Skip to toolbar

Sortir de l'ombre - Fè yo konnen w!

« ATOME » : Une initiative d’esprit et de cœur à Marigot

À l’issue de plusieurs initiatives dont des ateliers d’écriture et de lecture dans tout le pays, le poète Jeudi Inéma revient à son patelin natal : Marigot. D’une manière majestueuse et si significative; Marigot reçoit de son fils : Atome.

Première initiative de taille de son crû au bénéfice de sa ville. Les mains habiles du poète jouent avec les mots, transforment en sigle ce simple élément et donnent : Atelier Tongiram de Marigot et de ses Environs. C’est une nouvelle qui étonne ou n’étonne pas, tellement on sait combien les jeux d’Inéma sont vastes et riches en inventivité.   

« Il n’existe pas à Marigot une bibliothèque bien équipée mise à part du problème de fréquentation, il y a une panne de lecteurs; cela sous-entend aussi qu’il y a peu de gens attachés aux livres. »

L’Ecole nationale de Marigot accueille ce lundi 5 août 2019, le lancement de Atome qui valorise l’héritage laissé par Emile Célestin Mégie, dit Tongiram l’un des plus grands intellectuels de la contrée; mais d’autres anciennes têtes pensantes de la zone telles que Ulrick Henry et Domerson Jeudi. Marigot, commune nichée aux environs de Jacmel, bercée par des coraux et dotée d’une magnifique végétation reçoit un cadeau de valeur, de ceux qui allument l’âme pour plusieurs années de bonheur.Pour cause, plusieurs manques à gagner de la zone, d’après les dires du poète le travaillaient et le travaillent encore puisqu’ : « il n’existe pas à Marigot une bibliothèque bien équipée mise à part du problème de fréquentation, il y a une panne de lecteurs; cela sous-entend aussi qu’il y a peu de gens attachés aux livres. »   

Alors il faut commencer par le commencement, là où la parole prend chair et les mots pullulent comme dans un champ de poésie, là où l’art est magnifié sous toutes ses coutures en convergeant vers un magnifique lieu d’expansion de leur beauté : un centre culturel ! Parce que, tout bonnement, la vie est faite non seulement de pain mais aussi de poésie, de cette salve qui  nous traverse, prose après prose, tient l’âme alerte. Marigot a connu l’un de plus grands intellectuels haïtiens, Tongiram qui s’est donné à cœur joie dans l’écriture de romans, notamment en créole. Adepte de la littérature en créole, le poète assimile à une sorte de malhonnêteté intellectuelle qu’on ne l’honore pas à sa juste valeur puisque c’est l’un des piliers de la littérature en langue créole qui en a laissé à la postérité  un bon nombre d’ouvrages. Tongiram a participé à la promotion de la littérature en créole. C’est un intellectuel qui mérite l’estime et l’attention de tous.

Atome se veut un clin d’œil à ce critique littéraire qui était aussi un penseur immense de l’amour et du vivre ensemble, avec son œuvre : « Lanmou pa gen baryè ». Et, aussi, pour questionner ce phrasé quelque peu insolent porté par le groupe de rap, Barikad crew : « Granmoun yo echwe », ATOME lui, prend fièrement le contrepied, revalorise les aînés qui ont tracé la route, ouvert la voie à des perspectives intéressantes  dont bénéficie la génération contemporaine, dans le domaine du littéraire, notamment.       

Mais, ce sera aussi un atelier permanent qui grandira tel un arbre avec des branches telles qu’une bibliothèque, un centre culturel et peut être même une fondation où Tongiram sera toujours à l’honneur, celui qui porte le flambeau de la littérature dans la contrée.

Porté par 5 personnes, dont le psychologue et critique littéraire Richardson Lubin comme secrétaire exécutif. C’est un comité, précise Inéma Jeudi, qui sera là pour accompagner la population et non lui passer des ordres, qui permettra à la communauté de définir son propre mode de gestion et ce ne sont pas que des fils et filles de Marigot qui le composent. D’ailleurs c’est une initiative qui vise à essaimer dans tout le pays, qui a des supporteurs ou parrains très motivés qui la portent jalousement dans leurs cœurs, tels que, l’économiste, critique littéraire et fondatrice de la FOKAL, Madame Michèle Duvivier Pierre-Louis et le sociologue et diplomate, Yves Démézar.

                                                                                                          Jeanne-Elsa Chéry

Previous

Vanessa Jeudi assure l’avenir des femmes dans le milieu musical avec Diskòb

Next

Le tabou des règles : Un calvaire pour les femmes haïtiennes

1 Comment

  1. Sry-Lanka Bendjy Sanon

    Très belle initiative.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén