RENCONTRES

L’éducation positive, le combat de Clerna Louis-Jeune

L’éducation positive ou encore éducation bienveillante, est une méthode d’éducation qui se base sur l’écoute, le respect et la non-violence à l’égard de l’enfant. L’éducatrice Clerna Louis-Jeune veut former et encourager les parents et les enseignant.e.s à la pratiquer. Avec sa structure dénommée « Education sans violence (ESV), qu’elle a mise sur pied en 2018, elle entend aussi informer les parents sur les conséquences néfastes de la violence éducative, à travers des vidéos publiées régulièrement sur les réseaux sociaux. Ces vidéos présentent les différentes recherches déjà réalisées sur la problématique de la violence faite aux enfants, ainsi que ses effets négatifs sur leur famille et la société.

 Clerna LOUIS-JEUNE a étudié la communication sociale à la Faculté des sciences humaines de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH). Détentrice d’un Master I en communication et un Master ΙΙ en Management et développement du territoire émergent, ce dernier lui a permis d’intégrer le Ministère de l’éducation nationale de France où elle a travaillé pendant cinq années  dans des zones d’éducation prioritaire. Sa mission consistait à travailler auprès des immigrant.e.s vivant dans des zones reculées, afin de les aider à intégrer la société française. Après son passage à l’éducation nationale de France, elle  est devenue la directrice d’une école bilingue Montessori en 2019.

Au cours de son passage dans les zones d’éducation prioritaire en France, les expériences accumulées, nous dit Clerna, ont montré que la violence éducative est très présente surtout auprès des immigrant.e.s venant des pays comme Haïti ou le Congo. Malgré l’existence des lois interdisant la violence éducative en France, cette pratique continue de marquer  le quotidien des enfants. La violence éducative étant cette forme d’éducation de punition  pratiquée par les parents sur leurs enfants sinon à leur encontre dans l’acceptation et la tolérance de la société.  Par ailleurs, selon l’éducatrice, la situation serait pire en Haïti. Ce qui l’a d’ailleurs incité  à entamer cette démarche, celle  de promouvoir une éducation sans violence à travers des capsules de vidéos diffusées sur Facebook, Youtube, Instagram, tweeter et sur son site web, à l’endroit des parents haïtiens.   

            À part la violence physique et les châtiments corporels, madame Louis-Jeune insiste sur le manque d’amour et d’affection  comme une autre forme de violence, car des recherches scientifiques montrent que l’enfant a besoin de l’amour  et de l’affection pour être épanoui et bien éduqué.  Elle évoque aussi le silence comme autre forme de violence subie par les enfants, n’ayant pas toujours  le droit d’exprimer librement leurs ressentis. C’est aussi une autre forme de violence grave explique-t-elle.  

            La façon dont le public accueille l’initiative est sa principale source de motivation. Ainsi, l’équipe de l’ESV met à la disposition des parents un numéro de téléphone où ils peuvent appeler et envoyer des textes  pour expliquer les problèmes spécifiques auxquels ils sont confrontés avec  leurs enfants. Par ailleurs, madame Louis-Jeune exprime sa satisfaction par rapport aux résultats positifs obtenus par la structure  ESV  dans le perspective de  l’éducation des enfants sans violence aucune.

            Former beaucoup plus de parents qui n’ont pas accès à l’internet, des personnels éducatifs et des jeunes sur les différentes méthodes à appliquer dans la démarche d’éduquer sans violence est l’objectif principal de l’équipe pour les cinq prochaines années.

             Madame Louis-Jeune veut populariser ou  rendre accessible à tous la méthode Montessori, une approche pédagogique efficace et très utilisée dans des écoles privées en France, basée sur le développement du cerveau de l’enfant. Cette méthode permet de comprendre ou exploiter  le stade de développement  de zéro à six ans, où l’enfant possède un esprit absorbant. Réussir à bien exploiter ce moment important dans l’évolution de l’enfant est bénéfique à son développement renchérit-elle. En effet, elle met à la disposition des parents des séances de formations afin de les expliquer ce qu’est la méthode montessorienne, comment ils peuvent la pratiquer chez eux, ainsi que ses bienfaits sur le développement de leurs enfants.

 Une série de webinaires, est organisée régulièrement par l’éducatrice et son équipe  en vue de dissuader parents de la violence éducatives. Les interesse.es. doivent préalablement s’inscrire pour avoir accès aux séances d’apprentissage.

Clairvina Dossié

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button