette soirée poétique intitulée “Je dis à la maison.” Les gens ont pu lire et partager des textes depuis chez eux. Par rapport à cette crise sanitaire que traverse le monde, le festival a eu lieu en ligne. En ligne, certes, mais la philosophie est restée la même puisque c’est toujours dans le souci de promouvoir cette culture que partage de nombreuses nationalités. À savoir la culture créole. Que ce soient les guadeloupéens, les martiniquais ou les gens de Seychelles. Il importe beaucoup de réveiller ce sentiment d’appartenance chez les jeunes. Quoi de mieux que le dialogue inter-générationnel? Il est temps que les jeunes comprennent que la culture créole ne se limite pas à danser du kompa, à consommer un plat haïtien mais qu’au delà de ça il y a la littérature, la peinture et plein d’autres choses. Nous fait comprendre Nerlande. Elle avance aussi qu’ organiser un festival en ligne est difficile et reste un gros défi. Parce que le théâtre demande qu’on soit en commun accord avec le public, qu’on puisse sentir toute son appréciation mais cette année ils n’ont pas eu le choix. « Avec la virtualité de l’événement, les sponsors se sont faits rares. Donc, c’était un peu plus difficile du côté financier. Si c’était en salle de théâtre, j’aurais pu aller vers quelques sponsors, leur offrir une visibilité dans mes affiches que j’allais mettre dans mes salles mais là n’importe qui peut se donner de la visibilité tout seul sur Facebook. »Nous fait savoir Nerlande. “C’est un peu difficile de parler de sponsors parce qu’on parle moins d’argent mais on parle de partenaires en ligne. On en a eu beaucoup. Vous allez tous les voir sur l’affiche.

« Ce sont surtout des gens qui nous ont supportés à leur façon. Le plus grand sponsor de cette année, c’est le public. »Continue-t’elle. Ainsi, elle a organisé une levée de fond via gofundme.

“Derrière les belles affiches, il y a tout de même le travail des techniciens, des artistes qui doit être récompensé. Nous encourager c’est aussi encourager les artistes pour une troisième édition.” conclut Nerlande Gaetan , qui déjà se prépare pour un autre Festival Teyat Kreyòl, l’année prochaine.

PS: Les événements sont disponibles gratuitement sur internet.

 Manicheca Colas

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button