Le rendez-vous littéraire du Cap ” Livres au Féminin ” réussi  

Spread the love

Du 10 au 12 août 2022, Livres au Féminin, festival porté par l’OEFE ( Organisation pour l’émancipation des femmes par l’éducation) où les femmes auteures se retrouvent en grand plan, a eu sa grande première sous fond de festivités, de convivialité et d’échanges. Rodeline Doly, la coordonnatrice générale revient sur ce festival qui s’est tenu contre vents et marées ; et qui à l’avenir deviendra un rendez-vous littéraire incontournable. Mus’Elles présente un bilan de cette importante activité littéraire.

Si le Cap- Haïtien a été la scène de grandes festivités mondaines cet été, les activités littéraires ont elles aussi décoré le paysage. Du 10 au 12 août 2022, soit pendant trois journées consécutives, l’OEFE a pu tenir la première d’une longue série de ” Livres au Féminin”. Un festival qui accorde le primat aux femmes auteures, tout genre littéraire confondu, qu’elles soient romancières, poétesses ou dramaturges. Ce fût, selon la coordonnatrice Rodeline Doly, un évènement qui a reçu une belle couverture médiatique. En effet, les médias locales se joignent  au festival et  ” Il n’y a pas un média qui ne nous a pas donné un article pour le lancement officiel. Lors des 3 jours, on a eu au moins 5 médias qui sont venus : Ticket Magazine est passé, Startech Média, Cap-Haitien News et autres ont fait le déplacement”, a précisé, madame Doly, l’air satisfaite.

Toutefois, côté public, la coordonnatrice avoue qu’elle s’attendait à mieux. Pour elle, il y a un manque de manifestation de la part des festivalier.ères. Cela s’explique par le fait que Livres au Féminin coïncidait avec les festivités patronales. Néanmoins, près d’une cinquantaine de personnes ont pu assister aux différentes activités qui se sont déroulées. “À travers les ateliers, les causeries et les rencontres d’auteures, des jeunes filles ont acquéri les bases nécessaires pour se lancer en écriture et d’autres ont eu un regain d’énergie pour recommencer à écrire en voyant ses femmes inspirantes”, confie Rodeline.

” Espoir, amour et folie au festival Livres au féminin

Réaliser ” Livres au Féminin“, selon Rodeline, n’a pas été aisé puisque l’OEFE n’a reçu aucune donation. « On avait lancé une collecte de fonds qui n’a rien récolté. C’était triste, c’était dur. On devait offrir quelque chose de bien, d’esthétique et de littérairement attrayant sans un sou. On a du faire preuve d’imagination et passer tous nos fonds personnels pour la réaliser », explique regrettablement Rodeline. Cependant, malgré les difficultés financières, Livres au Féminin a été une réussite. Les jeunes ont activement pris part aux ateliers d’écriture. Les échanges étaient vifs et Livres au Féminin s’est illustré comme « un guide pour ces jeunes- là, les incitant à aller de l’avant ».

S’il faut qualifier la première édition de Livres au Féminin, ce serait, d’après la coordinatrice : Espoir, amour et folie. Elle développe pour affirmer que le festival reflète espoir parce que les livres aident à espérer demain avec ses incertitudes, ses angoisses et ses nostalgies. Amour parce que c’est d’abord une question d’amour. Les écrivaines sont des éclaireuses qui se dressent comme des phares dans le chaos. Et finalement folie parce qu’on a tous besoin de folie. “Folie d’écouter le silence entre les pages. Folie d’écrire la vie dans toute sa splendeur”, lance-t-elle, le ton visiblement enjouée.

Les écrivaines sont des éclaireuses qui se dressent comme des phares dans le chaos. Et finalement folie parce qu’on a tous besoin de folie. “Folie d’écouter le silence entre les pages. Folie d’écrire la vie dans toute sa splendeur. Rodeline Doly

À l’issue de cette entrevue, Rodeline a également avoué qu’à travers les rencontres et activités désservies par Livres au Féminin, elle espère assister à un changement dans la ville du Cap-Haitien et chez les jeunes capois.ses. Elle espère aussi que le festival a donné le ton car la ville n’a pas assez de bibliothèques et aucun cercle d’écriture.

Remerciements

Outre le public ayant fait le déplacement et tous.toutes celles et ceux qui ont rendu possible l’évènement. La coordonnatrice a remercié certaines personnes d’une façon particulière car leur implication a été d’une grande aide dans la réalisation de Livres au Féminin.

« Cette édition ne serait pas possible sans l’implication de certaines personnalitésclés reconnues dans le monde littéraire. Madame Yanick Lahens, l’invitée d’honneur qui était emballée par l’activité mais ne pouvant être en présentiel, elle a fait une intervention remarquablement instructive. Marc Sony Ricot qui a fait un travail colossal et qui est venu sur ses frais au Cap-Haitien en compagnie de Ritzamarum Zétrenne. Milady Auguste, cette femme a une telle énergie et elle est d’une gentillesse à faire pâlir les anges. Renée Vancie Manigat qui courait plusieurs lièvres à la fois mais faisait tout pour être là à temps au moment des activités. Madame Anaïse Chavenet qui nous a envoyé des livres de Yanick Lahens et d’autres auteures comme Kettly Mars et Emmelie Prophète parce qu’on n’avait pas les moyens de prendre en charge ses déplacements”, a précisé Rodeline Doly pour faire montre de gratitude.

Mus’Elles souhaite bonne continuation à ce festival !

Jessie Lisa A.R Tataille


Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published.