Leïla Joseph lauréate du concours de l’OPC sur les droits humains

Spread the love

Pour l’édition 2022 du concours sur les droits humains de l’office de la protection du citoyen (OPC), Leïla Joseph est sacrée première lauréate de la catégorie journaliste, à l’occasion de la remise des prix qui a leu lieu le 8 decembre dernier à l’hôtel Montana. Journaliste chez BUSTEK Média, cette jeune pousse ayant débarqué dans le métier il y a moins de trois ans, représente déjà une grande promesse pour le métier de journaliste en Haïti.

C’est son reportage ’’La publication d’images de cadavres sur les réseaux sociaux’’, un sujet de travail qu’elle avait déjà à BUSTEK Média qui lui vaut le prix. Comme quiconque reçoit une couronne, Leïla Joseph n’a pas été sans émotion à l’annonce de la nouvelle. «Lorsque j’ai reçu la nouvelle, dans les premiers instants, j’ai été abasourdie. Ensuite, j’ai été heureuse, fière de moi », a déclaré celle pour qui la distinction a comme vocation de booster « je pense qu’à partir de là_ puisque j’ai parfois fui le journalisme_ je me dis vraiment que je ne peux plus faire marche arrière. Et je pourrais utiliser cette arme pour pouvoir conscientiser la population sur un certain nombre de choses et créer un impact », a ajouté celle qui se présente comme une grande timide.

Influencée par BUSTEK Média, qui fait de la technologie le ferment de son travail journalistique, la plupart des sujets traités par Leïla Joseph se trouvent centrés sur la technologie et le numérique. C’est d’ailleurs ce qui explique le fait qu’elle a choisi la catégorie journaliste plutôt que d’étudiante, l’une ou l’autre ayant été possible.

« J’aurais pu participer au concours entant qu’étudiante, puisque je suis étudiante à la faculté des sciences humaines. Mais j’ai été surtout interpellée par les sujets qu’on avait proposés aux journalistes, qui concernaient les droits humains dans le domaine du numérique. C’était déjà un centre d’intérêt, puisque BUSTEK Média pour lequel je travaille est un média qui verse dans le numérique et la technologie», explique Leïla. C’était l’occasion pour elle d’accélérer ses recherches et lectures pour le travail entamé par BUSTEK Média en vue de la réalisation du sujet ‘’la publication d’images de cadavres sur les réseaux sociaux”. « Et je me suis dit après : pourquoi ne pas participer avec ». Elle l’a fait. Et cela lui réussit.

Née en 2000 à la commune de Pétion-ville, Leila Joseph est une ancienne élève du collège Saint Louis de Bourdon. Étudiante depuis 2018 à la faculté des sciences humaines de l’université d’État d’Haïti (FASCH), elle fait des études en communication sociale. Son histoire un peu atypique avec le journalisme a commencé en 2020, quand elle a rejoint l’équipe de BUSTEK Média pour lequel elle a commencé à rédiger des articles l’an dernier. Histoire atypique donc, car c’est un ami, camarade à la FASCH et travaillant à BUSTEK Média qui, découvrant son potentiel, l’a intéressée à en faire partie. « J’étais avant tout rédactrice à BUSTEK. Il y à différence entre être journaliste et être rédactrice. J’ai été poussée à pratiquer le journalisme dans le sens pratique du terme en ayant vu les ami-e-s faire avec comme Dougenie Michelle Archille, Shonly Bonel Laguerre», fait savoir celle dont l’impact du travail du journaliste Michel Joseph inspire aussi beaucoup. 

Adlyne Bonhomme


Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *