RENCONTRES

Toto Bissainthe: de la musique pour les sans-voix


Elle s’appelait Marie Clotilde Bissainthe, mais plus d’un l’a connu sous le nom de Toto Bissainthe. Chanteuse, compositrice doublée d’une carrière de comédienne. Son authenticité à travers les musiques traditionnelles, ses arrangements contemporains de textes modernes, a rendu hommage aux vies, aux difficultés et à la spiritualité du peuple haïtien, en particulier la classe ouvrière et les paysans.


Toto laissa Haïti très jeune pour parfaire ses études à l’étranger. Elle entreprit une carrière théâtrale en 1956 avec la compagnie Griot, dont elle est une des fondatrices. En effet, elle porta son dévolu d’abord sur le théâtre. Sa révélation au grand public en 1973 avec un spectacle présenté à La Vieille Grille, à Paris, puis elle s’est alors imposée comme une chanteuse et compositrice incontournable.

Artiste réduite à l’exil durant la majeure partie de son existence, Toto Bissainthe a vécu trente ans en France et n’a pu retourner en Haïti qu’après le départ du dictateur Jean-Claude Duvalier, en 1986. Cependant, elle connut là-bas de multiples déceptions, en constatant les problèmes politiques et les querelles intestines qui affectaient Haïti, sa terre natale qu’elle aurait tant souhaité aider à rebâtir.

Toto Bissainthe est l’une de ces femmes qui ont marqué l’art contemporain particulièrement la musique haïtienne. Elle a à peine vécu la reconnaissance qu’elle espérait. Même si cette talentueuse chanteuse, compositrice et actrice laisse derrière elle une œuvre immense après environ quarante années de carrière artistique.

Si cette brillante artiste demeure méconnue du public, pour les jeunes surtout, elle lègue néanmoins plusieurs titres savoureux qui ont glané un franc succès. Des morceaux qu’aujourd’hui encore on fredonne et savoure. On se rappelle alors « Pòs Machan », « Dèy » ou encore « Rasanbleman » pour ne citer que ceux-là.


De son répertoire musical, on peut aussi citer Toto à New York (Chango, 1975), Toto chante Haïti (Arion, 1977, Prix de la chanson TF1 en 1978, réimpression 1989), Haïti Chanté – Chant du Monde (réimpression, 1995), Coda (réimpression, 1996), World Network Vol. 43: Haiti (with Ti Koka) (World Network, 1999) et Rétrospective (Créon Music, 2006).


Toto mourut malheureusement le 4 juin 1994, des suites d’un cancer du foie. Toutefois son répertoire avec une empreinte très portée sur le vodou, marque encore les temps. On y dénote un arrangement musical très contemporain et très savant qui conserve à ses morceaux toute leur fraîcheur.

Darline Honoré

.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button