ACTU

 À la rencontre de la 8e édition du Marathon du Livre

Du 11 au 19 Décembre 2021, la Cité Soulouquoise, à 67 kilomètres de Port-au-Prince, héberge le Marathon du Livre pour une huitième édition.

Le Marathon du Livre est une grande foire littéraire. Il a été initié par le mouvement littéraire, culturel et artistique des jeunes ( MOLICAJ) qui évolue au sein même de la commune de Petit-Goâve. Depuis dix ans, cette structure  se mobilise autour de la promotion de la littérature et des arts auprès des jeunes.  En tant que telle, elle organise habituellement des ateliers de lecture et d’écriture, des journées d’exploration, des expositions artistiques, des émissions radiodiffusées à caractère culturel et propose aussi des spectacles. Outre ces deux entités, MARABOU qui est une troupe de théâtre et ALEC ( Atelier de lecture et d’écriture) qui offre une formation en deux ans aux jeunes; on retrouve également une revue socio-culturelle : MOLICAJ-Magazine.

Depuis maintenant huit ans, le Marathon du Livre s’inscrit dans une démarche bien spécifique : « permettre le développement du goût de la lecture, encourager les jeunes passionné.e.s de l’écriture à développer de nouveaux intérêts pour l’écriture et la lecture, et faciliter enfin une acquisition d’ouvrages  d’une manière plus facile », peut-on lire dans le dossier de presse. En effet, le Marathon du Livre constitue la  seule rentrée littéraire de la région. Cette année, malgré le climat d’insécurité qui règne un peu partout dans le pays, il n’est pas question d’annuler cet événement de grande envergure. Les organisatrices et organisateurs préfèrent s’accorder sur de nouvelles dates, du 11 au 19 Décembre 2021. Coordonnée par un comité central accomapgné de plusieurs commissions, l’organisation du Marathon du Livre est assurée principalement par « des jeunes élèves, étudiant.e.s et  professionnel.le.s originaires de Petit-Goâve pour la plupart», affirme Ritzamarum Zétrenne, le directeur de communication du Marathon.

Trois livres sont à l’honneur cette année : Les villages de Dieu d’Emmelie Prophète qui est finaliste du Prix Cinq continents, Pase m yon kou foli de Jean Euphèle Milcé et Made in kay vwazen de Inema Jeudi. À la programmation, on retrouve aussi : des conférences, des  causeries, des ateliers de lecture et d’écriture, projection de films documentaires et spectacles culturels. L’an dernier, le Marathon s’étendait sur dix sept communes. Pour cette huitième édition, en plus de toucher ces dix sept communes, l’événement mettra le cap vers le Sud du pays également.  « Nous allons organiser des activités autour du livre en guise d’appui psychosocial aux sinistrés du tremblement de terre du 14 août. Grâce à notre partenariat avec la coordination des Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC), nous organiserons des activités dans tous les CLAC du pays », a confié Monsieur Zétrenne.

Pour la préparation de cette huitième édition,  l’équipe du Marathon a préalablement organisé deux soirées de levée de fonds : la première avec Foukifoura qui a joué Thézinc et  la seconde  avec la troupe Explosion de Jacmel qui a offert un spectacle hors du commun. Deux activités pour lesquelles toute l’équipe n’a pas manqué de remercier le public  soulouquois d’avoir répondu à l’appel.

 « Nous souhaitons que les jeunes, les médias, les institutions publiques ou privées… s’approprient cet événement », conclut Ritzamarum Zétrenne.

Jessie Lisa A.R TATAILLE

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button