COUP D'OEIL

Donia Luc et ses « Madi jou konba »


Il est maintenant un rendez-vous que celles et ceux qui la suivent sur Facebook ne comptent pas rater. Chaque
mardi, Donia Luc via sa page Facebook où elle est récemment passée de Donia Luc à « Zabola Luc », fait
de son compte une véritable tribune où elle traite de certains sujets clés, de thèmes dont on n’ose
pas parler, mais qui sont de véritables plaies dans la société. Dénommées « Madi jou konba »,
ces journées sont majoritairement consacrées aux rapports de genres, aux violences conjugales et
à la famille. Donia en fait son combat et c’est d’ailleurs son domaine de prédilection.

Les publications de Donia Luc sont toujours arrosées d’une pincée
d’ironie ; elle a ce don de conter une histoire triste et de faire rire en même temps. Une
aptitude qu’elle a gardée, et qu’on retrouve aussi dans ses « Madi jou konba ». Tôt dans la
matinée du mardi, elle partage cette image, très représentative de sa rubrique, d’un homme,
enfilant ses grosses bottes, comme pour affronter une zone rocailleuse après de fortes pluies. Un
homme qui justement se prépare pour un combat.
Donia Luc n’est pas de ceux dont l’audience est très large sur Facebook. Ce qui n’empêche pas ses
publications d’atteindre un public épars, grâce aux partages qu’on en fait de ses publications. Et
c’est là tout l’intérêt de ce qu’elle fait. « Lide a se pa vrèman atenn on gwo gwoup, men brase
lide ak ti gwoup ki ka al etann ide yo nan antouraj yo » explique celle qui a récemment atteint les
600 amis sur FB.
Si mardi est ce jour qu’elle a choisi pour ses combats, Donia avoue par ailleurs qu’elle considère
chaque journée comme une journée de combat, elle qui prend plaisir à partager ses connaissances
avec les autres, sa compréhension des choses, dans le but de leur être utile. Ce n’est que dans un
souci organisationnel qu’elle s’est choisi une journée pour ces combats ô combien fructueux.
Le corps de la femme, les parents face à la vie sexuelle de leurs enfants, les plaisirs que veulent
s’offrir les femmes âgées, les petits détails pour une meilleure vie de couple, tous des sujets dont
parle Donia et bien d’autres encore, et sur lesquels elle invite à porter un autre regard. Ayant des
idées de formation et d’éducation qu’elle n’arrive pas encore à mettre sur pied, Donia décide de
faire de ses « Madi jou konba : un beau début.
« Objektif mwen ak madi jou konba, se kreye yon espas brase lide sou sijè nou jennen pale nan
lavi chak jou.M di bras lide paske mwen tou m aprann. M gen anpil pwojè fòmasyon ak
edikasyon nan lide m, ke m po ko ka mete sou pye ; olye m fokis so sa m poko ka fè, m di ban m
kòmanse fè kichòy kanmèm, piti kou l ye, olye m paf è ditou » témoigne-t-elle
Donia ne doute pas que le combat dans lequel elle s’est lancée est rude. Il est clair qu’on
n’arrivera pas à se défaire rapidement de certains acquis sociétaux, de certaines normes qui ne
sont en effet pas normales. Elle n’aspire pas à un changement rapide, misant sur le fait que
l’éducation est une tâche à plein temps, makis aussi perpétuelle. On n’en finit pas d’apprendre.

« Gen bagay m te tande, m pa menm sonje kibò m te tande yo ; se ane apre yo vin fè sans pou
mwen, mvin konprann yo » épilogue-t-elle.
Par ailleurs, si le changement tarde à se faire sentir, l’animatrice de “Madi jou konba” saura qu’elle avait posé sa pierre.
D’une simple rubrique, « Madi jou konba » doit demeurer un espace de réflexion et
d’apprentissage. Voilà ce à quoi aspire celle qui est aussi travailleuse sociale qui compte d’ailleurs élargir le cadre après avoir mis sur pied ses différents projets.

Darline Honoré

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button