L’Association Quatre Chemins et PESADEV offrent un plan d’accompagnement social à une trentaine d’anciennes détenues

Spread the love

Du 1er Juillet au 15 Juillet 2022, l’Association Quatre Chemins et Perspectives pour la santé et le développement (PESADEV) offrent un plan d’accompagnement social à des victimes de détention préventive. Ces anciennes détenues, issues de la prison civile du Cabaret et celle des Cayes, bénéficient d’un suivi psychologique et d’un ensemble d’activités sur le théâtre également.

Ce plan d’accompagnement social s’étale sur une quinzaine de jours. Selon la chargée de projet de l’Association Quatre Chemins, Daphney Dumesle, trente-huit femmes spécifiquement des anciennes détenues, bénéficient actuellement de ce plan-ci. Réalisé en partenariat avec PESADEV qui lutte contre la détention préventive et les mauvais traitements auxquels s’exposent les femmes en prison, le plan d’accompagnement social rentre dans le cadre du programme Théâtre Citoyen. Un progamme initié par l’Association en 2015 et qui s’attarde sur des préoccupations telles que les conditions des victimes de détention préventive, les violences faites aux filles et aux femmes ainsi que d’autres questions de société. À travers ce progamme, l’Association Quatre Chemins sous-entend ainsi, utiliser l’art comme “vecteur de changement”.

Depuis le vendredi 1er Juillet 2022, les anciennes détenues travaillent en séances intensives au Le Centre d’Art,  avec le metteur en scène et performeur Février Gertrude-Hugh, assisté de Kav-Alye Pierre. Ces séances se divisent en deux parties. Le metteur en scène raconte que dans un premier temps, il propose des groupes de parole, invitant les jeunes femmes à s’exprimer sur les moments qu’elles ont vécu en prison. L’idée, dit-il, ” est d’extraire de leurs expériences personnelles, des choses propres à elles, auxquelles elles peuvent s’identifier pour créer le spectacle  qu’elles devront présenter car celui-ci doit avant tout réfleter leur réalité au public”.

Ensuite, dans un second temps, les séances se déroulent majoritairement autour du processus de création, poursuit Février Gertrude-Hugh. Selon ce qu’il affirme, les anciennes victimes de la détention préventive, sont amenées à travailler sur l’expression corporel, la maitrîse de l’espace scénique ou encore les techniques de réprésentation en théâtre et en performance. ” Chacune de ces jeunes femmes apporte leur grain de sel dans la création. La performance que nous allons créer avec elles, ce sera une partie de chacune et de leurs histoires”, confie-t-il.

D’un autre côté, les ateliers de partage et de soutien ont débuté, le lundi 4 Juillet 2022 au local de FIBESR. Ils sont animés par le psychologue Ronald Jean Jacques. Ces ateliers ont pour but, justement, d’accorder un suivi psychologique à ces victimes de détention préventive. À travers les différentes séances, elles pourront parler de leurs traumatismes, se libérer et trouver un aller-mieux.

Restitution d’ateliers

La restitution des ateliers de performance aura lieu à la mi-Juillet. Ce sera donc l’occasion pour ces jeunes femmes de présenter au grand public le résultat de ces séances intensives qu’elles suivent actuellement dans le cadre du plan d’accompagnement social. Un plan dont elles ont pu bénéficier également grâce à IMED; une organisation à but non-lucratif d’éducation démocratique, de promotion et de défense des droits de la personne, qui, a contribué à leur libération.

Jessie Lisa A.R Tataille


Spread the love

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *