EN POEMES

Lettre à la foule

À ce flux de remords qui anime mes veines
À ces cauchemards jaloux des bras de morphée
Je lève mon verre à moitié plein de mes rires

Pour emmerder le monde, la vie et ses revers
Toute ma vie je rirai de l’ordinarité
Cette coquine qui prêche à nous pauvres diables
L’art de traverser cette vie
La tête claire comme de l’eau de roche
D’ici je m’en irai
Ivre mais heureuse
Bourrée mais sans cailloux pour passer mon ennui aux enfers
Sans versets pour épater les saints
Je m’en foutrai bien de la foule
Qui s’en prend aujourd’hui à ma folie
Ça ne me tente pas
Cette simplicité édictée
Je souffre d’un trop plein d’ émotion
Et d’une envie démentielle
D’ enfourcher le temps
Appellez-moi sorcière
Le monde ne sera pas moins conquérable à mes yeux
Je ne suis pas femme à rêver de liberté
J’en fais mon étendard
Ne me parlez pas d’ amour
Si c’est pour m’imposer vos vieilles limites
Acceptez ou subissez donc mon extravagance

Négresse Colas

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also
Close
Back to top button